2 min de lecture Hauts-de-France

Les infos de 12h30 - Hauts-de-France : feu vert de l'ARS pour une meilleure redistribution des vaccins

INFO RTL - L'ARS des Hauts-de-France a donné son accord pour transférer chez les médecins, pharmaciens et infirmiers de ville les doses du vaccin AstraZeneca stockées dans les frigos des hôpitaux.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
RTL Midi du 22 avril 2021 Crédit Image : GENT SHKULLAKU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Antoine Decarne édité par Florise Vaubien

D'après une information RTL, les doses d'AstraZeneca qui ne trouvent pas preneurs dans les pharmacies des hôpitaux dans les Hauts-de-France vont être transférées chez les médecins, pharmaciens et infirmiers de ville. L'Agence régionale de santé (ARS) a donné son accord pour permettre ce transfert de doses qui dorment dans les frigos des centres hospitaliers. Il était temps, rappelle l'URPS, car certaines doses arrivent à péremption

La situation avait mis en colère les professionnels de santé de ville. Grégory Tempremant, le président de l'URPS Pharmaciens des Hauts-de-France, avait vivement critiqué une pénurie de vaccins face à l'urgence de la situation sanitaire

"Mon coup de gueule c'était de dire qu'il faut faire preuve de pragmatisme et d'intelligence : il faut débloquer les doses à péremption courte, plaide-t-il, pour qu'on puisse les obtenir en ville". En effet, il y avait urgence car certaines doses de vaccin anti-Covid arriveraient à péremption dans les hôpitaux. 

L'URPS dénonce une "aberration"

"Des pharmaciens hospitaliers ont expliqué que lorsqu'ils ont vacciné tous les patients, il leur reste une dotation, soit 10 ou 20 flacons par établissement. Et ce stock va se périmer en mai", détaille le président de l'URPS. Un véritable contraste puisque dans sa pharmacie, Grégory Tempremant confie qu'il faut compter trois semaines pour recevoir quelques doses

À lire aussi
virus
Coronavirus : des signes encourageants, la décrue se poursuit en réanimation

"C'était une aberration ! On a une liste d'attente (...) et on arrive à fixer des rendez-vous pour une personne sur quatre. Mais il ne faut pas gaspiller les doses. Elles doivent vacciner les gens et non les frigos... L'objectif, c'est de ne pas prendre le risque que les vaccins se périment" puisqu'ils représentent "une denrée rare aujourd'hui", poursuit le responsable. 

L'ARS va donc recenser des pharmacies hospitalières pour organiser une redistribution des produits avant la date limite de péremption. 

À écouter également dans ce journal

Campagne de vaccination - Le gouvernement pourrait faire appel à des célébrités pour convaincre les Français d'aller se faire vacciner, a indiqué le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. 

Vaccins anti-Covid - La campagne de vaccination se poursuit malgré une forte défiance d'une partie de la population. Toutefois, une majorité de Français restent favorables à une injection de sérum anti-Covid.

AstraZeneca - La défiance envers le sérum suédo-britannique qui entraîne des risques de thrombose dans de rares cas. D'après les spécialistes, les risques sanitaires pourraient être plus limités si l'on modifiait la méthode d'injection du vaccin. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hauts-de-France Coronavirus Coronavirus France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants