3 min de lecture Santé

Les enfants peuvent eux aussi être victimes d'AVC

Entre 500 et 1.000 enfants seraient victimes d'AVC chaque année en France, rapporte le "Midi Libre" lundi 14 mai.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Les enfants peuvent eux aussi être victimes d'AVC Crédit Image : Patrick Tejero pour RTL | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Amandine Begot
Amandine Begot

Les AVC peuvent aussi toucher les enfants. Selon le Midi Libre, il y aurait entre 500 et 1.000 cas chaque année en France. Ce sujet, explique Stéphane, papa d'un petit garçon de 4 ans et demi, est très peu connu, y compris du corps médical. Le père de famille en a fait la douloureuse expérience. Quelques heures après la naissance, son fils se met à convulser. l'examen est formel : le bébé a fait des AVC

Le médecin lui assure ne jamais avoir assisté à un tel cas. En effet, le nourrisson fait preuve d'une extraordinaire capacité de récupération. Un mois plus tard, l'enfant ne montre plus aucun signe de son AVC, ce qui n'empêche pas les parents de vivre dans une angoisse quasi-permanente. "Au moindre signe, on s'est demandé s'il n'était pas sourd, s'il voyait bien, s'il allait parler (...) C'est un parcours atypique de parents" conclut Stéphane, tout en saluant la chance que d'autres n'ont pas eu. Seuls 20% des AVC pédiatriques ont une cause connue et 70% des enfants gardent des séquelles. 

Le calme avant la tempête ?

La plupart des journaux reviennent ce lundi matin sur l'attentat de samedi à Paris. Dans Le Figaro, Thibault de Montbrial, avocat au barreau de Paris et président du centre de réflexion sur la sécurité intérieure, assure que "le pire est devant nous". Selon lui, nous vivons une période de "faux calme, avant le retour d'actions de grande ampleur". Selon lui, "les premiers combattants à l'étranger et condamnés en France en 2013 et 2014 commencent aujourd'hui à sortir de prison". En 2020, 64% d'entre eux auront quitté l'univers carcéral, soit plusieurs centaines de personnes.

À lire aussi
Marche blanche en hommage à Naomi Musenga le 16 mai à Strasbourg faits divers
Naomi Musenga, l'agonie au bout du fil

Or, "une immense majorité d'entre eux reste déterminée à combattre notre pays", explique-t-il. Et de poursuivre : "leur profil est inquiétant, car il s'agit de personnes aguerries au combat". S'ajoutent à cela des milliers de jihadistes francophones qui n'ont ni été arrêtés ni tués en Irak ou en Syrie. "Certains d'entre eux", conclut-il, "cherchent à porter le combat en France, ils sont en mesure de coordonner des attaques d’envergure".

La une de Libération est tout aussi glaçante. "Pourquoi ce n'est pas fini", titre le journal. Dans son édito, Paul Quinio "met en garde les Français". "Ils savent que ceux qui ont comme réponse aux attentats, qu'avec eux ça se passerait mieux, sont des menteurs..." Mise en garde aussi dans Le Parisien qui s'interroge : "À quoi bon créer des fichiers si l'on est incapables de les exploiter ?"

La loi contre les violences sexistes et sexuelles contestée

Sur son site internet, Le Parisien publie ce lundi matin l'appel de 200 personnalités, dont l'actrice Karine Viard. Toutes s'insurgent contre l'article 2 du projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles qui doit être examiné à partir d’aujourd’hui à l'Assemblée. Cet article prévoit la création d'un nouveau délit, celui d'atteinte sexuelle sur mineur par pénétration, qui serait puni de 10 ans de prison.

Les signataires redoutent qu"'il n'ouvre la voie à une correctionnalisation massive des viols sur mineurs, et donc sans doute à des peines plus faibles". Ils en appellent au président de la République, et lui demande son retrait pur et simple. 

La statue de Macron à Grévin fait débat

Vous allez bientôt pouvoir toucher Emmanuel Macron en chair et en os... enfin presque. Le musée Grévin a révélé la réplique en cire du président, celle qui devrait rejoindre le musée dans quelques jours. Le sculpteur qui a travaillé à partir de photos a poussé le sens du détail jusqu'au bout, explique Le Dauphiné : la Légion d'honneur orne le costume du chef de l'État et celui-ci porte bien deux alliances, comme dans la vraie vie.

La statue n'a toutefois pas vraiment fait l'unanimité sur les réseaux sociaux. "Pourquoi a-t-il pris un sculpteur qui ne peut pas le blairer ?", note ainsi une internaute. "C'est une horreur", lâche une autre. Cette statue, explique le Huffington Post, devrait être installée aux côtés de celles de Donald Trump, d'Angela Merkel et de Vladimir Poutine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé AVC Hôpitaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793374705
Les enfants peuvent eux aussi être victimes d'AVC
Les enfants peuvent eux aussi être victimes d'AVC
Entre 500 et 1.000 enfants seraient victimes d'AVC chaque année en France, rapporte le "Midi Libre" lundi 14 mai.
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/les-enfants-peuvent-eux-aussi-etre-victimes-d-avc-7793374705
2018-05-14 11:43:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/AXhjleOYUgrKAkYkazSdOw/330v220-2/online/image/2018/0125/7791986301_l-hopital-de-auch-ou-les-victimes-d-un-accident-entre-une-voiture-et-un-car-scolaire-ont-ete-transportees-jeudi-25-janvier-2018.jpg