2 min de lecture AVC

Journée mondiale de l'AVC : comment repérer les signes qui doivent alerter ?

Déformation du visage, trouble de la parole mais aussi de la vision, les signes de l'AVC sont multiples et il faut agir vite pour éviter la catastrophe.

>
Michel Cymes vous alerte sur les signes de l'AVC Crédit Média : RTL | Date :
CYMES_245300
Michel Cymes Journaliste

Près de 140.000 personnes sont victimes chaque année d’un accident vasculaire cérébral (AVC) en France, soit un toutes les quatre minutes. L’AVC représente la première cause de handicap acquis de l’adulte, la première cause de mortalité chez la femme et la troisième chez l’homme. 

Ce mardi 29 octobre est justement la journée mondiale de l'AVC. L'occasion de rappeler les signes avant-coureurs qui doivent impérativement alerter. En général, la première chose à savoir est que l'AVC va de pair avec une déformation du visage

Vous avez l'impression que la bouche de la victime tombe vers le bas, que sa joue s'affaisse et que ses paupières sont en chute libre. C'est rarement l'ensemble du visage qui est concerné, ça se passe souvent d'un seul côté et la victime a du mal à s'exprimer.

Les signaux d'alerte à connaître

Les troubles de la parole doivent inciter à la prudence. Parfois, ils s'accompagnent d'une forme d'incompréhension : vous parlez à la personne et vous avez l'impression qu'elle ne capte pas le sens des mots que vous prononcez. Une personne qui fait un AVC peut utiliser un langage totalement incompréhensible pour l'entourage et cela est valable à l'oral comme à l'écrit.

À lire aussi
Le député Sylvain Brial, le 25 juillet 2019 assemblée nationale
Le député de Wallis et Futuna, Sylvain Brial, en coma artificiel après un AVC

Aux troubles du langage, peuvent s'ajouter des troubles de la vision. Si la victime vous dit qu'elle ne voit plus grand chose, qu'un oeil ou que les deux yeux soient concernés, ou alors, qu'elle voit double, là encore, vous devez réagir en filant aux urgences. Mais parfois, l'alerte peut passer par le reste du corps.

Des difficultés à se déplacer ou un bras paralysé

Lorsque l'AVC affecte le bras, la jambe ou la main de la victime par exemple, il peut générer un affaiblissement brutal voire une paralysie totale des membres. La victime ne peut plus marcher ou donne l'impression de traîner la jambe quand elle tente de se déplacer. 

Votre capacité à réagir de manière adéquate sera alors déterminante car en cas d'AVC, la victime perd 2 millions de neurones par minute. Cela peut paraître anodin à côté des 100 milliards de neurones dont dispose notre cerveau mais si les choses traînent au-delà de 3 heures, vous êtes à peu près certain qu'elle ne va pas revenir indemne de cette mauvaise aventure.

Il est donc encore une fois primordial d'agir vite. Après, il sera toujours temps de s'interroger sur les causes de l'AVC qui sont multiples. Cela va du stress à l'alimentation en passant par le tabac, l'hypertension artérielle, l'alcool ou la sédentarité, sans oublier les environnements pollués. De quoi faire réfléchir sur son mode de vie personnel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
AVC Santé Urgences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants