1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : quels sont les signes de dépression chez les jeunes ?
1 min de lecture

Coronavirus : quels sont les signes de dépression chez les jeunes ?

INVITÉ RTL - Le docteur Antoine Pelissolo, psychiatre, revient sur les principaux signes de dépression chez les jeunes.

Coronavirus : les tentatives de suicides augmentent chez les jeunes (illustration)
Coronavirus : les tentatives de suicides augmentent chez les jeunes (illustration)
Crédit : Maud Dupuy / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Le Dr Pelissolo, psychiatre, était l'invité de RTL Soir mercredi 19 mai
08:51
Le Dr Pelissolo, psychiatre, était l'invité de RTL Soir mercredi 19 mai
08:51
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto
Animateur

Alors que les réouvertures progressives connaissent ce mercredi 19 mai leur première étape, les dégâts de la crise sanitaire sur la santé mentale des plus jeunes peuvent toujours être conséquents. Alors comment reconnaître et faire dace à ce problème, notamment chez les plus jeunes ?

Au micro de RTL, le docteur Antoine Pelissolo, psychiatre, chef de service au CHU Henri Mondor à Créteil confirme que la situation est particulièrement inquiétante pour les plus jeunes. "Le pic de demandes, de consultations, d'hospitalisations, se fait surtout chez les jeunes, surtout ado et jeunes adultes, explique-t-il. On a des chiffres très démonstratifs qui mettent nos moyens en difficultés".

On parle notamment d'augmentation du risque suicidaire chez les adolescents. "Les suicides de jeunes sont très exceptionnels, mais ça existe, confirme le psychiatre. On a plutôt des alertes, des tentatives de suicide. La prévalence a été doublée, il y a deux fois plus de tentatives de suicides chez les jeunes."

L'éloignement, premier signal important

Quels sont alors les signaux qui doivent être surveillés de près ? Pour Antoine Pelissolo, "c'est d'abord l'éloignement, les jeunes qui commencent à ne plus faire ce qu'ils faisaient d'habitude, à se mettre en retrait, à changer de caractère". 

À lire aussi

"Quand ils le peuvent, ils vont verbaliser, dire qu'ils sont tristes, désespérés, il faut être à l'écoute. Mais les signaux faibles, insiste-t-il, c'est vraiment les changements d'habitude, troubles du sommeil, les consommations, les anxiolytiques, mais aussi les autres produits, l'alcool, les drogues, il faut être vigilant, car c'est souvent une réponse pour essayer de se soulager."

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/