1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : pourquoi le confinement est renforcé en Guadeloupe
2 min de lecture

Coronavirus : pourquoi le confinement est renforcé en Guadeloupe

Alors que l'épidémie de Covid-19 accélère à une grande vitesse en Guadeloupe, Gabriel Attal a annoncé un renforcement du confinement sur l'île ce mercredi 11 août.

Un personnel médical prend en charge un patient Covid-19 à l'unité de soins intensifs
Un personnel médical prend en charge un patient Covid-19 à l'unité de soins intensifs
Crédit : Cedrick Isham CALVADOS / AFP
Camille Guesdon & AFP

"La crise sanitaire n'est pas derrière nous" a averti Emmanuel Macron ce mercredi 11 août, avant d'alerter plus spécifiquement sur la "situation dramatique" dans les Antilles. À l'issue du Conseil de défense de ce matin, Gabriel Attal a annoncé le renforcement du confinement en Guadeloupe pour freiner l'épidémie de Covid-19. Les restaurants, bars et plages devront désormais fermer.  

Selon Sébastien Lecornu, le ministre des Outre-mer, l'explosion de Covid-19 nécessite l'ouverture d'une centaine de lits de réanimation. Alors qu'il est arrivé sur l'île le mardi 10 août dans la soirée, accompagné d'un renfort de 274 soignants et 60 pompiers, il a expliqué que la courbe des contaminations est "tellement forte" que "nous allons devoir durcir le confinement".

Le ministre a rappelé qu'une telle situation de crise n'a encore jamais été atteinte sur aucun "territoire de la République française". Actuellement, le taux d'incidence y dépasse les 1.800 cas pour 100.000 habitants, et seulement "17% de la population a un parcours vaccinal complet".

Renforts répartis sur plusieurs îles de l'archipel

Les soignants volontaires qui sont arrivés en renfort mardi dans la soirée en Guadeloupe viennent de toutes les régions de France métropolitaine. Valérie Eglem, une infirmière de 51 ans, témoigne : "J'arrive de l'Oise, et nous, on a vécu une telle galère alors qu'on avait la possibilité de transférer des patients plus facilement, de déployer des moyens autres, que j'imagine qu'ici, ça doit être l'enfer".

À lire aussi

Valérie Denux, directrice générale de l'Agence régionale de Santé de Guadeloupe, a prévenu les soignants : "Soyez indulgents, tout ne sera peut-être pas parfait, notamment les conditions de travail". Elle a notamment rappelé l'incendie du CHU en 2017 et la vétusté de l'établissement. Les renforts seront répartis sur plusieurs îles de l'archipel, jusqu'à Saint-Martin dans les îles du Nord et Marie-Galante.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/