1 min de lecture Éducation nationale

Coronavirus : "L'école n'est pas un facteur d'accélération de l'épidémie", selon une infectiologue

INVITÉE - Anne-Claude Crémieux, membre de l'académie de Médecine, soutient que les écoles ne représentent pas des facteurs d'accélération du virus et que les professeurs ne seraient pas plus exposés aux contaminations.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Coronavirus : "L'école n'est pas un facteur d'accélération de l'épidémie", selon une infectiologue Crédit Image : MYCHELE DANIAU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot édité par Florise Vaubien

Comment évolueront les mesures sanitaires ? Le Premier ministre Jean Castex a alerté, jeudi 25 février, sur la situation épidémique dans 20 départements du pays, placés sous surveillance renforcée. Un confinement les week-ends à Paris a été un moment évoqué.

Au micro de RTLl'infectiologue Karine Lacombe a prôné une mise sous cloche et a estimé que les autorités françaises font fausse route face aux variants. Anne-Claude Crémieux, membre de l'Académie de Médecine et professeure en maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Louis à Paris, reconnaît qu'il existe énormément d'incertitudes mais se veut rassurante sur la propagation du virus dans les écoles

"La circulation du virus dans les écoles est un reflet de ce qu'il se passe à l'extérieur" des établissements. Selon la spécialiste, "l'école en soi n'est pas un facteur d'accélération de l'épidémie".

Autre point important, avancé par l'infectiologue : "les personnes infectées par le coronavirus, que ce soit les enfants ou les adultes" sont contaminés, la plupart du temps, à l'extérieur de l'école. Enfin, "les professeurs n'ont pas l'air d'être plus exposés aux contaminations", poursuit-elle, encourageant le maintient de l'ouverture des écoles, "une stratégie profitable à nos enfants". 

À lire aussi
santé
Coronavirus : pour lutter contre l'épidémie, une école s'installe sur une plage d'Espagne

Anne-Claude Crémieux a par ailleurs rappelé que "le vaccin reste une arme importante et utile" pour éviter tout nouveau reconfinement. Il permet de "diminuer de façon importante les hospitalisations dans la population âgée et les décès". "Plus on va vacciner, plus on va diminuer l'impact de la pandémie" sur nos systèmes de santé, a-t-elle défendu. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Coronavirus France Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants