2 min de lecture Épidémie

Coronavirus : il "peut devenir plus dangereux", dit un professeur de l'Institut Pasteur sur RTL

INVITÉ RTL - Christophe d’Enfert, professeur à l’Institut Pasteur et directeur de l’Unité Biologie et Pathogénicité fongiques, explique que "ce type de virus mute facilement" et que cette mutation est "impossible à prédire".

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Coronavirus : il "peut devenir plus dangereux", dit un professeur de l'Institut Pasteur sur RTL Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Paul Turban

L'Institut Pasteur est parvenu à isoler le coronavirus, qui frappe la Chine d'une épidémie en pleine progression. 3.000 cas supplémentaires sont détectés chaque jour dans l'Empire du milieu. Le virus peut muter, "il peut devenir plus dangereux, il peut devenir aussi moins dangereux", explique sur RTL Christophe d’Enfert, professeur à l’Institut Pasteur et directeur de l’Unité Biologie et Pathogénicité fongiques. 

"Ce type de virus mute assez facilement, selon Christophe d'Enfert. On peut imaginer qu'il va acquérir des mutations qui vont le rendre plus contagieux ou plus pathogène. C'est impossible de le prédire." 

"Un pic épidémique pourrait avoir lieu fin mars-début avril", selon les premières modélisations, note le professeur à l'Institut Pasteur. "Mais ce sont des modélisations, des simulations, et donc on ne peut pas prédire exactement comment cette épidémie va évoluer. Clairement, on est dans une phase ascendante de l'épidémie.

"On a des niveaux de 2 à 3% de mortalité chez les personnes qui présentent des symptômes sévères, explique le directeur de l’Unité Biologie et Pathogénicité fongiques. Cela reste un taux de mortalité relativement faible. En revanche, on a beaucoup de questions sur la contagiosité." 

Un risque en France, mais pas d'urgence

À lire aussi
Carburant : les prix ne cessent d'augmenter carburants
Essence, diesel : les prix du carburant poursuivent leur hausse

Le professeur à l'Institut Pasteur rappelle qu'il "n'y a pas eu d'interdiction d'entrer sur le territoire de personnes venant de Chine dans les 20 premiers jours de janvier", ce qui signifie qu'il y a "un risque qu'un certain nombre de personnes soient porteuses du virus et contagieuses."

"Néanmoins, comme l'a rappelé la ministre (de la Santé, Agnès Buzyn, ndlr), on ne peut pas contrôler toutes les frontières, estime Christophe d'Enfert. En France, cette épidémie est loin d'être du niveau de celle de la grippe", qui fait en "3.000 et 13.000" morts. "On est loin d'une épidémie importante en France, je pense que les mesures sont prises pour essayer de la limiter au maximum", ajoute-t-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Santé Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants