1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : le lama peut-il nous aider dans la lutte contre le Covid-19 ?
2 min de lecture

Coronavirus : le lama peut-il nous aider dans la lutte contre le Covid-19 ?

Un anticorps issu du système immunitaire de l'animal aurait été trouvé pour neutraliser le Covid-19, selon une étude.

Un lama, en Allemagne (illustration
Un lama, en Allemagne (illustration
Crédit : Karl-Josef Hildenbrand / dpa / AFP
Thomas Pierre

Le lama détiendrait-il la clé d'un anticorps contre le coronavirus? Selon des chercheurs belges et américains, des protéines produites par le camélidé pourrait en effet permettre d'envisager un traitement du Covid-19. Leur étude, dont la revue scientifique The Cell se fait l'écho ce mardi 5 mai, en est encore à ses prémices, mais les premiers résultats s'annoncent prometteurs. 

Il s'agirait alors de l'un des "premiers anticorps connus pour neutraliser Sars-CoV-2", affirme Jason McLellan, de l'Université du Texas à Austin et co-auteur de l'étude. "Avec les thérapies par anticorps, vous donnez directement à quelqu'un les anticorps protecteurs et donc, immédiatement après le traitement, ils doivent être protégés", explique-t-il dans un communiqué.

Les anticorps sont les sentinelles du système immunitaire, mais ici, ils pourraient aussi "être utilisés pour traiter quelqu'un qui est déjà malade afin d'atténuer la gravité de la maladie", assure le chercheur, qui rappelle toutefois que plus d'études et d'essais cliniques sont nécessaires pour voir si cet anticorps peut être utilisé chez l'homme. 

Un lama nommé Winter

Cette piste encourageante, on la doit à un lama belge, répondant au nom de Winter. Agé de 4 ans, ce spécimen vit dans une ferme dans la campagne belge. En 2016, alors qu'il avait 9 mois, et que des chercheurs de l'université de Gand étudiaient deux coronavirus antérieurs (SARS-CoV-1 et MERS-CoV), ces derniers lui ont injecté des protéines dite "de pointe" stabilisées provenant de ces virus durant six semaines. 

À écouter aussi

Les protéines de pointe sont les "armatures" présentes "à l'extérieur du virus que le virus utilise pour saisir et pénétrer les parois externes des cellules hôtes", rappelle ce blog spécialisé. 

Les scientifiques ont ensuite prélevé un échantillon de sang et des anticorps isolés liés à ces fameuses protéines de pointe. L'un d'eux, provenant du SRAS-CoV-1, a montré une réelle perspective pour arrêter le virus. A partir de cette découverte, l'équipe de recherche a conçu un nouvel anticorps pour traiter l'actuel SARS-CoV-2. 

Ici encore, à l'instar des travaux de l'université d'Oxford pour trouver un vaccin, les scientifiques ont pu achever cette étude en quelques semaines grâce aux années de travail qu'ils avaient déjà effectuées sur les coronavirus précédents.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/