1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus, vaccination, variants... Les 4 points à retenir de la conférence de Véran
2 min de lecture

Coronavirus, vaccination, variants... Les 4 points à retenir de la conférence de Véran

ÉLAIRAGE - Le ministre de la Santé a notamment assuré qu'il n'y avait "pas lieu de suspendre" le vaccin AstraZeneca, alors que le Danemark, l'Islande et la Norvège ont pris cette décision.

Olivier Véran lors d'une conférence de presse le jeudi 11 mars à Paris
Olivier Véran lors d'une conférence de presse le jeudi 11 mars à Paris
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Eléanor Douet & AFP

Où en est l'épidémie de coronavirus en France ? Le ministre de la Santé a dressé un bilan lors d'une conférence de presse ce jeudi 11 mars. "C'est une situation que je qualifierais de tendue et inquiétante", mais elle reste très hétérogène d'une région à l'autre, a indiqué Olivier Véran.

Le seuil des 4.000 malades du Covid-19 en réanimation a été de nouveau dépassé, a précisé le ministre lors de son point hebdomadaire sur l'épidémie. C'est une première depuis fin 2020.

"Nous sommes particulièrement préoccupés par trois régions : les Hauts-de-France, l'Île-de-France et la Provence-Alpes-Côte-d'Azur", a poursuivi le ministre. "La pression hospitalière va continuer à monter", a également indiqué le ministre, qui a assuré que face à cela, le gouvernement mobilisait au maximum le système de santé. 

1. Des transferts de l'Île-de-France vers d'autres régions

Concernant l'Île-de-France, selon les derniers chiffres, "un Francilien est admis en réanimation" toutes les 12 minutes. La pression hospitalière étant trop forte, Olivier Véran a indiqué que "des dizaines, voire des centaines de transferts de patients" de l'Île-de-France vers d'autres régions pourraient avoir lieu avant la fin de semaine. "Si l'épidémie se poursuit à ce niveau et à ce rythme (en Île-de-France) nous prendrions toutes les mesures qui s'imposent", a averti le ministre de la Santé. 

2. Des variants "maîtrisés" mais "plus contagieux"

À lire aussi

Olivier Véran a également évoqué les variants. "Depuis janvier et la propagation des variants, la proportion de formes graves a augmenté dans plusieurs régions. Nous n’avons pas d’explication scientifique arrêtées à cela mais plusieurs études montrent que le variant est responsable de davantage de formes graves que le Covid classique. Cela explique pourquoi à niveau d’épidémie stabilisé, les réanimations se remplissent si vite", a-t-il expliqué.

"A ce stade, on peut donc dire que les variants sont plus contagieux, mais aussi plus dangereux, et qu’ils représentent plus des deux tiers des contaminations en France."

3. Un record de vaccination

Concernant la campagne de vaccination, Olivier Véran a tenu un discours se voulant rassurant. "En 24 heures, 286.000 Français ont reçu une injection de vaccin, c'est un record", s'est-il félicité. Au total, "4,3 millions de Français ont reçu leur première injection."

"Ce week-end nous poursuivrons nos efforts. [...] Les stocks mobilisables sont moins importants que le week-end dernier, mais 100.000 doses de Pfizer seront mobilisables d'ici mardi." Le ministre a par ailleurs ajouté que la France recevra "1,9 million de doses du vaccin Pfizer par semaine" au mois d'avril. 

4. Pas de suspension du vaccin AstraZeneca

Alors que le Danemark, l'Islande et la Norvège ont annoncé ce jeudi suspendre les injection du vaccin AstraZeneca, Olivier Véran a tenté de rassurer. Il n'y a "pas lieu de suspendre" les injections du vaccin anti-Covid d'AstraZeneca en France.

"Le bénéfice apporté par la vaccination est jugé supérieur au risque à ce stade", a-t-il affirmé, soulignant que sur 5 millions européens, seuls 30 ont présenté un problème de coagulation (effet qui a entraîné les suspensions des trois pays). 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/