1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : anticorps, protection, variants... Les dernières données
1 min de lecture

Coronavirus : anticorps, protection, variants... Les dernières données

VU DANS LA PRESSE - Selon les résultats d'une étude française, les anticorps persistent jusqu'à 13 mois dans l'organisme après avoir contracté la Covid-19.

Le personnel médical s’occupe d’un patient d’une unité de soins intensifs pour les patients infectés par la Covid-19 au CHU de Strasbourg, dans l’est de la France, le 22 octobre 2020.
Le personnel médical s’occupe d’un patient d’une unité de soins intensifs pour les patients infectés par la Covid-19 au CHU de Strasbourg, dans l’est de la France, le 22 octobre 2020.
Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
William Vuillez
William Vuillez
Journaliste

Combien de temps est-on immunisé après avoir contracté la Covid-19 ? Est-on moins susceptible d'être à nouveau infecté par la suite ? L'immunité post-Covid soulève plusieurs questions et pourrait être, combinée avec la vaccination, le chemin vers une sortie de l'épidémie. Une équipe du CHU de Strasbourg a posté le 15 mai dernier, les résultats d'une étude se portant sur les anticorps produits contre la protéine Spike (ou S) du virus Sars-CoV-2 (dont découle la Covid-19). 

Selon les résultats de cette étude, relayée par franceinfo, ces anticorps persistent dans l'organisme plus d'un an après son infection à la Covid-19. Les chercheurs ont suivi 1.309 travailleurs de la santé depuis avril 2020, dont 393 avaient déjà contracté la Covid-19. Sur ces 393, "97% des individus ont gardé leurs anticorps anti-S", 13 mois après l'infection, expliquent les chercheurs. 

Dans le groupe étudié, les anticorps anti-S, dirigés contre la protéine Spike, restent présents "jusqu'à 422 jours après les symptômes". Ils baissent néanmoins plus rapidement chez les hommes que chez les femmes, précise l'étude.

Le risque d'être réinfecté est réduit de près de 97%

L'autre résultat important de cette étude, concerne le risque d'être réinfecté après avoir déjà contracté la Covid-19. Sur le groupe négatif en avril 2020, "69 infections au SRAS-CoV-2 se sont développées", contre une seule dans le groupe qui avait déjà contracté la Covid-19. L'étude indique donc "une réduction relative de l'incidence de la réinfection par le SRAS-CoV-2 de 96,7%". 

À lire aussi

Concernant les différents variants, les chercheurs expliquent que la présence de ces anticorps 13 mois après la contamination, permet de neutraliser la forme initiale du virus ainsi que le variant anglais, mais pas le variant sud africain qui échappe lui à ces anticorps.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/