1 min de lecture Coronavirus France

Confinement : "On a perdu deux mois", déplore le Pr Djillali Annane sur RTL

INVITÉ RTL - Le chef du service de réanimation à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches a commenté les annonces du président de la République.

Julien Sellier L'invité de RTL Petit Matin Julien Sellier
>
Covid-19 : "On a perdu deux mois", déclare Djillali Annane sur RTL Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Petit Matin - Julien Sellier
Julien Sellier édité par Jérémy Billault

Le semi-reconfinement annoncé mercredi par Emmanuel Macron suffira-t-il à soulager les services de réanimation dans les zones les plus touchées ? Les nouvelles mesures, comme la fermeture des écoles, sont-elles à la hauteur de la situation ?

Pour Djillali Annane, chef du service de réanimation à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches, "ce sont des mesures qui étaient attendues et qu'on aurait dû prendre, malheureusement, il y a deux mois". 

Djillali Annane réclamait dès janvier un nouveau confinement. "Il y a deux mois, on aurait pris les mêmes mesures et on aurait évité la situation dans laquelle on se trouve aujourd'hui où toute la métropole est concernée (ce n'était pas le cas il y a deux mois", explique-t-il sur RTL. 

"Le variant britannique est aujourd'hui extrêmement répandu, poursuit-il. Ce n'était pas le cas il y a deux mois et le taux de circulation quotidienne du virus était de 15 à 20.000. Indiscutablement, on a perdu deux mois."

Factuellement, on est à saturation

Djillali Annane, chef du service de réanimation à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches, sur RTL
Partager la citation
À lire aussi
vaccin
Coronavirus : faudra-t-il que les enfants soient vaccinés ?

Le chef de l'État a assuré mercredi que la situation était sous contrôle dans les hôpitaux. "Factuellement, on est à saturation, répond le chef du service de réanimation de l'hôpital de Garches, en région parisienne. L'indicateur est en Île-de-France à 135%, en France 101%."

Emmanuel Macron a également annoncé la capacité à monter à 10.000 lits de réanimation. "Ce n'est pas possible, il y a une confusion entre les lits de réanimation, autour de 5.000 et qui n'augmentent pas davantage et les lits de soins critiques, créés de façon transitoire avec une marge de manœuvre, mais probablement pas au point de monter à 10.000."

Djillali Annane explique, également observer un rajeunissement, une baisse de 10 ans dans l'âge moyen, de 69 ans en janvier à 60 ans en mars. "Ces derniers jours, ce sont le plus souvent des patients quinquagénaires ou quadragénaires qui n'ont pas de comorbidité."

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Hôpitaux Confinement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants