2 min de lecture Alzheimer

Alzheimer : quelles conséquences du déremboursement des médicaments ?

Sept mois après le déremboursement des médicaments contre Alzheimer, une enquête de l'association "France Alzheimer" montre que la moitié des patients qui ont arrêté leur traitement connaissent une aggravation de leurs troubles.

>
Alzheimer : quelles conséquences du déremboursement des médicaments ? Crédit Image : AFP / SEBASTIEN BOZON | Crédit Média : Odile Pouget | Durée : | Date :
Odile Pouget édité par Marie Sasin

C'est la toute première enquête depuis le déremboursement des traitements contre la maladie d'Alzheimer. En août dernier, la Sécurité sociale a cessé de prendre en charge quatre molécules, jugées inefficaces.

L'association France Alzheimer qui épaule les 900.000 malades dans notre pays a mené une enquête auprès de 2.500 familles concernées. Ses conclusions sont formelles : l'arrêt des traitements entraîne l'aggravation des troubles. Au point que certains patients ont choisi de continuer à les prendre en les payant de leur poche. 

Brigitte, âgée de 62 ans, a arrêté d'utiliser son patch destiné à stabiliser sa mémoire en août dernier, parce qu'il n'était plus remboursé. Quelques jours plus tard, Christian, son mari perçoit un changement. "Moi qui vit continuellement avec elle, j'ai bien constaté que l'état de la mémoire de Brigitte se détériorait"

Les rendez-vous médicaux, les repas, la vie quotidienne, tout devient plus compliqué pour Brigitte. "Je répétais des choses, je demandais toujours des confirmations des choses qui étaient en trop".

Des médicaments à la charge des malades

À lire aussi
Un premier médicament efficace contre Alzheimer bientôt sur le marché alzheimer
Alzheimer : "Un patient sur deux est reconnu", avertit un neurologue sur RTL

Un mois plus tard avec l'accord du psychiatre et du neurologue, le couple décide la reprise du médicament. "Je me voyais avec une mémoire de plus en plus fléchissante, en reprenant le traitement, ça repartait un petit peu, ça va mieux. Je m'accroche à ça".

Une décision qui a un coût pour ces retraités. "On paie 65 euros par mois, totalement à notre charge". À cela s'ajoute d'autre frais, l’auxiliaire de vie, une place en accueil de jour et c'est à deux voix que le couple confie sa colère. 

"Ça nous touche, je trouve ça malheureux", dit Brigitte, "ça nourrit chez moi beaucoup de sentiment d’injustice", ajoute son époux qui, désemparé, a décidé d'envoyer un courrier au président de la République.

Le déremboursement : une erreur ?

Sept mois plus tard, l'enquête de France Alzheimer vient balayer l'inefficacité des médicaments, estimé par la Haute autorité de santé (HAS). Dans 52% des cas, l'arrêt des traitements a entraîné une aggravation des troubles.

"Cette enquête va malheureusement dans le sens des craintes que la majorité des médecins, spécialistes, les professionnels de cette pathologie, a exprimé lorsque le gouvernement a pris cette décision", estime le professeur Mathieu Ceccaldi, neurologue au CHU de la Timone à Marseille et responsable du centre expert régional PACA Ouest sur la maladie d'Alzheimer et les maladies apparentées.

"Pour plus de la moitié des patients qui ont arrêté les traitements, la plupart des proches aidants ont constaté une aggravation accélérée des troubles cognitifs, c'est ce que nous craignions c'est ce que la littérature scientifique suggérait. C'est la raison pour laquelle nous étions très réticents par rapport à cette décision de la ministre", ajoute le professeur invité des Petits Matins de RTL ce jeudi 21 février.

"Je pense que cette étude doit être regardée avec attention par le ministère parce que non seulement elle a tendance à montrer que cette décision est injustifiée. C'est également une décision qui est inéquitable", estime Mathieu Ceccaldi qui reconnaît toutefois "l"efficacité limité de ces médicaments".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alzheimer Santé Médicaments
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants