1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Afrique du Sud : une greffe d'oreille guérit la surdité du receveur
2 min de lecture

Afrique du Sud : une greffe d'oreille guérit la surdité du receveur

Une équipe médicale sud-africaine a annoncé avoir procédé à des greffes de petits os de l'oreille moyenne fabriqués grâce à l'impression 3D. Des interventions présentées comme des premières mondiales.

Un chirurgien pendant une opération (illustration)
Un chirurgien pendant une opération (illustration)
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Leia Hoarau & AFP

Cette procédure chirurgicale est présentée comme une première mondiale. Les osselets de l'oreille moyenne (la partie de l'oreille comprenant le tympan et située entre l'appareil externe et l'oreille interne), fabriqués grâce à une impression en 3D, ont été greffés par une équipe médicale sud-africaine. 

En plus de rendre au patient une oreille complètement formée, cette technique serait également "la réponse à la perte auditive de transmission, un problème de l'oreille moyenne qui peut être causé par des anomalies congénitales, une infection, un traumatisme ou une maladie du métabolisme", s'est réjouie l'université de Pretoria dans un communiqué.

Les osselets de l'oreille moyenne permettent en effet de transmettre les vibrations sonores à l'oreille interne. "La 3D nous permet de faire des choses que nous n'aurions jamais pensé pouvoir faire", a expliqué le professeur Mashudu Tshifularo, qui a dirigé ce procédé sur trois greffes des os de l'oreille moyenne.

Une technique de greffe innovante

La dernière en date a eu lieu le mercredi 13 mars à l'hôpital Steve-Biko de la capitale sud-africaine sur un patient de 35 ans, dont l'oreille interne avait été totalement endommagée dans une accident de voiture. La technologie de l'impression 3D a permis de fabriquer les os de l'oreille moyenne, les plus petits du corps humain, qui sont composés de trois osselets (le marteau, l'enclume et l'étrier).  

À lire aussi

"En remplaçant seulement les osselets qui ne fonctionnent pas correctement, la procédure présente moins de risque que les prothèses connues jusqu'à présent", a souligné le Pr Tshifularo. Les interventions ont été réalisées au moyen d'un endoscope, ce qui permet une opération rapide avec le "minimum" de cicatrices, a-t-il expliqué. 

Tous les patients victimes de cette affection, y compris les nouveau-nés, peuvent bénéficier de cette nouvelle technologie, selon le Pr Tshifularo, qui a lancé un appel de fonds pour que cette "invention puisse décoller". Son appel a été relayé par le ministère sud-africain de la Santé qui a estimé "nécessaire de tout faire pour mobiliser les ressources afin que le Pr Tshifularo obtienne l'aide dont il a besoin pour cette importante innovation".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire