Remaniement ministériel : "Un gouvernement de pure politique", analyse Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - La journaliste nous explique pourquoi François Hollande s'est constitué un vrai gouvernement de campagne.

François Hollande sur le perron de l'Élysée >
Remaniement ministériel : "Un gouvernement de pure politique", analyse Alba Ventura Crédit Image : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP | Crédits Média : RTL | Durée : | Date :
1/

Le retour de Jean-Marc Ayrault, trois écologistes, une flopée de secrétaires d'État : ce sont les nouveauté du dernier remaniement ministériel opéré jeudi 11 février. Le Premier ministre Manuel Valls a parlé d'un "gouvernement d'expérience". En tout cas, ce n'est pas un "gouvernement Valls" mais un "gouvernement Hollande". Un gouvernement avec lequel le chef de l'État croit pouvoir faire campagne, un gouvernement en forme de déclaration de candidature à l'Élysée. Mais c'est un gouvernement bricolé, pas solidifié. Ce n'est pas un gouvernement de combat.

C'est un gouvernement qui est fait pour faire exploser les écolos, en faisant entrer notamment la patronne d'Europe Écologie-Les Verts, Emmanuelle Cosse. Il est fait pour afficher une caution de gauche. La touche sociale c'est Jean-Marc Ayrault, l'homme qui a augmenté les impôts. Il est fait pour conserver le soutien des radicaux avec l'homme fort du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet.

On a aujourd'hui une équipe qui est une sorte de best-of du quinquennat. On a d'un côté un Emmanuel Macron qui va cohabiter avec des Verts (ils ne peuvent pas se voir). Il y a Manuel Valls et aussi Jean-Marc Ayrault, l'actuel premier ministre et l'ancien (ils ne peuvent pas se voir). Il y a quelques jeunes femmes de plus parce qu'on n'a pas réussi à en nommer une seule à un poste régalien.

Il est évident que tout ça est loin d'être suffisant pour ramener toutes les voix de gauche qui se sont évaporées depuis 2012. Cela donne quand même l'impression d'une sorte de bureau national de la gauche, de gouvernement de synthèse. Un gouvernement de pure politique.

La stratégie de Hollande : empêcher

Ce qui frappe le plus, c'est le retour de Jean-Marc Ayrault. Non pas pour dire qu'il n'est pas à sa place. On a tous beaucoup de respect pour lui. C'est un homme loyal, respectueux, sérieux. Mais il a été débarqué. Il a lui-même raconté qu'il y avait eu une manœuvre contre lui opérée par Manuel Valls, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon. Une manœuvre sur laquelle François Hollande a fermé les yeux. On lui a fait payer les pots cassés de deux premières années ratées du quinquennat : le ras-le-bol fiscal, l'échec du contrat de génération, l'épisode Léonarda. On lui a fait payer l'addition. "Merci au revoir, allez maintenant c'est Manuel Valls qui va prendre le relai". C'est étrange de le faire revenir. Est-ce une manière de s'excuser ? Est-ce un poste de rattrapage ?  On nous dit qu'il parle allemand. Très bien pour les relations franco-allemandes, mais c'est un peu court.

L'écologiste Emmanuelle Cosse, elle, est une prise de guerre. Dans le casting vert, c'est elle la plus intéressante. Les deux autres écolos avaient déjà quitté leur parti. Non seulement elle y était toujours, mais c'était la chef. Ce débauchage, c'est fait pour dynamiter Europe Ecologie-Les Verts et pour repousser encore un peu plus Cécile Duflot vers la gauche de la gauche. Voilà à quoi sert l'entrée d'Emmanuelle Cosse au gouvernement.

François Hollande ne peut pas gagner par lui-même.
Pour espérer y arriver il faut qu'il joue en contre : contre la gauche, contre ceux qui pourraient être candidats. Sa stratégie c'est d'empêcher. Lorsque le Président nous dit qu'il ne fait pas de calcul politique en vue de 2017, tout ce remaniement en est la preuve.

Le carnet du jour

François Hollande a annoncé un référendum sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, en jurant qu'il n'y avait pas eu de négociation avec l'écologiste Emmanuelle Cosse en échange de son arrivée au gouvernement. Sauf qu'il y a un mois et demi, Jean-Marc Ayrault, le régional de l'étape, expliquait en petit comité que localement cela faisait longtemps que l'on tournait autour de cette idée de référendum mais que l'on ne savait pas comment l'organiser. Sur quelle base, quel périmètre ? Comme par hasard, tout vient de se débloquer. Qui a dit qu'il n'y avait pas de calcul politique ?

La rédaction vous recommande
LoïcFarge42
par Journaliste RTL
Suivez Loïc Farge sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781846077
Remaniement ministériel : "Un gouvernement de pure politique", analyse Alba Ventura
Remaniement ministériel : "Un gouvernement de pure politique", analyse Alba Ventura
REPLAY / ÉDITO - La journaliste nous explique pourquoi François Hollande s'est constitué un vrai gouvernement de campagne.
http://www.rtl.fr/actu/politique/remaniement-ministeriel-un-gouvernement-de-pure-politique-analyse-alba-ventura-7781846077
2016-02-12 11:59:29
http://media.rtl.fr/cache/N7FfuhKiHcm8AcbsvUjpxw/330v220-2/online/image/2016/0212/7781846604_francois-hollande-sur-le-perron-de-l-elysee.jpg