4 min de lecture Ligue 1 Conforama

Olympique de Marseille : 4 raisons d'espérer une belle fin de saison

DÉCRYPTAGE - Calendrier abordable et allégé, recrues hivernales talentueuses et décisives, buteur en grande forme : l'OM possède les cartes pour terminer 2016-2017 en trombe.

Doria, Gomis, Vainqueur, Rolando et Payet mercredi 8 février 2017 lors de la victoire de l'OM contre Guingamp
Doria, Gomis, Vainqueur, Rolando et Payet mercredi 8 février 2017 lors de la victoire de l'OM contre Guingamp Crédit : Claude Paris/AP/SIPA
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Ce n'était "que" Guingamp, équipe en chute libre depuis son coup d'éclat contre le PSG mi-décembre. Devant "seulement" 28.560 spectateurs sur les 67.394 que peut accueillir le Stade Vélodrome. La victoire de l'OM (2-0) en clôture de la 24e journée de Ligue 1, mercredi 8 février, en dit pourtant long sur le tournant pris par le club olympien depuis l'arrivée de Rudi Garcia sur le banc. Et plus encore depuis la fin du mercato de janvier, le premier de l'ère Frank McCourt.

Stoppée dans son élan cinq jours plus tôt sur la pelouse du 19e au coup d'envoi, le FC Metz (1-0), après un carton contre Montpellier en Ligue 1 (5-1) et une qualification aux dépens de Lyon en Coupe de France (2-1 a.p.), l'équipe ciel et blanc a su repartir de l'avant. Maudit lors du passage de l'Espagnol Michel, le gazon du Vélodrome est redevenu une antre où Marseille engrange les points (27, 4e meilleur bilan derrière Nice, Monaco et le PSG), prend peu de buts (6, mieux que l'OGCN et l'ASM, 9 "clean sheets" sur 12 possibles).

Saint-Étienne battu à Nice, revoilà les Marseillais au coude-à-coude avec les Verts et les Girondins de Bordeaux à la 5e place (6e derrière les Stéphanois, à la différence de buts). Si le podium semble compliqué à aller chercher (16 points de retard sur Nice et Paris, 19 sur Monaco), et que le "Champions Project", au sens littéral, attendra, une place en Coupe d'Europe en septembre prochain semble complètement dans les cordes de ce groupe.

1. Un calendrier abordable sur le papier

Le chiffre n'a pas échappé aux sympathisants olympiens comme aux observateurs : le succès contre l'En Avant, porte le total à 10 depuis août. Soit déjà autant que la triste saison passée (13e). Il reste 14 journées jusqu'au 6 mai, soit 42 points à prendre. Or, l'OM bénéficie d'un calendrier qui paraît abordable sur le papier.

À lire aussi
Karl Toko-Ekambi, passé notamment par le SCO d'Angers, évolue aujourd'hui à Villareal. Ligue 1 Conforama
Mercato : Toko-Ekambi en passe de signer à l'OL, Soumaré vers l'Angleterre ?

Garcia et ses joueurs ne recroiseront la route de Monaco qu'en Coupe de France (8es de finale), le 1er mars, à domicile. La réception du PSG se fera très vite, le 26 février, à mi-chemin de la double confrontation des Parisiens avec le FC Barcelone en Ligue des champions. Au Vélodrome, l'OM se frottera par ailleurs à Rennes (actuel 8e), Angers (18e), Dijon (17e) et Bastia (19e). Il faudra toutefois batailler face à Saint-Étienne (5e) et Nice (3e).

La liste des déplacements paraît, elle aussi, dans les cordes des Olympiens : Nantes (15e), Lorient (20e), Lille (13e), Dijon (17e), Toulouse (10e), Nancy (11e), Caen (16e) et Bordeaux (7e). Tout cela à un rythme d'un match par week-end, sauf fin février-début mars et peut-être début avril en cas de qualification en Coupe de France. 

2. Gomis est en forme

Cette cadence ralentie par rapport à décembre et janvier doit permettre à Bafétimbi Gomis d'enchaîner tous les matches ou presque. Quand son avant-centre est ménagé, comme à Metz, l'OM souffre. Si le mercato hivernal semble, pour le moment, une réussite, aucune doublure n'est arrivée en attaque. Aucune ne semble non plus satisfaisante dans l'effectif actuel (Bouna Sarr, Clinton Njie, Antoine Rabillard et Aaron Leya Iseka).

À 31 ans, Gomis enchaîne, lui, les buts. Le joueur prêté par Swansea en est déjà à 14 en L1 sur les 31 de son équipe, à deux unités de son record personnel avec Saint-Étienne en 2007-2008 et Lyon en 2012-2013. À l'origine de sa tête plongeante contre Guingamp, l'une des recrues hivernales, Morgan Sanson. Il y a fort à parier que Dimitri Payet lui offrira aussi d'autres caviars dans les rencontres à venir.

3. Payet, tout bon pour la confiance

En attendant, Payet, de retour après son passage à West Ham, a réussi sa première titularisation. Son coup-franc pour le but du break "n'est pas le plus beau". Mais le milieu offensif des Bleus "prend". "Ça m'a libéré, quand on est transféré c'est toujours mieux de marquer, d'être décisif rapidement, ça permet de prendre confiance et de travailler plus sereinement".

Payet n'affiche pas encore sa forme estivale avec les Bleus. Mais après dix jours de remise en forme ajustée à son cas par le staff, celui d'un joueur écarté pendant un mois dans son ancien club, il était en jambes."Plus le match avançait, plus je me sentais bien sur mes cannes. C'était important de commencer un match pour voir où j'en étais, ça s'est plutôt bien passé, c'est de bon augure". 

4. Diarra renforce la concurrence

De bon augure aussi ses automatismes avec Morgan Sanson et Maxime Lopez - "avec des bons joueurs, c'est plus facile de jouer au ballon, ils aiment jouer dans les petits espaces" - tout comme son rôle de premier rideau défensif. Dans ce secteur, l'OM a enregistré une autre bonne nouvelle, n'en déplaise à certains spectateurs qui l'ont conspué à son entrée : Lassana Diarra est de retour après un mois et demi de mise à l'écart d'un commun accord, puisqu'il cherchait un autre club.

"Il a le maillot de l'OM, c'est se tirer une balle dans le pied que siffler son propre joueur, a réagi Rudi Garcia. On a besoin de tout le monde et du public derrière nous. C'est dommage, mais c'est aussi à lui de le reconquérir par ses performances sur le terrain, il doit gagner une place, je ne fais de cadeau à personne". Cette concurrence devrait tirer le groupe un peu plus vers le haut. Depuis l'arrivée, même brève, de Patrice Évra, Doria semble ainsi transfiguré au poste de latéral gauche. Confirmation à Nantes, dimanche 12 février (21h) ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue 1 Conforama Olympique de Marseille Dimitri Payet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants