1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Hors-jeu : "On passera à l'automatisé très vite", estime Arsène Wenger sur RTL
2 min de lecture

Hors-jeu : "On passera à l'automatisé très vite", estime Arsène Wenger sur RTL

INVITÉ RTL - Directeur du développement du football mondial à la Fifa, le Français de 71 ans promet des évolutions "parce que la technologie sera encore supérieure dans quelque temps".

Une arbitre assistante espagnole le 8 juillet 2020 à Getafe
Une arbitre assistante espagnole le 8 juillet 2020 à Getafe
Crédit : JAVIER SORIANO / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune

Parrain des 20es Journées de l'arbitrage, qui débutent mercredi 20 octobre, Arsène Wenger a fait du hors-jeu un cheval de bataille en tant que directeur du développement du football mondial à la Fifa. Premier de ses combats : assouplir les décisions prises par l'assistance vidéo (VAR).

"Je pense qu'il faut essayer de rendre le jeu toujours plus spectaculaire et que l'on doit encourager toutes les règles qui favorisent le jeu offensif, estime l'ancien entraîneur d'Arsenal. Il y a une phrase dans la loi du hors-jeu qui dit qu'en cas de doute la décision doit bénéficier à l'attaquant. La VAR a tué le doute. Il faut peut-être redonner un avantage à l'attaquant".
 
"Je suis un grand défenseur de la VAR", certifie néanmoins l'homme de 71 ans, en s'appuyant sur cet argument : "ce que la VAR a provoqué, c'est plus de décisions justes". Il note aussi que "la vie de l'arbitre est devenue plus facile. Quand a quelqu'un à accuser, on accuse la VAR et pas l'arbitre".

La technologie sera encore supérieure dans quelque temps

Arsène Wenger

Arsène Wenger certifie aussi qu'il y aura moins de polémiques à l'avenir, car "le personnel de la VAR sera mieux formé - c'est un métier très récent - et aussi parce que la technologie sera encore supérieure dans quelque temps. Par exemple, le hors jeu, on prendra des décisions beaucoup plus rapides, on passera au semi-automatisé puis à l'automatisé très vite".

Le natif de Strasbourg s'intéresse par ailleurs à des exclusions temporaires, comme cela se fait en handball ou au rugby notamment. "Oui, ça peut être une idée pour le football". Il prend l'exemple des tacles : "On oscille souvent entre est-ce que c'est jaune ou rouge ? On pourrait dire que c'est orange". 

À lire aussi

Déjà évoquée par certains anciens footballeurs et des entraîneurs, la mise sur la table de cette mesure par l'ancien technicien de Monaco lui donne de facto plus de force dans l'hypothèse d'un test grandeur nature. Elle est en outre en vigueur dans certaines divisions de football amateur. 

Il ne faut pas avoir peur de changer

Arsène wenger

"Le football est devenu le sport le plus populaire au monde aussi grâce à un certain immobilisme des règles, conclut la légendes Gunners. Je pense qu'il ne faut pas avoir peur de changer. Il faut être assez courageux pour le faire, et en même temps bien tester des prises de décision pendant un ou deux ans par des expériences pratiques sur le terrain".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/