3 min de lecture Euro 2016

Euro 2016 : Eden Hazard, Kevin de Bruyne, Romelu Lukaku... Les flops de la Belgique, défaite face à l'Italie

La Belgique s'est inclinée 1-0 face à l'Italie lors de son premier match de l'Euro 2016, lundi 13 juin. La jeunesse dorée ne s'est pas montrée à la hauteur à l'image d'un Kevin De Bruyne transparent.

Eden Hazard tentera de donner la victoire à la Belgique contre l'Irlande le samedi 18 juin.
Eden Hazard tentera de donner la victoire à la Belgique contre l'Irlande le samedi 18 juin. Crédit : Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA
Lyèce Imchal

L'expérience l'a emporté sur la jeunesse. Lundi 13 juin, la fougue belge n'a pas réussi à prendre le dessus sur des Italiens bien en place. Noyés tactiquement, les joueurs habituellement décisifs de Marc Wilmots sont passés à côté de leur match, à l'image du petit prodige du pays, Eden Hazard, très attendu pour cet Euro.

Son entrée en lice ne s'est pas déroulée de la meilleure des manières. Bien muselé par une défense dense, l'ailier gauche n'a pas existé, surtout en première période. Les deux lignes défensives de ce 3-5-2 étaient bien trop compactes pour qu'il fasse la différence. Le joueur de Chelsea a été pris dans l'étau Parolo-Barzagli et n'a fait aucune différence. Avec beaucoup de déchets techniques et dans les passes, le Belge a eu du mal à rentrer dans son match. En deuxième période, Hazard s'est montré davantage présent dans le jeu. Avec quelques percées à son actif, il a parfois fait la différence mais n'a pas pu compter sur le soutien de ses compères en attaque, trop peu présents devant le but.

De Bruyne, un meneur en difficulté

Autre grosse déception côté belge, Kevin De Bruyne n'a pas eu son aura habituelle et cela s'est ressenti sur le jeu des hommes de Marc Wilmots. Le joueur de 24 ans, pourtant régulier au plus haut niveau avec sa sélection, est complètement passé au travers de son match. Pas aidé par le manque de solutions offensives proposées par Lukaku et Fellaini notamment, le Citizen a fait preuve d'une grande imprécision dans ses passes et dribbles. Ses nombreuses pertes de balle ont porté préjudice aux Diables Rouges, qui ont eu du mal à trouver la faille dans cette défense italienne. À sa décharge, Kevin De Bruyne semblait en difficulté physiquement, ce qui pourrait expliquer son manque de lucidité. Un peu de repos lors du prochain match, samedi 18 juin, contre l'Irlande devrait lui permettre de retrouver le niveau auquel les supporteurs belges l'attendent.

Lukaku, symbole de l'attaque

S'il y en a bien un qui a tout raté, c'est Romelu Lukaku. Et lorsque votre attaquant n'est pas en réussite, c'est tout le système offensif qui en pâtit. Contre l'Italie, le joueur d'Everton a été l'ombre de lui-même. Mauvais dans les transmissions, inutile dans la conservation de balle et inefficace devant le but, le Diable Rouge n'a pas pesé sur la défense italienne. Mis à part un face à face manqué à la 53e minute, Lukaku n'a pas su se procurer d'occasion. Battu à chaque duel aérien par le trio Barzagli-Chiellini-Bonnucci, l'attaquant belge n'a pas été en capacité de jouer son rôle de pivot. Remplacé par Origi à la 73e minute, il ne s'est quasiment pas montré menaçant, contrairement à l'ancien lillois. Le joueur de Liverpool a su se procurer deux occasions en seulement 20 minutes de jeu mais la précision n'était pas au rendez-vous.

Alderweireld, le point faible défensif

À lire aussi
Pascal Praud Euro 2016
Euro 2016 : "Voilà un train qui est arrivé en avance", se félicite Pascal Praud

Obligé de composer sans son taulier défensif et capitaine Vincent Kompany, Marc Wilmots a fait le choix d'aligner Tobias Alderweireld aux côtés de Thomas Vermaelen en défense centrale. Une charnière qui va rapidement se montrer dépassée par les accélérations italiennes. Sur une longue ouverture de Bonucci, Alderweireld juge mal la trajectoire du ballon qui arrive dans les pieds de Giaccherini.Cette erreur d'appréciation permet à l'Italie d'ouvrir le score (32e) et assomme les Diables Rouges. Par la suite, le défenseur de Tottenham est dépassé dans les duels par un Graziano Pellè très remuant. Jamais maître de sa zone, le joueur de 27 ans n'a pas su combler l'absence de Vincent Kompany. Habituellement aligné sur le côté gauche de la défense avec la sélection, "Toby" a déçu dans l'axe, pourtant son poste de prédilection. Le deuxième but italien en toute fin de match ne servira pas à rassurer une défense qui s'est montrée plutôt fragile.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Euro 2016 Belgique Italie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants