1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Drame de Furiani : 30 ans après, la Corse est encore meurtrie
2 min de lecture

Drame de Furiani : 30 ans après, la Corse est encore meurtrie

Le 5 mai 1992, la partie haute de la tribune Nord du stade Furiani, provisoire, s’écroule avant le coup d’envoi d'un match entre Bastia et l’OM faisant 18 morts et plus de 2.300 blessés. Trois décennies plus tard, la douleur est toujours aussi vive chez les blessés et leurs familles.

Les tribunes du stade Furiani, le 4 mai 2013
Les tribunes du stade Furiani, le 4 mai 2013
Crédit : AFP/G.Julien
Drame de Furiani : 30 ans après, la Corse est encore meurtrie
00:04:17
Nicolas Georgereau - édité par Théo Putavy

30 ans après le drame de Furiani, l'émotion est toujours aussi vive à Bastia pour les 2.300 blessés, leurs porches et les familles des 18 victimes. Ces Corses acceptent difficilement de se replonger dans leurs souvenirs. 

Karine Grimaldi avait 18 ans à l’époque, elle s’est rendue au match avec sa sœur, trois ans plus jeune, et qui décèdera dans la catastrophe. Karine, comme d'autres, a chuté de près de 20 mètres et a perdu l’usage de ses jambes. "Les années passent et on peut mettre un peu de côté. Me retrouver sur mon fauteuil, c'est mon quotidien. Pour moi, le 5 mai peut être tous les jours", témoigne-t-elle. 

Durant le match, dans cette tribune provisoire de 9000 places, se trouvaient également les journalistes. Bastien Dumas-Paoli, vice-président du Collectif des victimes, est le fils de Jean-Baptiste Dumas, envoyé spécial de RTL avec Hervé Béroud sur cet évènement. Son père, très grièvement touché, ne s'en remettra jamais. Il raconte : "On a tous vécu la même chose ce jour-là, la perte d'un proche. Je suis content d'y être mais je suis content quand cette date est passée". 

Une prise en charge des victimes à retardement

Chacun a essayé de trouver son chemin dans une lente reconstruction. Échanger, discuter, ou occulter totalement. Philippe Jammes, journaliste, est tombé de la tribune lui aussi. "Personnellement je n'ai pas éprouvé de difficulté à revenir à Furiani contrairement à d'autres. Par contre, je ne peux toujours pas voir d'images", raconte-t-il. 

À lire aussi

Mais il n'y a eu aucun accompagnement psychologique au moment de la tragédie. "Sur le moment ça n'a pas du tout été pris en compte. L'accompagnement n'est intervenu que deux ou trois ans après avec les attentats de 1995 à Paris", rappelle Richard Rechtman, anthropologue et psychiatre. Il y a 30 ans, il était interne en médecine. Présent à Bastia en congés, il était venu prêter main forte aux soignants cette nuit-là.

En octobre dernier, une loi a été votée : il n'y aura plus de match professionnel, dans les compétitions nationales, en France, le 5 mai. Une décision longue à venir pour certains comme Raoul, 60 ans, berger du Cap corse, blessé avec ses trois frères à Furiani : "ils ont mis du temps au niveau national. C'est quand même incroyable, une honte, un manque de respect". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/