2 min de lecture Polémique

Coupe du Monde 2018 : le bilan de l'arbitrage vidéo, une semaine après le coup d'envoi

INVITÉ RTL - Depuis le début du Mondial russe, l'assistance vidéo a déjà joué son rôle, et pas forcément de façon positive. L'analyse de l'ancien arbitre international français Bruno Derrien.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Coupe du Monde 2018 : le bilan de l'arbitrage vidéo, une semaine après le coup d'envoi Crédit Image : AFP / MLADEN ANTONOV | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Loïc Farge

La France a été la première équipe à bénéficier de cette technologie dans le Mondial en Russie. C'était le samedi 17 juin contre l'Australie (victoire 2-1), et ce penalty accordé après visionnage à Antoine Griezmann. Une semaine plus tard, l'assistance à l'arbitrage vidéo (VAR) a été utilisé partout. L'heure du bilan et des questions a déjà sonné. C'est Bruno Derrien, ancien arbitre international français, qui s'y est collé dans la Matinale de RTL jeudi 21 juin.

"Seul l'arbitre central peut initier l'analyse vidéo, l'arbitre assistant vidéo peut uniquement recommander une analyse à l'arbitre", rappelle-t-il. Il précise qu'il y a quatre cas dans lesquels la VAR rentre en considération : "validité d'un but (s'il n'est pas entaché d'une faute, situation de penalty dans la surface de réparation, carton rouge après une faute méchante et identification d'un joueur après une échauffourée".

"Cela n'a pas toujours bien marché" depuis le début de la compétition, constate Bruno Derrien. Il prend l'exemple de la rencontre Espagne-Portugal (2-2), et le but de l'Espagnol Diago Costa après un duel gagné à la limite face au Portugais Pepe, auquel il a infligé un coup de coude au niveau de la glotte.

"Là, l'arbitre central a priori interroge son arbitre vidéo qui ne voit pas la faute. Donc lui ne se déplace pas, parce que l'arbitre central a aussi le pouvoir de se déplacer au bord de la ligne de touche et de prendre lui-même la décision sur l'écran de contrôle. Il ne l'a pas fait", note-t-il.

À lire aussi
L'arbitre sud-africain Jaco Peyper face au Français Sebastien Vahaamahina le 20 octobre 2019 à Oita rugby
Coupe du Monde de rugby : l'arbitre de Galles-France s'excuse pour la photo polémique

Et de citer un autre cas lors de la rencontre entre la Suisse et le Brésil. L'Helvète Zuber, qui a marqué de la tête sur corner, a pris la précaution au passage de pousser des deux mains dans le dos Miranda. "Là encore l'arbitre n'a pas fait appel à l'assistance vidéo, qui ne lui recommande pas d'aller voir les images", raconte Bruno Derrien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Coupe du Monde Arbitrage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants