3 min de lecture Philippe Saint-André

XV de France : Spedding, Kockott et Atonio font perdurer la tradition étrangère en Bleu

ÉCLAIRAGE - Pour affronter les Fidji, samedi 8 octobre à Marseille, Philippe Saint-André a fait appel à quatre joueurs étrangers.

Rory Kockott, joueur de Castres, est d'origine sud-africaine (archives).
Rory Kockott, joueur de Castres, est d'origine sud-africaine (archives). Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Les étrangers ont-ils leur place au sein du XV de France ? Cette question est un éternel recommencement depuis plusieurs semaines. Le débat fait rage entre les "pour" et les "contre", qui s'affrontent à travers médias interposés.

Mais dans ce combat de coqs, c'est Philippe Saint-André qui a le dernier mot. Pour le premier match de la tournée d'automne face aux Fidji (samedi 8 novembre à 17h45), le sélectionneur de l'équipe de France a retenu quatre joueurs de nationalités étrangères : Bernard Le Roux, Scott Spedding, Rory Kockott et Uini Atonio. Si les deux derniers prendront place sur le banc des remplaçants pour ce premier test-match, Scott Spedding et Bernard Le Roux ont reçu les faveurs de PSA et débuteront la rencontre.

Bernard Le Roux célébrera sa neuvième sélection. Les trois autres peuvent à leur tour y prétendre car ils remplissent les critères de l'instance internationale de rugby : ils n'ont jamais porté le maillot d'une autre nation et résident depuis plus de 36 mois consécutif dans l'Hexagone

À lire aussi
Christophe Dominici, consultant rugby pour RTL Christophe Dominici
Coupe du monde de rugby - XV de France : "Personne n'a assumé", déplore Christophe Dominici
>
Scott Spedding pleure en voyant Patrice Lagisquet

La formation, principal mal du XV de France

En grande difficulté depuis deux ans, le XV de France affiche un triste bilan sous l'ère Saint-André. Avec seulement 39% de victoires depuis sa prise de fonction en décembre 2011, PSA n'a pas inversé la tendance en 2014 et reste sur quatre défaites consécutives contre l'Irlande en conclusion du Six Nations et en Australie lors de la tournée d'été. 

Le message que l'on envoie à notre jeunesse et à tous les adhérents du rugby qui prennent une licence, c'est qu'un jour, atteindre le niveau suprême va se restreindre par cette concurrence venue de l'extérieur

Emile N'Tamack, ancien entraîneur du XV de France
Partager la citation

La réaction est attendue surtout qu'à moins d'un an de la Coupe du monde, le fond de jeu est toujours incohérent et les interrogations persistent. Mais alors sur qui s'appuyer pour enfin construire une équipe stable pour cette tournée avec en ligne de mire le tournoi des Six Nations et le mondial ? Sur des joueurs étrangers en grande forme et leaders dans leurs clubs respectifs ou sur des Français moins performants ?

L'ancien international et entraîneur tricolore, Emile N'Tamack, n'a pas hésité à critiquer le virage entrepris par la Fédération Française de Rugby se déclarant "totalement contre" la naturalisation des joueurs étrangers sur Rugbyrama. "Le message que l'on envoie à notre jeunesse et à tous les adhérents du rugby qui prennent une licence, c'est qu'un jour, atteindre le niveau suprême va se restreindre par cette concurrence venue de l'extérieur et non française". 

S'ils préfèrent être quatrième remplaçant dans un grand club plutôt que d'aller tenter leur chance ailleurs, c'est leur choix aussi. Est-ce que c'est le sport ou le chèque qu'ils veulent ?

Pierre Camou, président de la FFR
Partager la citation

Le président de la Fédération vise lui les choix de carrière des jeunes joueurs français : "S'ils préfèrent être quatrième remplaçant dans un grand club plutôt que d'aller tenter leur chance ailleurs, c'est leur choix aussi. Est-ce que c'est le sport ou le chèque qu'ils veulent ? Ils sont aussi en cause. À eux de savoir quelle est leur propre ambition sportive."

Melville, Benazzi, Marsh, Liebenberg… une tradition bien ancrée

Abdelatif Benazzi félicité par Pieter de Villiers et Xavier Garbajosa lors de l'exploit face aux All Blacks lors du mondial 1999.
Abdelatif Benazzi félicité par Pieter de Villiers et Xavier Garbajosa lors de l'exploit face aux All Blacks lors du mondial 1999. Crédit : JEAN-LOUP GAUTREAU / AFP

Le XV de France s'est d'ailleurs construit en présence de certains joueurs étrangers. Le Sud-Africain Éric Melville est le premier à porter le maillot frappé du coq en 1990. D'autres noms ont suivi : Abdelatif Benazzi, Dries van Heerden, Pieter de Villiers, Legi Matiu, Tony Marsh, Steven Hall, Brian Liebenberg, Vincent Debaty, Antonie Claassen et Bernard Le Roux. Scott Spedding, Rory Kockott et Uini Atonio ne feront que continuer une tradition déjà bien ancrée

Surtout que si certains ont fait un passage éclair en équipe de France, d'autres se sont imposés comme des leaders de leur génération. Abdelatif Benazzi totalise 78 sélections et a même été promu capitaine alors que Pieter de Villiers s'est démarqué comme l'un des meilleurs piliers français tout au long de ses 68 apparitions en Bleu. 

"Cela a t-il troublé qu'il y ait des soldats marocains et des tirailleurs sénégalais à nos côtés durant cette guerre ? Cela a t-il troublé que des Maures constituent la Légion étrangère ?

Pierre Camou, président de la FFR
Partager la citation

Outre les références rugbystiques, le haut dirigeant de l'ovalie fait référence à l'Histoire nationale pour assurer que ce débat est "particulièrement déplacé en France et en Europe" : "Cela a t-il troublé qu'il y ait des soldats marocains et des tirailleurs sénégalais à nos côtés durant cette guerre ? Cela a t-il troublé que des Maures constituent la Légion étrangère ?"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Philippe Saint-André XV de France Rugby
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7775220416
XV de France : Spedding, Kockott et Atonio font perdurer la tradition étrangère en Bleu
XV de France : Spedding, Kockott et Atonio font perdurer la tradition étrangère en Bleu
ÉCLAIRAGE - Pour affronter les Fidji, samedi 8 octobre à Marseille, Philippe Saint-André a fait appel à quatre joueurs étrangers.
https://www.rtl.fr/sport/autres-sports/xv-de-france-spedding-kockott-et-atonio-perdurent-la-tradition-etrangere-en-bleu-7775220416
2014-11-08 06:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/AnslIYaIHE1tGflDyoD58A/330v220-2/online/image/2014/1107/7775220666_000-par8021915.jpg