1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. VIDÉO - F1 : au cœur de la salle opérationnelle de Renault à Viry-Châtillon
1 min de lecture

VIDÉO - F1 : au cœur de la salle opérationnelle de Renault à Viry-Châtillon

À chaque Grand Prix, Renault active au sein de son usine de Viry-Châtillon une salle opérationnelle. À distance le constructeur prend, en temps réel, le pouls de ses 2 monoplaces.

La salle d'opérations du Renault Sport Racing, à Viry-Châtillon
La salle d'opérations du Renault Sport Racing, à Viry-Châtillon
Crédit : Capture d'écran / RTL
Formule 1 : au cœur de la salle opérationnelle de Renault à Viry-Châtillon
04:16
Christophe Bourroux

Pas moins de 50 milliards de données analysées et qui peuvent faire basculer une course... Bienvenue dans l'"Ops Room", traduisez la salle d’opérations. Une salle que Renault Sport Racing nous a exceptionnellement ouvert.

Au total plus de 500 salariés conçoivent, développent, et testent les moteurs destinés à la F1 dans cette usine située à Viry-Châtillon, dans le département de l'Essonne. 

C’est une petite salle discrète, sans fenêtre, où une dizaine d’ingénieurs analysent en temps réel toutes les données des voitures pendant les Grands Prix. Le nombre de personnes sur piste étant limité pendant les essais, Renault a donc mis en place cette structure qui permet d’observer à des milliers de kilomètres de distance les deux monoplaces.

Tout est retransmis sur des écrans : séance d’essai, course, l’intérieur du garage, position des autres pilotes etc. Une dizaine d'ingénieurs regardent de près des courbes indéchiffrables pour un néophyte mais qui pourtant recèlent des données qui valent de l'or. Et qui sont bien sur secrètement gardées, la concurrence est féroce en F1.

50 milliards de données par voiture

À lire aussi

Une myriade d’informations qui arrivent en direct dans la salle. "Cela va de la position de la pédale, le régime du moteur, la température d’eau, d’huile...", explique Nicolas Espesson, responsable de l’organisation de la performance chez Renault Sport Racing. Et cela via 200 capteurs installés sur chacune des monoplaces. "On a 2.000 paramètres qu’on peut surveiller, jusqu’à 10.000 fois par seconde", poursuit-il.

Dès que le moindre petit souci est détecté, via une liaison radio, les ingénieurs peuvent dialoguer avec les techniciens sur place et ainsi leur donner de précieuses informations.

Au total sur un Grand Prix, quelque 50 milliards de données par voiture sont générées. 50 milliards de données pour quelques millisecondes qui feront toute la différence le jour de la course. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/