2 min de lecture Voile

Transat Jacques Vabre 2019 : Beyou et Pratt assument leur statut de favoris

REPORTAGE - A bord de leur monocoque volant "Charal", les deux skippers sont les grands favoris de cette 14e édition, qui s'élance dimanche 27 octobre du Havre.

Christopher Pratt et Jérémie Beyou au Havre en octobre 2019
Christopher Pratt et Jérémie Beyou au Havre en octobre 2019 Crédit : Frédéric Veille
fred veille
Frédéric Veille Journaliste RTL

Cela fait des mois qu’ils se préparent, des semaines d’entraînements intensifs où seul l’objectif victoire est dans leurs pensées. Alors, à quelques jours du départ de la transat qui mènera les 60 concurrents vers Salvador de Bahia au Brésil, Jérémie Beyou et Christopher Pratt restent concentrés malgré les nombreuses sollicitations.

"Nous sommes prêts et sereins, que ce soit en terme de performances, de manœuvres et de fiabilité. Mais avec ces bateaux très technologiques, tu n’arrêtes jamais de découvrir de nouveaux réglages qui, une fois intégrés, deviennent des automatismes", explique Beyeou le Breton.

Le duo qu’il forme avec le Marseillais Pratt, son ami de quinze ans, est donc dans les starting-blocks, d’autant qu’à la barre de "Charal" il s’est imposé en août dernier sur la Rolex Fastnet et qu’ils ont déjà navigué ensemble sur cette Transat Jacques Vabre en double. C’était en 2013 et ils avaient terminé 3es.

Le monstre "Charal"

"C’est sûr que compte tenu de cette préparation quasi-parfaite et des résultats obtenus, on ne peut pas dire autre chose que notre objectif est de gagner. On ne nous croirait pas si on affirmait le contraire. Mais on connaît la complexité de la tâche", note Jérémie Beyou. "Il ne faut surtout pas négliger nos concurrents qui marchent aussi très bien, ajoute Christopher Pratt. Nous ne sommes pas les seuls à nourrir cette ambition de victoire".

À lire aussi
Ian Lipinski et Adrien Hardy voile
Transat Jacques Vabre 2019 : victoire de Ian Lipinski et Adrien Hardy en Class40

La victoire, Jérémie Beyou y a déjà goûté en 2011 avant de terminer 2e de la Route du Rhum en 2014 et de finir 3e du dernier Vendée Globe. C’est ensuite qu’il a fait construire son bateau volant révolutionnaire, un Imoca à foils mis à l’eau en août 2018. Et si sa première sortie, l’an passé sur la Route du Rhum, fut de courte durée après un abandon "sur avaries de jeunesse", précise le skipper, le monstre "Charal" est désormais rodé, abouti, fiable et peut se targuer d’être le premier bateau à foils de nouvelle génération à atteindre des vitesses folles.

Christopher Pratt miraculé

"C’est juste impressionnant de naviguer cette monture", se délecte Christopher Pratt, qui avoue "ne pas avoir d’appréhension avant le départ de cette transat". Car le Marseillais est un miraculé : il y a deux ans, lors de la précédente édition, le 8 novembre 2017, il avait chaviré au large des Açores sur son multicoque.

Cette nuit-là, dans les creux d’une mer démontée, Christopher Pratt avait été éjecté du bateau, s’était retrouvé coincé sous le filet avant finalement de s’engouffrer par miracle dans la trappe de survie de la coque. "Ce n’est qu’enfin à terre, à Ponta Delgada, que j’ai compris que la mort est passée tout près, que je suis un miraculé. Alors maintenant, je vois la vie autrement et je profite de tous les instants".

Sur cette 14e édition, dont le départ sera donné dimanche 27 octobre à 13h15, Jérémie Beyou et Christopher Pratt passeront quasiment au même endroit, mais avec le même objectif : la victoire à Bahia.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voile
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants