1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Rugby : la FFR autorise les transgenres dans les compétitions officielles
1 min de lecture

Rugby : la FFR autorise les transgenres dans les compétitions officielles

La Fédération française de rugby a annoncé ce lundi 17 mai, que les personnes transgenres pouvaient intégrer les compétitions lors de la saison prochaine.

Photo du stade Michelin à Clermont-Ferrand le 30 juillet 2020. (Illustration)
Photo du stade Michelin à Clermont-Ferrand le 30 juillet 2020. (Illustration)
Crédit : THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Camille Guesdon
Camille Guesdon
Journaliste

À l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie ce lundi 17 mai, la Fédération française de rugby a annoncé que les personnes transgenres peuvent intégrer les équipes de rugby et participer à toutes les compétitions officielles à partir de la saison prochaine. La FFR devient donc la première fédération sportive hexagonale à inclure les athlètes transgenres dans son règlement.

La Fédération française de rugby s'est appuyée sur la commission fédérale CADET (commission anti-discriminations et égalité de traitement) "afin d'amorcer un véritable changement pour l'intégration totale et sans condition de la communauté LGBT+ dans le rugby".

Les personnes trans, réassignées physiquement, peuvent ainsi évoluer dans toutes les compétitions officielles organisées par la FFR si elles sont reconnues administrativement.
Les femmes transgenres (nées hommes) "non opérées" devront attester qu'elles "suivent un traitement hormonal depuis à minima 12 mois" qui ne dépasse pas le seuil de 5 nanomole/litre du taux de testostérone. Quant aux hommes transgenres (nés femmes), ils n'ont à l'inverse aucune restriction.

Actuellement, la question de la participation des femmes transgenres dans le sport féminin fait débat. Plusieurs athlètes féminines de haut niveau, dont Martina Navratilova, l'ex-championne de tennis américaine ou encore Kelly Holmes et Paula Radcliffe, des athlètes britanniques, ont fait part de leurs inquiétudes sur les préjudices éventuels que pourraient apporter au sport féminin la participation d'athlètes transgenres, potentiellement plus puissantes. Aux États-Unis, cette question qui divise les conservateurs et les libéraux, a été portée en justice au niveau fédéral.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/