2 min de lecture Exploration

L'explorateur Mike Horn à bout de forces, mais déterminé à finir son périple

Dans un message publié le 25 novembre, l'explorateur sud-africain a reconnu être très affaibli, mais toujours déterminé à finir son expédition au Pôle-Nord.

mike horn
mike horn Crédit : compte instagram de Mike Horn
Romane
Romane Ganneval Journaliste

Le Sud-Africain Mike Horn et le Norvégien Borge Ousland, respectivement âgés de 53 et de 57 ans, tentent depuis le 25 août de traverser à ski l'Océan arctique gelé. Sept à huit heures par jour les deux hommes poussent leur traîneau dans une atmosphère particulièrement hostile et affrontent des températures très instables pour la saison entre -2°C et -45°C

L'entreprise s'avère plus périlleuse que prévue, les deux célèbres explorateurs doivent affronter une couche de glace inhabituellement fine en raison du changement climatique, ce qui rallonge leur trajet et réduit leurs rations. Mike Horn a même chuté dans l'eau glacé "jusqu'au niveau du bassin". 

Depuis, il souffre de gelures aux doigts et au nez et d'une perte de sensibilité. "C’est sûr de dire que j’ai eu des weekends plus faciles dans ma vie d’explorateur, écrivait Mike Horn son compte Instagram, le 25 novembre. 

Se battre pour arriver jusqu'au bout du périple

"Après les obstacles et les difficultés sans fin de la semaine dernière, Borge Ousland et moi-même sommes reconnaissants de commencer la nouvelle semaine avec un nouvel état d’esprit", a-t-il affirmé. Malgré les plaies, "nous nous sentons fatigués mais plus motivés que jamais...nous savons que la fin est proche, nous devons maintenant rassembler les forces qui nous reste et nous battre pour arriver jusqu'au bout de notre périple", a déclaré l'explorateur sud-africain. 

À lire aussi
L'explorateur Mike Horn lors de sa traversée de l'Océan Arctique. exploration
Arctique : l'explorateur Mike Horn sauvé après avoir frôlé la mort

Au départ, les deux compagnons envisageaient d'achever leur traversée à la mi-novembre. Mais la dérive des plaques de glace indue au changement climatique impose aux explorateurs des kilomètres supplémentaires chaque jour. 

"Les vents poussent la glace vers le Groenland et ils ont reculé de trois à cinq kilomètres par jour. Il n'y a pas de danger, pas de grand drame. Mais c'est serré", déclarait Lars Ebbesen, le porte parole de l'expédition. L'équipe espère que l'objectif pourra être atteint d'ici à dix jours, juste la durée de leurs rations.

Après avoir survécu à une tempête massive la semaine passée, les deux explorateurs ont de nouveau le vent de leur côté. "Cette bonne nouvelle nous a certainement donné un regain d'énergie et la confiance que nous pourrons peut-être mettre fin à cette expédition comme prévu ", expliquait Mike Horn dans son message du 25 novembre. 

Aucune évacuation n'est prévue pour le moment

Le 23 novembre, la fille aînée de l'explorateur sud-africain confiait au Parisien que la traversée était "un cauchemar." Aussi, que le moral de son père était " au plus bas. Je ne l'ai jamais vu comme ça, dans un état de fatigue physique extrême." 

À ce stade, des sauveteurs "étudient des plans" au cas où une évacuation deviendrait nécessaire, par hélicoptère ou par bateau", expliquait Bard Mortensen, un porte-parole du Centre de coordination des sauvetages en Norvège du Nord, mais aucune "évacuation n'est prévue pour le moment, ils sont déterminés à y arriver seuls."

"Avec seulement un peu plus d'une semaine de rations alimentaires, nous planifions soigneusement chacune des prochaines étapes, a écrit l'explorateur sur Instagram. Nous aspirons à rentrer chez nous, mais nous ne pouvons pas abandonner… nous sommes ici pour nous battre jusqu'au bout."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Exploration Changement climatique Ski
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants