1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Jeux Olympiques : le basketteur Evan Fournier retoque Blanquer dans une lettre ouverte
2 min de lecture

Jeux Olympiques : le basketteur Evan Fournier retoque Blanquer dans une lettre ouverte

Le joueur de NBA avait déjà exprimé son désaccord avec le ministre de l'Éducation nationale sur Twitter. Il déplore la place insuffisante accordée au sport dans le parcours scolaire, et estime que l'EPS ne peut à elle seule expliquer les succès français dans les sports collectifs.

Evan Fournier contre la Slovénie à Tokyo le 5 août 2021.
Evan Fournier contre la Slovénie à Tokyo le 5 août 2021.
Crédit : Aris MESSINIS / AFP
Victor Goury-Laffont

Un coup de communication raté pour Jean-Michel Blanquer ? Le ministre de l'Éducation nationale avait rapidement attribué la réussite des olympiens français en handball (médaillés d'or chez les féminines et les masculins), basketball (bronze pour les féminines, argent pour l'équipe masculine) et en volleyball (équipe masculine en or) aux cours d'Éducation physique et sportive (EPS) dispensés lors du parcours scolaire. 

"Le succès de nos équipes illustre la qualité de l'enseignement de ces sports à l'école", se réjouissait-il dans un tweet. Une position immédiatement contredite par plusieurs des principaux intéressés : les joueuses et joueurs. L'arrière de l'équipe de France masculine de basketball, Evan Fournier, avait fait part de son incompréhension vis-à-vis des propos du ministre. Le joueur de NBA a, à l'inverse, dénoncé une "culture sportive à l'école (...) désastreuse" et salué plutôt le travail des "associations sportives", "clubs" et "bénévoles".

Soucieux de développer son argumentaire, le meilleur marqueur français des JO (28,2 points par match en moyenne) s'adresse à Jean-Michel Blanquer dans une lettre ouverte publiée dans le Huffington Post. "Aucun de mes coéquipiers ne peut aujourd’hui remercier l’Éducation nationale pour lui avoir permis de jouer au basket", tranche-t-il. 

Evan Fournier souligne plusieurs lacunes, à son sens, de l'offre éducative française en matière de sport : un "manque de budget", une "inégalité dans l’accès au sport entre les établissements", et le nombre d'heures hebdomadaires "minuscule" de pratique sportive.

Éloge du modèle américain

À lire aussi

Fils d'un ancien judoka et professeur d'EPS, Evan Fournier assure vouloir "améliorer la considération et l’accès au sport dans nos écoles". Il appelle, par exemple, à "offrir aux jeunes de réelles plages horaires dédiées au sport dans leur emploi du temps". 

Joueur professionnel aux États-Unis depuis 2012, précédemment à Denver, Orlando et Boston, avant de rejoindre New-York à partir de la saison 2021-2022, il fait du système américain un "modèle en matière sportive". Il note notamment que le système sportif universitaire, très valorisé outre-Atlantique et par lequel passe une très grande part des athlètes professionnels locaux, "permet à de jeunes sportifs ambitieux de poursuivre leurs études, avec l’octroi de bourses dans les plus prestigieuses universités du pays" et "fait du sport un réel vecteur social et éducatif".

"La France dispose de grandes universités, pourquoi nos grands champions de demain ne pourraient-ils pas y côtoyer nos futurs chercheurs ?", demande Evan Fournier à Jean-Michel Blanquer avant de l'inviter chez lui, à New York, "pour poursuivre cet échange".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/