2 min de lecture Voile

Jean Le Cam : "Le Vendée Globe est une course qui n’est pas physique, c’est la tête qui fonctionne"

INVITÉ RTL - Le navigateur français, qui vient de faire un Vendée Globe 2020 légendaire, était l’invité du "Journal Inattendu" d'Ophélie Meunier ce samedi 20 février 2021.

Ophelie Meunier Le Journal Inattendu Ophélie Meunier iTunes RSS
>
Le Journal Inattendu du 20 février 2021 Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Ophélie Meunier Journaliste

Le "Roi Jean", qui vient de faire un Vendée Globe 2020 légendaire, a tenu la barre du Journal Inattendu avec sa franchise, sa bonne humeur et sa sincérité. Il se dit encore un peu "ailleurs", mais retrouve tout doucement ses habitudes de vie terrestre, il confie : "Quand on revient on s’habitue doucement, le masque, c’est un petit temps d’adaptation on va dire…". 

Il a fini 4ème avec son bateau Hubert. Personne ne misait sur une telle performance, il explique : "Le Vendée Globe est une course qui n’est pas physique, sinon à 61 ans je ne ferai pas 4ème ! C’est plus la tête qui fonctionne".

Jean Le Cam a d’ailleurs eu un mot très touchant sur Damien Seguin, navigateur atteint d’un handicap (il a une main en moins), qui a réalisé une très jolie course : "Il y a des gens qui ont un certain handicap mais c’est la volonté et la ténacité qui comptent. C’est un super exemple et c’est super motivant".

Mon premier métier : je suis vendeur de rêve

Jean Le Cam
Partager la citation

Le navigateur a remercié tous ceux qui le soutiennent ardemment : "On est une toute petite équipe mais on a énormément de gens qui nous suivent et qui nous poussent. On fait un Vendée Globe aussi pour eux. Mon premier métier : je suis vendeur de rêve. D’autant plus que les gens ont besoin de rêver et de s’évader".

À lire aussi
voile
Vendée Globe : dernier arrivé, Ari Huusela baisse le rideau de la 9e édition

Ce tour du monde de Jean Le Cam a aussi été marqué par le sauvetage de Kévin Escoffier. Un moment d’émotion extrêmement intense pour lui. Il a passé plusieurs heures à chercher le radeau d’Escoffier, angoissait de ne pas le revoir, et a fondu en larmes : "Pleurer c’est un exutoire. J’ai appris ça dans ce tour du monde. Quand je suis arrivée sur le ponton, j’avais aussi envie de pleurer, mais cette fois c’était pleurer de joie".

Pendant la course, il a parlé au président de La République qui l’a félicité pour ce sauvetage héroïque : "Emmanuel Macron on voyait dans son regard que quelque part ça le détendait car il doit passer des moments assez difficiles en ce moment. Si on lui a apporté un peu de détente, c’est bien", raconte-t-il.

Jean Le Cam invité du "Journal Inattendu" le 20 février 2021
Jean Le Cam invité du "Journal Inattendu" le 20 février 2021 Crédit : RTL

J’aurais pu être danseur étoile ou jardinier

Jean Le Cam
Partager la citation

Jean Le Cam résume sa course avec ces mots : "Avec tout ce qu’on a vécu sur ce Vendée Globe au final c’était un scénario inattendu". Dans ce Journal Inattendu, on a eu aussi l’occasion de découvrir le navigateur autrement, à travers son invité Patrick Arnoult, un des rares français qui a gravi l’Everest, et qu’il admire, à travers ses choix musicaux de David Bowie, à Ian Dury en passant par Johnny Hallyday, et ses rêves de gosses qu’il raconte : "J’aurais pu être danseur étoile ou jardinier".

Finalement il est un navigateur qui restera dans l’Histoire. Un 6ème Vendée Globe dans 4 ans ? "Peut-être"; répond-il. Le Roi Jean n’a pas fini de nous faire rêver.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voile Vendée Globe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants