1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Formule 1 - Grand Prix d'Europe : avantage Nico Rosberg à Bakou, Lewis Hamilton au tapis
3 min de lecture

Formule 1 - Grand Prix d'Europe : avantage Nico Rosberg à Bakou, Lewis Hamilton au tapis

COMPTE-RENDU - Lewis Hamilton a multiplié les fautes en ce début de week-end. La dernière en Q3 lui a été fatale.

Nico Rosberg retrouve la pole à Bakou le 18 juin.
Nico Rosberg retrouve la pole à Bakou le 18 juin.
Crédit : Luca Bruno/AP/SIPA
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Lewis Hamilton au tapis. Après un énorme blocage de roue au moment d'appréhender le virage 15 lors de sa première tentative, le Britannique a été contraint d'immobiliser sa monoplace après avoir heurté un mur intérieur en dernière partie des qualifications. Le champion du monde en titre, qui reste sur deux victoires à Monaco et au Canada, s'élancera seulement depuis le 10e rang dimanche 19 juin. Une situation qui profite pleinement à son coéquipier Nico Rosberg, lui aussi à la limite avec les rails. L'Allemand, une seconde plus rapide que son premier rival en Q2, signe donc la pole, la 25e de sa carrière, sans batailler. Il prend un sérieux avantage sportif et psychologique pour la course.

Une fois le drapeau rouge provoqué par Hamilton levé, les pilotes n'avaient que deux minutes pour tenter une dernière fois de bien se qualifier sur la grille. Auteur du 2e temps, Sergio Perez et sa Force India seront malheureusement rétrogradés de cinq places pour un changement de boîte de vitesse. La deuxième place revient donc à un Daniel Ricciardo (Red Bull) fulgurant qui a réalisé au millième près le même temps que Sebastian Vettel et sa Ferrari. 

Des Renault au fond du gouffre, de l'espoir pour Romain Grosjean

Les monoplaces au moteur Renault sont dans une impasse qui devient inquiétante. Si le compteur de l'écurie a été débloqué par Kevin Magnussen en Russie, les déboires de la marque au losange n'ont cessé depuis. La première séance de qualification à Bakou le 18 juin laissera sans doute un triste souvenir aux équipes de Viry-Châtillon. Kevin Magnussen et Jolyon Palmer débuteront la course aux deux dernières places. Elles sont battues à la régulière par les deux Manor, jugée comme étant l'écurie la plus faible du plateau.

La consolation, côté français, est à mettre au crédit de Romain Grosjean. Au volant de sa Haas, le pilote tricolore avait le sourire après son 11e temps. Les possibilités de dépassement étant bien plus importantes que sur des tracés en ville comme Monaco et Singapour, les points sont à la portée du Français. Son coéquipier, Esteban Gutierrez, prendra le départ depuis la 15e position.

La grille de départ

À lire aussi

1. Nico Rosberg (Mercedes) 1'42"758
2. Daniel Ricciardo (Red Bull)
3. Sebastian Vettel (Ferrari)
4. Kimi Raïkkönen (Ferrari)
5. Felipe Massa (Williams-Mercedes)
6. Daniil Kvyat (Toro Rosso-Ferrari)
7. Sergio Perez (Force India) - auteur du 2e temps mais rétrogradé de 5 places.
8. Valtteri Bottas (Williams-Mercedes)
9. Max Verstappen (Red Bull)
10. Lewis Hamilton (Mercedes)
11. Romain Grosjean (Haas)
...
21. Kevin Magnussen (Renault)
22. Jolyon Palmer (Renault)

Les ratés de Bakou

Sur un circuit urbain à la fois entouré d'infrastructures hyper modernes et de la vieille ville de Bakou, l'Azerbaïdjan accueille la Formule 1 pour la première fois de son histoire. C'est le quatrième pays à recevoir un Grand Prix d'Europe. Qui dit nouveau tracé dit petits ratés. Les premiers tours de roue des 22 monoplaces ont révélé les failles du circuit. Les vibreurs solides ont notamment dû être retirés. Ils ont été remplacés par de la peinture...

Les pilotes semblent connaître de vraies difficultés à s'adapter au circuit. Daniel Ricciardo, sur Red Bull, et Sergio Perez, sur Force India, se sont fait piéger après le virage 15. Un virage que Lewis Hamilton et Kimi Raïkkönen et bien d'autres ont eu le plus grand mal à franchir sans partir tout droit. 

La dernière ligne droite que les pilotes prennent à fond (plus de 340 km/h) inquiétait aussi Jean-Louis Moncet, consultant F1 pour RTL. "Entre le virage 19 et le virage 1, il y a 2,1 km. Je trouve que ça fait beaucoup avec le DRS ouvert (un aileron arrière mobile permettant de gagner de la vitesse de pointe, ndlr) et un asphalte qui sera glissant", a-t-il déclaré dans Les Spécialistes F1 sur Canal+ Sport.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/