1 min de lecture Agression sexuelle

Agression sexuelle : un maire condamné à six mois de prison avec sursis en appel

Marc Petit, maire de Firminy (Loire), avait été condamné en première instance à un mois de prison avec sursis. Lundi 18 novembre, sa peine a été alourdie en appel.

L'entrée de la cour d'appel de Lyon (Rhône).
L'entrée de la cour d'appel de Lyon (Rhône). Crédit : ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy
et AFP

Il a écopé d'une peine plus lourde en appel. Le maire ex-PCF de Firminy (Loire) Marc Petit, a été condamné lundi 18 novembre à six mois de prison avec sursis par la cour d'appel de Lyon pour l'agression sexuelle en Turquie d'une employée du conseil départemental du Puy-de-Dôme. En février, le tribunal correctionnel de Saint-Étienne avait condamné l'élu à un mois de prison avec sursis, avant qu'il ne fasse lui-même appel de ce jugement.

Le maire de cette ville de 17.000 habitants devra en outre verser 4.000 euros de dommages et intérêts à la victime et 2.000 euros de dommages et intérêts à l'employeur de cette dernière. Le 11 octobre, le ministère public avait requis huit mois de prison avec sursis, ainsi qu'une inscription au Fijais (fichier des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes) qui n'a pas été retenue par la cour d'appel.

Toujours maire mais exclu du PCF

Marc Petit a été reconnu coupable de l'agression sexuelle d'une employée du service communication du conseil départemental du Puy-de-Dôme, le 17 juillet 2016. La victime affirme que l'élu a tenté de l'embrasser en la saisissant par la nuque et en lui empoignant un sein alors qu'ils se trouvaient seuls dans un couloir du Palais des congrès d'Istanbul, peu après l'annonce du classement d'une partie de l'oeuvre de Le Corbusier au Patrimoine mondial de l'Unesco.

Depuis le jugement de première instance, la majorité des élus du conseil municipal de Firminy a demandé, en vain, son retrait de la fonction de maire et plusieurs d'entre eux ont démissionné. La fédération du PCF de la Loire a pour sa part confirmé l'exclusion de Marc Petit du parti. S'il "décide de se retirer, elle soutiendra le candidat désigné par la majorité municipale pour lui succéder", précise lundi la fédération dans un communiqué.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agression sexuelle Politique Justice
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants