7 min de lecture MeToo

#MeToo : elles racontent ce que ce mouvement a changé dans leur quotidien

TÉMOIGNAGES - Plusieurs femmes témoignent de leur ressenti un an après #MeToo : des conversations à la machine à café, aux "blagues" qui perdurent sur les violences sexuelles, en passant par la prise de conscience de certains proches.

#MeToo et #BalanceTonPorc ont vu le jour sur les réseaux sociaux en octobre 2017
#MeToo et #BalanceTonPorc ont vu le jour sur les réseaux sociaux en octobre 2017 Crédit : Arièle Bonte pour RTL.fr
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

"Toute notre société est malade du sexisme, cela va demander beaucoup de travail" de la changer, a affirmé Marlène Schiappa au micro de RTL, ce lundi 1er octobre. Un an après l'apparition du mouvement #MeToo sur les réseaux sociaux, le constat est plus que mitigé concernant la lutte contre les violences faites aux femmes.

Un peu plus de la moitié des Français et des Françaises pensent que ce mouvement n'a rien changé tandis que 70% estiment que la lutte contre les violences faites aux femmes est encore trop insuffisante en France, révèle notre sondage réalisé par Harris Interactive.

Pourtant, quand on interroge des femmes sur ce mouvement ayant envahi les réseaux sociaux et les médias depuis l'année dernière, toutes celles avec lesquelles nous avons échangé font état d'un avant et d'un après octobre 2017. C'est leurs vies quotidiennes, de leurs soirées entre ami-es aux discussions à la machine à café, qui ont été affectées par #MeToo. Elles racontent.

À lire aussi
Les personnages du film "The Riot Club", exemple de ces groupes d'hommes toxiques que sont les "boys clubs" MeToo
"Ligue du LOL" : pourquoi la culture du "Boys' Club" pose problème

Harcèlement, inégalités... des sujets récurrents

Depuis l'affaire Weinstein et #MeToo, Mélanie (ce prénom a été modifié) a sensiblement senti un changement positif auprès de son entourage, qu'il s'agisse de ses collègues (femmes comme hommes) et de ses amis garçons

 "J'ai l'impression que depuis #MeToo, tout ce qui touche au harcèlement, au congé parental, aux inégalités dans le travail sont devenus des sujets récurrents", explique-t-elle avant d'ajouter : "Avant ces sujets n'intéressaient personne dans mon entourage mais aujourd'hui, comme ils sont présents dans les médias, les gens vont plus prêter attention à ce que je dis ou vont plus s'interroger", poursuit la jeune femme de 27 ans qui, dans son cercle amical, composé à grande majorité de garçons, assure avoir des conversations qu'elle n'avait jamais eues auparavant. 

"On a parlé des règles pendant toute une soirée alors que j'étais la seule fille et, une fois, un copain m'a envoyé un texto pour connaître mon avis sur une nouvelle marque de culottes menstruelles françaises", raconte Mélanie qui se demande si ce n'est pas elle qui s'autorise plus à parler de ces choses-là ou si ce sont ces proches qui se révèlent plus réceptifs à des sujets qui, au premier abord, semblent ne pas les concerner. "Je pense qu'il y a un peu des deux", estime la jeune femme.

Un élan de solidarité... seulement entre femmes ?

De son côté, Léa, 22 ans et membre d'un collectif féministe, affirme elle aussi que depuis #MeToo, elle se sent plus "apte" à parler de ces sujets, car elle sait "qu'ils résonnent encore plus" au regard de l'actualité.

"C'est surtout au cours de soirées, des moments où les langues se dénouent et qu'on partage un peu plus sur notre ressenti et notre intimité que j'ai vu la différence", raconte-t-elle. "Avec mes amies, on partage nos opinions, on se raconte des anecdotes, il y a comme un élan de sororité qui est né de ce partage et je trouve cela très beau. On s'écoute, on se soutient, on s'apprend des choses aussi."

Avec les garçons, à la différence de Mélanie, Léa se sent moins à l'aise lorsqu'une conversation "touche à la question du féminisme". Certes, les débats sont nombreux et dans un sens, l'étudiante en école de commerce trouve que c'est une bonne chose. "C'est une preuve que le sujet est d'ordre sociétal et comprend - concerne - tout le monde", estime-t-elle. "Mais au delà de ça, j'ai surtout l'impression de me répéter sans cesse, et de devoir me justifier". Car pour beaucoup de ces hommes, les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc ont été perçus comme de la délation.

Quand "Le Monde" publie une tribune contre le mouvement #MeToo, j'ai mal à ma sororité
Quand "Le Monde" publie une tribune contre le mouvement #MeToo, j'ai mal à ma sororité Crédit : iStock / Getty Images Plus

Une évolution de façade

D'autres femmes n'ont pas la chance d'avoir des collègues aussi ouverts d'esprit que ceux de Mélanie. Anaïs (ce prénom a été modifié) par exemple, travaille dans l'audiovisuel. Chargée de production de contenus destinés à un public jeunesse, elle explique à RTL Girls, que pour elle, ce qui "ressort le plus du quotidien, ce sont les mecs qui font des blagues" - est-ce qu'on va porter plainte - et sont rassurés "tant que l'on ne vire pas extrême en prônant la non-mixité". Pour la chargée de production, les "belles paroles" ne sont qu'une "évolution de façade" tant "aucun changement réel" n'a été amorcé dans ses conditions de travail ou dans les productions qu'elle développe.

En cause ? Il est difficile dans ce type de milieu de se positionner sur ces problématiques sociétales. "La hiérarchie dans le dessin animé, ainsi que nos contrats courts d'intermittents du spectacle, font que l'on se plaint assez peu de peur de perdre un emploi, d'autant que c'est un milieu qui fonctionne beaucoup au bouche à oreille", explique Anaïs qui évolue dans un milieu qui se positionne pourtant plutôt "à gauche" et se dit "tolérant, pas sexiste, pas raciste, pas homophobe". Un point de vue que ne partage pas cette jeune femme âgée de 27 ans.

J'ai remarqué un changement de comportement de la part de mes collègues masculins

Sarah, 24 ans, cadre dans l'automobile
Partager la citation

Sarah (ce prénom a été modifié), 24 ans, est cadre dans l'automobile, un milieu très masculin. Elle fait elle aussi état d'une dégradation des relations avec ses collègues masculins. Arrivée dans son entreprise au début du mois d'octobre dernier, Sarah a tout de suite constaté du sexisme ordinaire officiant dans les conversations de son "entourage le plus proche". On rigole souvent de la conduite des femmes et on blague sur les blondes.

"Avec #Metoo et #BalanceTonPorc, on m'a demandé mon avis sur le sujet. J'ai expliqué qu'il s'agissait d'un mouvement libérateur de la parole des victimes, que cela les encourageait à témoigner et que cela sensibilisait les gens". Depuis cette confession, Sarah a remarqué un changement de comportement de la part de ses collègues masculins, "des hommes qui ont entre 24 et 36 ans", souligne-t-elle.

Une pancarte lors d'un rassemblement #MeToo à Paris, en novembre 2017
Une pancarte lors d'un rassemblement #MeToo à Paris, en novembre 2017 Crédit : Arièle Bonte pour RTL Girls

"Dès qu'ils me voyaient ou me parlaient, ils faisaient des références à #BalanceTonPorc, me faisait des compliments sur ma veste puis se moquaient en disant que j'allai balancer mon porc sur Twitter... Ils prenaient ce mouvement comme de la délation", raconte-t-elle. Un jour, au mois de décembre, Sarah est excédée et s'emporte contre ceux qui semblent la harceler. "Maintenant, ils ne m'adressent plus la parole, quand j'arrive dans un groupe pour boire un café, ils s'en vont. Au moins, aujourd'hui je m'épargne leurs réflexions sexistes".

La jeune femme de 24 ans s'est confiée à l'un de ses chefs de mission, un peu plus âgé. Il s'est rangé de son côté tout en ne prenant pas part officiellement à la conversation. 

Le réveil balbutiant des entreprises et de leurs salariés

D'autres entreprises ont pris des mesures, à l'image de celle de Lucie, 22 ans. "Nous avons eu un séminaire de sensibilisation sur le harcèlement pour tous les chefs d'équipe et hauts placés". Après discussions avec certains d'entre-eux, Lucie rapporte à RTL Girls que "beaucoup ne comprenaient pas pourquoi c'était important et d'autres pensaient que cela ne servait à rien car 'c'est du bon sens de ne pas tripoter ses collègues femmes ou les rabaisser'". 

Émilie (ce prénom a été modifié), 27 ans, travaille dans le secteur de la santé et rapporte une "prise de conscience encore balbutiante. Cet été, un cas de harcèlement sexuel a été rapporté au sein de son entreprise. "Il y a eu une enquête et la personne concernée a été démise de ses fonctions". Émilie estime que sans #MeToo, cette histoire n'aurait pas été pris en charge aussi rapidement et sérieusement. 

Les hashtags #metoo et #balancetonporc écrits sur une main lors d'un rassemblement place de la République à Paris, en octobre 2017 (illustration)
Les hashtags #metoo et #balancetonporc écrits sur une main lors d'un rassemblement place de la République à Paris, en octobre 2017 (illustration) Crédit : BERTRAND GUAY / AFP

"Dans mon école, aucune mesure n'a été prise. Ni communiqué, ni tracte, ni atelier", affirme de son côté Léa, qui raconte également être la cible de "blagues" de la part de ses collègues masculins. "Elles me rendaient très mal à l'aise. Est-ce si difficile à comprendre que la limite de leur liberté s'arrête où celles du respect et du consentement commencent ?", s'indigne-t-elle. 

La prise de conscience des petits amis et des pères

Dans sa vie hors du bureau, Lucie n'arrive pas à déterminer si #MeToo n'a rien changé ou empiré les choses. "Ça a changé dans le sens où quand je me fais siffler, et que je ne réponds pas, j’entends souvent 'encore une salope de féministe', ou 'avec tout ce qui se passe aujourd’hui vous devenez encore plus connes'", rapporte-t-elle avant de souligner un changement positif, en cœur de son couple.

"J'ai pris l'habitude de dire à mon petit ami quand je me faisais siffler ou harceler, pour qu’il comprenne que cela arrive plus souvent qu’il ne croit et il comprend mieux que le harcèlement existe", raconte Lucie. "Avant, il avait tendance à penser que beaucoup de témoignages étaient 'exagérés'. Maintenant, il a compris que si les filles se font embêter cela n'a rien à voir avec leur physique ou leurs habits", détaille la jeune femme.

Mon père a bientôt 63 ans, il me dit chaque jour qu'on en finit pas d'apprendre des choses

Aina, 20 ans
Partager la citation

Mathilde raconte que #MeToo a également eu un impact positif sur son couple. "On n'a pas posé les choses sur la table, mais on a discuté plusieurs fois de charge mentale, et depuis plusieurs mois les tâches sont beaucoup mieux réparties mais de manière naturelle", confie-t-elle.

D'autres femmes nous ont raconté que c'est avec leur père que #Metoo a eu un impact positif. Ces derniers ont mesuré l'importance des violences sexuelles, à travers les expériences d'autres femmes ou de leurs filles. "Mon père a bientôt 63 ans, il me dit chaque jour qu'on en finit pas d'apprendre des choses", raconte Aina, 20 ans. Preuve que le féminisme n'est pas une question de génération. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
MeToo Harcèlement Témoignages
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795019237
#MeToo : elles racontent ce que ce mouvement a changé dans leur quotidien
#MeToo : elles racontent ce que ce mouvement a changé dans leur quotidien
TÉMOIGNAGES - Plusieurs femmes témoignent de leur ressenti un an après #MeToo : des conversations à la machine à café, aux "blagues" qui perdurent sur les violences sexuelles, en passant par la prise de conscience de certains proches.
https://www.rtl.fr/girls/identites/metoo-elles-racontent-ce-que-ce-mouvement-a-change-dans-leur-quotidien-7795019237
2018-10-04 08:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/_9zXvAGaDK5q11qb5xB5dg/330v220-2/online/image/2018/1003/7795034587_metoo-et-balancetonporc-ont-vu-le-jour-sur-les-reseaux-sociaux-en-octobre-2017.PNG