2 min de lecture International

Google : des milliers de personnes manifestent contre le harcèlement sexuel

De Singapour à New York, en passant par Londres et la Californie, des milliers d'employés de Google ont observé jeudi 1er novembre un arrêt de travail pour dénoncer la gestion du harcèlement sexuel au sein de l'entreprise.

"Le harcèlement sexuel s'arrête ici" Crédits : Eric Risberg/AP/SIPA | Date : 02/11/2018
8 >
"Le harcèlement sexuel s'arrête ici" Crédits : Eric Risberg/AP/SIPA | Date : 02/11/2018
Des employées de Google à New York manifestent ce jeudi 1er novembre 2018 Crédits : Richard B. Levine/NEWSCOM/SIPA | Date : 02/11/2018
Le harcèlement sexuel "c'est fini" dans la Tech, clament ces manifestantes à New York Crédits : Alvaro Celorio/EFE/SIPA | Date : 02/11/2018
"Google, ne deviens pas diabolique", dit la pancarte de cette manifestante au siège Californien de Google Crédits : Noah Berger/AP/SIPA | Date : 02/11/2018
"Hey Google WTF ?", peut-on lire sur cette pancarte d'une autre employée de Google à Mountain View, en Californie Date : 02/11/2018
Le siège de Google en Californie Crédits : Noah Berger/AP/SIPA | Date : 02/11/2018
Des employé-es de Google mobilisé-es à San Francisco Crédits : Eric Risberg/AP/SIPA | Date : 02/11/2018
Un rassemblement à Cambridge Crédits : Frank Bajak/AP/SIPA | Date : 02/11/2018
1/1
ArièleBonte
Arièle Bonte
et AFP

Des milliers d'employés de Google à travers le monde ont arrêté de travailler ce jeudi 1er novembre. De Singapour à New York, en passant par Londres, Berlin, Zurich ou encore le siège mondial de l'entreprise en Californie, ces personnes ont dénoncé la mauvaise gestion du harcèlement sexuel au sein de cette entreprise, pourtant symbole de modernité. 

Tout est parti d'un article publié la semaine dernière dans le New York Times. Le quotidien affirmait que Google avait couvert ces dernières années une série de cas de harcèlements sexuels impliquant des hauts responsables, dont Andy Rubin, créateur du système d'exploitation mobile Android. Ce dernier est parti du groupe en 2014 avec une indemnité de 90 millions de dollars. Andy Rubin a par ailleurs nié les allégations parues dans le New York Times.

Les Googlers dans les rues du monde entier

Il n'en fallait pas plus pour lancer ce mouvement social de grande ampleur, le premier dans l'histoire de l'entreprise. Les organisateurs et organisatrices du mouvement ont alors appelé les quelque 90.000 employés de Google dans le monde à sortir de leurs bureaux à 11 heures du matin, le jeudi 1er novembre, dans leur fuseau horaire respectif.

À lire aussi
Un drapeau LGBTQ+ lors de la Marche des Fiertés de Paris, le 30 juin 2018 international
L'Écosse va devenir le premier pays à enseigner les droits des LGBT+ à l'école

Au siège social du groupe, à Mountain View (en Californie), des images diffusées par des salariés sur Twitter et par des télévisons locales montraient des milliers de personnes -surnommés "Googlers"- rassemblées entre les nombreux bâtiments du campus, le "Googleplex", en pleine Silicon Valley, le berceau des géants technologiques. Des centaines d'employé-es de sa filiale YouTube se sont également mobilisé-es.

Le PDG Sundar Pichai a fait savoir dans une déclaration écrite qu'il soutenait les employé-es qui choisissaient de débrayer. S'exprimant jeudi soir lors d'une conférence organisée par le NYT à New York, il a reconnu qu'il y avait "de la colère et de la frustration au sein du groupe" et a ajouté : "Chez Google, nous mettons la barre très haut et nous n'avons clairement pas répondu à nos propres attentes".

Après l'article du New York Times, Sundar Pichai a également envoyé un courriel aux employés indiquant que 48 salariés, dont 13 hauts responsables, avaient été renvoyés pour harcèlement sexuel ces deux dernières années, sans indemnité. Il a assuré que le groupe ne tolérait plus aucun comportement déplacé. Des actions concrètes "approchent", a-t-il enfin assuré.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International MeToo Harcèlement
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795412962
Google : des milliers de personnes manifestent contre le harcèlement sexuel
Google : des milliers de personnes manifestent contre le harcèlement sexuel
De Singapour à New York, en passant par Londres et la Californie, des milliers d'employés de Google ont observé jeudi 1er novembre un arrêt de travail pour dénoncer la gestion du harcèlement sexuel au sein de l'entreprise.
https://www.rtl.fr/girls/identites/google-des-milliers-de-personnes-manifestent-contre-le-harcelement-sexuel-7795412962
2018-11-02 11:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/8IcVFqgRCXln-H9LCHSd2A/330v220-2/online/image/2018/1102/7795413187_le-harcelement-sexuel-s-arrete-ici.jpg