8 min de lecture Divertissement

Thierry Ardisson: son meilleur souvenir de "Tout le monde en parle"

Invité de Stéphane Bern ce matin, l'animateur-producteur est revenu sur le succès du talk-show culte des années 2000.

Micro générique Switch 245x300 À la Bonne Heure ! Stéphane Bern
>
Thierry Ardisson: son meilleur souvenir de "Tout le monde en parle" Crédit Image : Kervin Portelli | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
David Buron

"On a fait n'importe quoi ! Enfin, on faisait vraiment tout ce qui nous passait par la tête...": la liberté... c'est peut-être ça le secret d'une émission "culte" ? Ce matin, à l'occasion de la "Saint Thierry", Stéphane Bern s'entretenait avec l'animateur producteur Thierry Ardisson. Ensemble, ils sont revenus sur le succès de Tout le monde en parle, le talk-show qui a fait les beaux jours du service public de 1998 à 2006. 

Pendant huit saisons, les personnalités les plus en vues, mais aussi parfois les plus surprenantes, se sont côtoyées sur le plateau de l'émission: des stars américaines (Brad Pitt, Bruce Willis...), des écrivains, des politiques, des responsables religieux, des actrices pornos... le but des producteurs étant d'organiser "des dîner de têtes des années 1930 où toutes les classes sociales se mélangeaient autour d’une table : une pute, un archevêque, etc.". Et Thierry de nous livrer son meilleur souvenir de cette émission qui a marqué tant de téléspectateurs... Réécoutez l'extrait en question en haut de cette page !

Les énigmes d'"À la bonne heure !"

Retrouvez Stéphane Bern dans A La Bonne Heure ! du lundi au vendredi de 11h30 à 12h30 pour une nouvelle émission.

Pour vous divertir, toutes générations confondues, l'équipe vous propose un jeu qui vous emmène à la découverte des rois de France aux rois de la pop, des trésors de nos villages aux trésors de la chanson, du cinéma, de tout ce qui fait le patrimoine... et à la rencontre aussi de personnalités qui font l’actualité culturelle !

À lire aussi
Titoff dans "Les Grosses Têtes" titoff
L'été des Grosses Têtes du 18 juillet 2020

Quatre nouvelles énigmes au menu ce matin, et quatre chances de gagner des cadeaux ! Pour cela, dès que vous croyez avoir la bonne réponse à l’énigme, envoyez un SMS au 64900 (0,35cts/sms) avec le mot clé "JEU" suivi de votre réponse. Vous passerez peut-être à l’antenne afin de la vérifier avec Stéphane Bern et un invité qualifié.

Énigme n°1

"Parlons à présent d’un programme télé qui a su exaucer le souhait d’une poignée de jeunes passionnés qui rêvaient de devenir des artistes connus et reconnus… Pendant des années, cette sorte de formation professionnelle a été suivie au quotidien par des millions de téléspectateurs… 135 candidats au total, mais également 130 primes times, 350 invités francophones et internationaux et plusieurs centaines de couvertures de magazines... Plus qu’un phénomène de société, cette émission est entrée au Panthéon de la télévision française, marquant au passage toute une génération…
Bien que le concept soit né en Espagne, la France est le premier pays à diffuser ce format… Nous sommes alors en 2001… A cette époque, seule une autre télé-réalité de ce type a vu le jour sur M6, 1 mois pile avant l’émission que nous cherchons ce matin… 
Le 20 octobre 2001 précisément, à 20h50, la France découvre 16 candidats venus de toute la France. Pendant plusieurs semaines, le public suit ces amateurs, filmés 24 heures sur 24, dans leur apprentissage… Alors qu’ils mènent la vie de « château », ces anonymes sont en compétition… Leur objectif : devenir des vrais stars même si certains ne seront que des étoiles filantes … 
Chaque semaine, à l’issu d’évaluations face à leurs profs (de chant, de danse, de théâtre), les élèves avec les moins bonnes notes sont nominés et doivent sauver leur peau devant les téléspectateurs  lors de la diffusion du prime, quelques jours après…
Les meilleurs, eux, se voient récompenser en interprétant sur scène des tubes en compagnie d’invités prestigieux : Florent Pagny (le parrain du programme), Marc Lavoine, Lara Fabian, Patrick Bruel, Calogero ou encore Johnny Hallyday… Mais aussi des stars planétaires comme Madonna, Kylie Minogue, Beyoncé, Tina Turner, Stevie Wonder, Ray Charles, Elton John, Céline Dion, Mariah Carey, Rihanna…
Au terme de 3 mois d'aventure, le candidat victorieux signe un contrat pour produire son premier disque, avec à la clé une tournée et un très beau chèque…
Pendant 9 saisons, l'émission se hisse en tête des audiences… Par exemple, 12 millions de téléspectateurs assistent au sacre d’une petite brune d’à peine 19 ans et originaire de Nice lors de la finale de la première édition, le 12 janvier 2002… Un record !
Si l’on en croit certaines rumeurs,le programme pourrait revenir à la télé l’an prochain… Un projet qui marquerait les 20 ans de l'émission… Mais, quel est son nom ?"

Réponse : La Star Academy. 
Au téléphone : Olivia Ruiz, participante de la première saison de l'émission. Le 3 juin dernier, la chanteuse a publié son premier livre: La commode aux tiroirs de couleurs (Editions JC Lattès). 

Le logo de la Star Academy
Le logo de la Star Academy Crédit : DR

Énigme n°2

"Il avait une amie qui s’appelait Françoise, même si on l’appelait autrement, et qui habitait près d’Antibes. Il se disait, Antibes, c’est plus près que les Caraïbes, c’est plus près que Caracas … Mais il se demandait : est-ce plus près que Pézenas ? Et il répondait : je ne sais pas … Il aurait du savoir : il était né à Pézenas
Donc cette amie habitait Antibes et ça le mettait mal à l’aise de la savoir antibaise, lui qui aurait été plutôt pour …
Il avait aussi un ami russe, Igor. Igor hagard qu’est noir qui n’arrête guère de boire … Un russe blanc qui est noir … Quel bizarre hasard se marrent les fêtards paillards du bar …

Qui y avait-il encore ? Mélanie , bien sûr : Mélanie l'amie d'Amélie...
Amélie dont les doux nénés doux nénés de nounou moulés
dans de molles laines lamées et mêlées de lin milanais...
Amélie dont les nénés doux ont donné à l'ami Milou
(Milou le dadais de Limoux) l'idée d'amener des minous...

Vous l’aurez donc compris ce natif de Pézenas, le 16 avril 1922 à 10h30 pour être précis, jouait avec les mots comme d’autres jouent avec les mains, les vilains… Peut-être parce que ce fort en thème était d’abord un fort en math et qu’il y a quelque chose de mathématique, de rationnel dans le jeu de mots, le calembour Mais les textes ne sont pas faciles à placer. C’est pourquoi il fera toute sorte de métiers dont celui d’installateur d’antennes de télévision.
C’est dans les années soixante qu’on commence à le découvrir, grâce à Jacques Canetti qui l’engage aux Trois Baudets avant que François Truffaut ne le fasse jouer aux côtés de Charles Aznavour dans « tirez sur le pianiste » … Tiens à propos de films, c’est lui qui coupe la route de Michel Piccoli dans « les Choses de la vie » et provoque l’accident qui entraîne la mort de celu qui vient de rompre avec Romy Schneider
Au cours de sa carrière, lui que des gens comme Georges Brassens ou Joseph Kessel portent au nue, fera beaucoup de premières parties, celle de Brassens justement, celle de Joe Dassin, celle de Pierre Perret et plus étonnant peut-être en 1965, celle des Rolling Stones …
Ses tubes ne sont pas que des tubes de toilette que l’on chante sur un air bête avec des jeux de mots laids …Non, il y a Framboise, Aragon et Castille , Marcelle, la maman des poissons ou encore Bobo Léon.
Le bobo, c’est un cancer qui  l’a emporté au début des années 70 ; il avait à peine 50 ans…Il laisse une trace inoubliable et singulière dans l’histoire de la chanson …
Mais qui est cet auteur compositeur et interprète roi du jeu de mots ?"

Réponse : Boby Lapointe. 
Au téléphone : Serge Llado, le "monsieur chanson" des Grosses têtes (entre autre !). 

Bobby Lapointe
Bobby Lapointe

Énigme n°3

"C’est une émission de télévision qui a marqué toute une génération et probablement l’histoire du petit écran que je voudrais vous faire deviner maintenant. Il faudra trouver son titre et le nom de son animateur et producteur.
A l’origine, l’idée de l’émission est simple : tenter de décrypter les mouvements de mode qu’ils se manifestent dans la culture, dans la société, dans le sport, dans la politique, dans la consommation et le premier titre de cette émission était d’ailleurs très descriptif : pourquoi ça marche ?
M6 est intéressé par le projet, mais pour en faire une émission de reportages et non de plateau. Pourquoi ça marche sera donc diffusé sur M6 et Fr2 accepte un concept assez proche mais sous la forme d’un talk show. 
Le titre sera évidemment différent, même s’il reprend à peu près la même idée : qu’est-ce qui intéresse les gens en ce moment ?
Parlons un peu de son animateur et producteur. Il vient de la pub et de la presse écrite. Son idole, l’homme auquel il aurait aimé ressembler, c’est Daniel Filipacchi. A la télévision, même si la plupart de ses émissions ont apporté un ton nouveau, fait de liberté et d’une part de provocation, il a connu des fortunes diverses. Il faut dire qu’il ne supporte pas l’intervention des diverses directions des chaînes qu’il juge comme une atteinte à sa liberté éditoriale.
Après de grands succès, il a connu des années difficiles, au cours desquelles il a songé à abandonner l’animation pour se consacrer à la production. Mais il s’est relancé sur une petite chaîne, Paris Première. D’abord avec une émission filmée en caméra subjective, Paris dernière, ensuite avec une émission culturelle quotidienne Rive droite rive gauche. C’est cette émission qui l’a remis en selle et lui ouvre les portes de Fr2.
Lors de ses trois premiers mois, l’émission ne connaîtra pas un énorme succès, comme diraient les amateurs de litote.  En janvier de l’année suivante il change de coproduction et établit le concept de l’émission qui en fera le succès. Un concept qu’il compare à un dîner mondain dans lequel on croise, selon ses propres mots, des dirigeants politiques, des prélats, des artistes et des prostituées … Un savant mélange des genres qui lui permettra de recevoir de grands écrivains au milieu de stars … Une façon, comme il le disait de passer la culture en contrebande.
Certaines phrases rituelles utilisées pendant l’émission sont pratiquement tombées aujourd’hui dans le langage courant. La preuve que cette émission et son animateur n’étaient pas « comme les autres »…"




La réponse : Tout le monde en parle
Au téléphone : Thierry Ardisson. 

Thierry Ardisson
Thierry Ardisson Crédit : Kervin Portelli

Énigme n°4

"Voici maintenant une star qui a connu tous les succès, entendu les bravos de la foule, a croulé sous le poids des fleurs que lui offraient ses admirateurs, a fait la Une des magazines, a été une des plus grandes vedettes de la télévision et qui, pourtant, a caché toute sa vie derrière un sourire de façade, une sorte d’inaptitude au bonheur, une douleur secrète qui a fini par l’emporter. Comme si sa gloire n’avait été qu’un pauvre paravent de son immense solitude.
Il y a une peut plus de 59 ans aujourd’hui, c’était le 8 avril 1961, elle se mariait avec le directeur du label Disc AZ  qui était aussi le directeur des programmes de la radio Europe1. Il s’appelait Lucien Morisse. Et voici un extrait du discours que prononça l’officier d’état civil qui les unit:

>
DALIDA - Mariage & Interview avec Lucien Morisse (Archive complète inédite - Europe 1_08.04.1961)

Funeste erreur ! L’union ne sera ni heureuse ni longue. Il faut dire que ce mariage arrivait un peu tard dans leur liaison trop longtemps restée inavouable et secrète.
La chanteuse quitta ce mari pour un acteur et peintre Jean Sobieski.  Ce ne fut pas non plus une réussite. Il y eu ensuite Richard Chanfray, beau jeune homme mais mythomane, mégalomane et caractériel,  qui vivait à ses crochets. Il se fera connaître sous le pseudonyme de Comte de Saint Germain, alchimiste capable de transformer le plomb en or, auquel Pascal Sevran consacrera un livre dont il avouera plus tard, je le cite, qu’il était « bidon ». La liaison fut plus longue mais parsemée de disputes, de scandales et même d’un coup de feu contre un supposé cambrioleur qui valut au faux comte un mois de préventive …
Et puisqu’on en est aux histoires d’amour, ajoutons qu’on prêta à la star une liaison avec François Mitterrand que ni l’un ni l’autre n’ont jamais voulu ni afficher ni démentir.
Et pendant ce temps, sur scène, celle qui fut Miss Egypte, multipliait les succès. Au fond, c’est là qu’elle fut heureuse au point de chanter cette chanson qui semble retracer la douleur de son existence :
Moi je veux mourir sur scène devant les projecteurs
Oui je veux mourir sur scène,
Le coeur ouvert tout en couleur
Mourir sans la moindre peine
Au dernier rendez-vous.
Moi je veux mourir sur scène
En chantant jusqu'au bout


Dans la nuit du 2 au 3 mai 1987, seule chez elle, elle avale une forte dose de barbituriques. On la retrouvera morte le lendemain en fin d’après midi. Une lettre est déposée à côté d’elle sur laquelle elle a écrit ceci : « la vie est insupportable. Pardonnez-moi »."



Réponse : Dalida. 
Au téléphone : La réalisatrice Lisa Azuelos, auteure en 2017 d'un très beau biopic sur la chanteuse. 

Dalida - Il venait d'avoir 18 ans (1975)
Dalida - Il venait d'avoir 18 ans (1975)
L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Divertissement Stéphane Bern Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants