5 min de lecture Séries

"The Witcher" (Netflix) : pourquoi la série sera très différente de "Game of Thrones"

ÉCLAIRAGE - Si Netflix espère faire aussi bien que "Game of Thrones" financièrement, les aventures du Sorceleur seront bien différentes de celles de Jon, Daenerys et des Lannister.

"The Witcher" ne manquera pas d'être comparé à "Game of Thrones"
"The Witcher" ne manquera pas d'être comparé à "Game of Thrones" Crédit : Netflix/HBO
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Toutes les chaînes de télévision espèrent reproduire le miracle Game of Thrones. La série de HBO adaptée des romans de fantasy de G.R.R Martin a battu tous les records et constitue l'un des phénomènes culturels de la décennie.

Ses huit saisons qui mêlaient drames familiaux, politique médiévale, visions et dragons ont conquis un public très large et donné un visage nouveau au genre souvent réduit au seul Seigneur des Anneaux de Tolkien.

La tentation est forte de reproduire la même recette : une intrigue politique complexe, de nombreux personnages, un soupçon de magie, des batailles épiques, des morts violentes et quelques scènes de sexe. The Witcher peut aisément rassembler une bonne partie de ces ingrédients. Les connaisseurs des romans et des jeux vidéo inspirés par la saga d'Andrzej Sapkowski le savent bien.

La première bande-annonce dévoilée par Netflix montre cependant que l'histoire du Sorceleur, Geralt de Riv (Henry Cavill), n'a pas grand chose à voir avec les destins croisés des Stark, Targaryen et Lannister. The Witcher pourrait donc être un beau succès mais certainement pas une simple copie de Game of Thrones.

Une direction artistique moins sombre

À lire aussi
Éric Judor. humour
Éric Judor était l'invité de RTL Soir

Game of Thrones était une série connue pour sa patte artistique très particulière. Les réalisateurs qui se sont succédé derrière les caméras ont opté pour un style très (trop ?) sombre, froid et réaliste. Une façon d'imposer une patte adulte, sérieuse et donc respectable pour les téléspectateurs de HBO. Une manière surtout de cacher la misère et de faire quelques économies surtout dans les premières saisons.

La fiction se différenciait alors des grands noms de la fantasy contemporaine comme Le Seigneur des Anneaux ou Harry Potter qui avaient opté pour des styles plus fantastiques à grands renforts de lumières, de halos, de flous romantiques et de couleurs chatoyantes. The Witcher semble choisir une nouvelle voie et emprunte des codes plus proches de ceux de la fantasy classique et des récits historiques européens. Un choix cohérent puisque les aventures du Sorceleur sont librement inspirées des contes et du folklore européen

The Witcher fait le choix des scènes claires, de la lumière et de la couleur avec des plans bien plus saturés. Si Daenerys Targaryen avait des cheveux blancs dans la série, grâce à une perruque, les personnages restaient assez sobres. Pas de lentilles de couleur, de costumes flamboyants ou de maquillages outranciers.

Pourtant, ce souci de réalisme s'éloignait considérablement du monde qu'avait inventé G.R.R. Martin (par exemple, Daario Naharis, le mercenaire de Daenerys, a dans les livres les cheveux et la barbe teints en bleu avec une moustache d'or... bien loin du look sobre de l'acteur Michiel Huisman). The Witcher, version Netflix, fait le choix de la fantasy pur sucre avec des yeux violets ou jaunes, des mutations génétiques, des elfes, et cetera. Si Westeros était un monde où la magie était en voie d'extinction, le monde du Sorceleur en est gorgé.

Une magie plus spectaculaire

La magie est extrêmement présente dans le monde du Sorceleur. Vous n'aurez pas droit à quelques dragons, deux ou trois prophéties et une maigre résurrection. The Witcher sera un feu d'artifice de fantastique. Les sorcières y jouent un rôle prédominant, à la fois comme guilde influente, spécialistes de l'occulte, conseillères politiques ou atouts militaires. Le personnage de Yennefer (Anya Chalotra) incarnera justement toute cette complexité.

Les premiers teasers et trailers de la série montrent que Netflix jouera à fond sur les effets spéciaux. En l'espace de quelques secondes on peut voir une sorcière faire léviter des objets, un rituel de métamorphose, des dizaines de personnes projetés par télékinésie, des éclairs et des boules de feu conjurés par différents personnages. Bref, de la sorcellerie comme s'il en pleuvait

Potions, créatures folkloriques à occire, elfes... The Witcher est à des années-lumière du style très minimaliste et réaliste de Game of Thrones. The Witcher prend d'ailleurs un risque sur ce volet. Beaucoup de magie peut plaire aux fans de fantasy mais elle pourrait aussi faire "too much" pour celles et ceux qui n'arrivent pas à se plonger dans des mondes imaginaires trop marqués.

La fantasy est un genre qui retrouve ses lettres de noblesse mais qui effraye encore une frange conservatrice du public. L'autre obstacle est technique puisque les effets spéciaux peuvent faire vieillir très rapidement une oeuvre s'ils sont mal réalisés. Il suffit de se souvenir des sortilèges des vieux épisodes de Charmed pour s'en convaincre... 

Un trio central

Game of Thrones est basé sur une série de romans dont l'un des principaux aspects de la narration est d'avoir de très nombreux points de vue. Chaque livre est décomposé en dizaines de chapitres centrés sur tel ou tel personnage. En tout, on compte une bonne vingtaine de personnages principaux et la série de HBO a préservé cette narration. Jon, Arya, Sansa, Bran, Rob, Catelyn, Daenerys, Jaime, Cersei, Tyrion, Varys, Drogo, Joffrey, Melisandre, Baelish, Theon, Brienne, Hodor, Missandei, Stannis, Gendry... C'est un véritable catalogue. Naturellement les trois familles principales, Stark, Targaryen et Lannister sont mieux représentées mais Game of Thrones reste une vaste chorale. 

The Witcher a une intrigue beaucoup plus ramassée. L'intrigue tourne principalement autour du destin de la jeune princesse Ciri (Freya Allan) et de ses deux parents adoptifs (même si l'histoire est plus compliquée que cela) : Geralt, le Sorceleur et Yennefer la sorcière. Loin d'être un huis clos, The Witcher mobilisera moins la mémoire des spectateurs et s'étendra sur moins de continents. Deux autres personnages, des alliés de nos héros, auront un rôle important : Jaskier (Joey Batey) et Triss Merigold (Anna Shaffer).

Les trois personnages principaux de "The Witcher" : Yennefer, Ciri et Geralt
Les trois personnages principaux de "The Witcher" : Yennefer, Ciri et Geralt Crédit : Netflix

De la politique... mais pas que !

Netflix devait initialement faire de la saga du Sorceleur, un seul film. C'est la présidente des créations originales du groupe, Kelly Luegenbiehl, qui a finalement dissuadé les producteurs de cette folle idée. Il aurait été tout à fait improbable de condenser toute la richesse de six romans et plusieurs recueil de nouvelles en deux heures de film. 

La première saison de la série comptera 8 épisodes qui seront tous publiés simultanément. The Witcher sera donc probablement la série que le public consommera en masse lors des vacances de fin d'année, dès le 20 décembre. Seul défaut de cette diffusion : les fans ne pourront pas spéculer entre les épisodes, semaine après semaine. Une façon de construire les communautés de fans et de créer du suspense et donc du désir. Cet élément était l'une des clefs du succès de Game of Thrones qui avait, en plus, l'avantage du suspense puisque la saga littéraire est toujours inachevée.

On ne sait pas encore combien de saisons ont été prévues pour The Witcher. La showrunner Lauren Schmidt a lâché dans une interview qu'elle se préparait mentalement pour "7 saisons", voire pour une "aventure de 20 ans", mais seuls les bons résultats d'audience décideront.

Cette longueur va permettre de puiser dans les très nombreuses histoires d'Andrzej Sapkowski. Si Game of Thrones se concentrait sur une lutte pour le pouvoir et la question de l'héritage et du destin des personnages, The Witcher explorera d'autres thèmes. Les intrigues politiques tiendront toujours une place importante puisque Ciri, en tant qu'héritière d'un petit royaume menacé par un empire en pleine expansion, sera au cœur d'un grand jeu d'échec. 

The Witcher raconte aussi l'intolérance et le racisme avec des elfes, des nains et des hommes en guerre perpétuelle. Les premiers extraits évoquaient justement cette distinction entre les peuples avec des elfes, anciens mages du monde, devenus des sous-citoyens ou des esclaves des royaumes humains. Mépris de classe, rébellion, préjugés... seront très certainement des composantes centrales de la série. Le personnage même du Sorceleur, chasseur de monstres et véritable paria permettra de développer cette idée. Dans The Witcher, les véritables monstres ne sont pas forcément ceux que l'on croit...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Séries Netflix Game of Thrones
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants