5 min de lecture Cinéma

"Spider-Man: Homecoming" : un retour aux sources enlevé, drôle et moderne

NOUS L'AVONS VU - Le film vient de faire un démarrage éclair au box-office américain. Que vaut Tom Holland et ce nouveau reboot à la sauce Avengers ?

Tom Holland incarne avec brio le nouveau Spider-Man
Tom Holland incarne avec brio le nouveau Spider-Man
AymericParthonnaud1
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Spider-Man est de retour. Pour la troisième fois sur grand écran, le super-héros voltigeur mordu par une araignée radiocative change de visage. C'est Tom Holland qui enfile le costume rouge et bleu après Andrew Garfield et Tobey Maguire.

Le jeune acteur avait déjà été aperçu dans ce nouveau rôle dans un autre film de super-héros : Captain American: Civil War où il rejoignait les rangs d'Iron Man pour une bataille rangée épique entre héros divisés.

Avec Spider-Man: Homecoming, l'Homme-araignée est au centre de l'action. Spider-Man est un lycéen, il vient tout juste de découvrir ses pouvoirs et de les utiliser pour sa première mission. L'occasion pour la franchise de revenir aux origines du personnages et de raconter une nouvelle fois la légende en revenant aux fondamentaux du personnage des comics de Stan Lee et Steve Ditko et en ajoutant une bonne dose de modernité et d'humour.

À lire aussi
Catherine Deneuve et André Téchiné, le 12 février 2019 à la Berlinale  Cinéma
Catherine Deneuve évoque les familles dont les enfants partent faire le jihad

Un Spider-Man génération YouTube

Une myriade de détails placent résolument ce nouveau Spider-Man en 2017. Bien que Spider-Man soit une création des années 6 -, Stan Lee et Steve Dikto le font naître en 1962 dans la publication Amazing Fantasy #15, ce Spider-Man est un "millenial" pur jus. Smartphone, réseaux sociaux, Internet... Tom Holland incarne un adolescent d'aujourd'hui.

La séquence d'ouverture du film n'est d'ailleurs pas une sempiternelle récitation de la morsure du jeune Peter Parker par la fameuse araignée. Homecoming commence par une séquence tournée par le jeune Peter "himself". À la façon d'un YouTubeur racontant son quotidien avec une GoPro ou son smartphone, Spider-Man explique avec humour - en faisant la voix off - sa première mission auprès des Avengers.

>
Spiderman : Homecoming - Bande Annonce VOSTFR - 2017

Coulisses, monologue dans une chambre d'hôtel, réactions hallucinées, rencontre avec les autres super-héros... Cette séquence introductive place ce Spider-man dans le XXIème siècle et permet de développer sa personnalité : bavard, ironique, juvénile.

Le film mêle aussi les codes du film de super-héros avec ceux d'une comédie romantique de lycée. L'ambiance casiers, cours de gym, proviseur et bal de promo est bien là. rien de révolutionnaire mais le script, l'humour et le rythme fonctionnent. Et ces scènes permettent de dédramatiser l'action et les scripts parfois sombres ou ampoulés des derniers films inspirés des univers Marvel ou DC Comics.

Tom Holland et Jacob Batalon dans "Spider-man: Homecoming"
Tom Holland et Jacob Batalon dans "Spider-man: Homecoming" Crédit : Sony Pictures

La magie du duo Tom Holland et Robert Downey Jr.

Si Tom Holland brille en Spider-Man ce n'est pas parce qu'il est un gymnaste et danseur capable de réaliser ses cascades et chorégraphies lui-même. Ce n'est pas non plus parce qu'il est jeune, beau et dispose de 32 abdominaux saillants. Personne n'arrivera d'ailleurs à nous faire croire qu'un jeune homme comme lui puisse passer pour un looser dans son lycée...

Tom Holland est aussi un des meilleurs Spider-man (si ce n'est le meilleur) parce qu'il sert avec brio un script ciselé et rythmé. Les dialogues qu'il a avec son meilleur ami sont drôles et percutants, les deux acteurs ont d’ailleurs avoué avoir improvisé beaucoup de leurs échanges. Idem avec le personnage rajeuni de sa tante May qui l’élève seule. Plus jeune, plus forte, Marisa Tomei (Ce que veulent les femmes, The Westler) offre un nouveau regard bienvenu sur le personnage.

Les échanges entre Spider-man et Iron Man (toujours campé par le merveilleux Robert Downey Jr.) sont parmi les plus savoureux. Le second degré fait rire. Les malentendus aussi. Et même lors des dialogues plus chargés émotionnellement, où le riche industriel Tony Stark joue la figure paternelle, l'alchimie fonctionne. Mention spéciale pour la scène de la conférence de presse et la petite morale finale qui vient conclure avec brio le film.

Jon Favreau, Robert Downey Jr. et Tom Holland dans "Spider-Man: Homecoming"
Jon Favreau, Robert Downey Jr. et Tom Holland dans "Spider-Man: Homecoming" Crédit : Sony Pictures

Un film capable de surprendre

Ce n'est pas tous les jours que l'on peut faire ce compliment à un blockbuster. Encore moins à un blockbuster de l'été avec un super-héros. Spider-Man: Homecoming arrive à surprendre le public. Dans les films de super-héros, le mystère de l'intrigue tourne souvent autour des mêmes éléments : protéger l'identité secrète du super-héros masqué, découvrir qui est le "méchant" ou "le méchant derrière le méchant" qui tire les ficelle depuis le départ ou encore stopper une catastrophe apocalyptique en sauvant, au choix : l'humanité / la ville de New York / sa famille / son amour.

Homecoming n'échappe pas à certaines de ces figures imposées mais expédie la question de l'idée secrète du héros et de son ennemi le Vautour (Michael Keaton) dès le départ. Le meilleur ami de Peter Parker (incarné par le très convaincant Jacob Batalon) apprend rapidement que celui-ci est Spider-Man.

Cette révélation est tellement peu cruciale que les trailers dévoilent sans vergogne la scène depuis des mois. Michael Keaton campe quant à lui le méchant, motivé par un appât du gain peut-être une once caricaturale, dès le départ et sans fard. 

Le Vautour (Michael Keaton) dans son armure de métal
Le Vautour (Michael Keaton) dans son armure de métal Crédit : Sony Pictures

La surprise pour les spectateurs sera pour le dernier tiers du film, quand l'autre visage du Vautour va être révélé derrière une porte dans une séquence qui appartient pourtant totalement au registre de la comédie romantique de lycée.

Une porte s'ouvre, les bouches s'entrouvrent et les spectateurs se regardent interloqués. Ils viennent de comprendre. Bingo. Les univers se mélangent alors à la perfection et une scène très tendue chargée en sentiments contradictoires forme l'une des vraies réussite de ce film. La scène post-générique (ne partez pas trop vite de la salle) révèle d'ailleurs la subtilité de cet ennemi moins manichéen qu'il n'y paraît.

Scènes spectaculaires et gros budget

Le budget estimé de ce Spider-Man: Homecoming est estimé à 315 millions de dollars (dont 140 millions de budget promotionnel). Un investissement qui se voit à l'écran tant les scènes d'actions et les effets spéciaux sont léchés.

Crash d'avion invisible, course-poursuite contre l’effondrement de l’obélisque de Washington D.C., destruction d'un ferry tranché en deux au large de New York... Homecoming n'oublie pas d'être spectaculaire et se sert astucieusement de ces démonstrations de force pour montrer les limites de Spider-Man et son immaturité. 

Posture christique pour Spider-Man
Posture christique pour Spider-Man Crédit : Sony Pictures

L'envie d'être utile et de prouver qu'il peut être un Avenger comme les autres est le moteur du récit initiatique de ce nouveau Peter Parker. Spider-Man Homecoming ne donne jamais un goût amer ou dramatique à l'histoire (ce que certains pourraient regretter).

Les innocents n'apparaissent jamais comme des victimes collatérales des actions de Spider-Man. On frôle la tragédie pour faire grandir le héros en maturité. L'ombre de la phrase de l'oncle de Peter Parker plane sur la totalité du film sans jamais être prononcée : "Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Fil Super Spider-Man
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789276376
"Spider-Man: Homecoming" : un retour aux sources enlevé, drôle et moderne
"Spider-Man: Homecoming" : un retour aux sources enlevé, drôle et moderne
NOUS L'AVONS VU - Le film vient de faire un démarrage éclair au box-office américain. Que vaut Tom Holland et ce nouveau reboot à la sauce Avengers ?
https://www.rtl.fr/culture/super/spider-man-homecoming-tom-holland-critique-7789276376
2017-07-12 07:35:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/mtyAhQgTs6d5sRJTMl4O3g/330v220-2/online/image/2017/0710/7789277430_tom-holland-incarne-avec-brio-le-nouveau-spider-man.jpg