6 min de lecture Séries

"The Witcher" (Netflix) : 6 raisons d'être ensorcelé par cette perle de la fantasy

NOUS L’AVONS VU - Avec huit épisodes, Netflix livre une introduction riche et maîtrisée de la saga du Sorceleur déjà très appréciée des lecteurs et des joueurs. Oubliez Westeros et découvrez le Continent.

Henry Cavill incarne le sorceleur Geralt de Riv dans la série "The Witcher"
Henry Cavill incarne le sorceleur Geralt de Riv dans la série "The Witcher" Crédit : Netflix
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

De la magie, des monstres et des intrigues politiques... Voilà la recette de The Witcher, la toute nouvelle série de fantasy épique de Netflix. Très attendue, The Witcher a déjà une solide réputation grâce à sa série de livres et ses jeux vidéo.

La saga du Sorceleur (traduction de "Witcher"), Geralt de Riv, mercenaire mutant chargé d'occire des monstres, est d'abord une brillante série de romans et nouvelles de l'écrivain polonais Andrzej Sapkowski. L'homme de 71 ans est une superstar dans son pays et il a réussi à faire connaître sa création dans le monde grâce aux jeux vidéo inspirés de ses livres et réalisé par le studio polonais CD Projekt. Résultat : trois jeux adorés par la critique et le public et des dizaines de récompenses.

Mais l'empire The Witcher s'apprête à connaître une toute nouvelle phase d'expansion avec la sortie ce 20 décembre d'une série télévisée produite par Netflix. Nous avons eu l'occasion de regarder en avant-première les épisodes de la première saison (une deuxième a déjà reçu son feu vert). Il s'agit d'un tout nouveau regard sur l'univers de The Witcher.

Une série qui plaira aux fans des livres et des jeux vidéo, tout en créant avec brio son identité. Dans un monde télévisuel orphelin depuis la fin de Game of Thrones, The Witcher a sa carte à jouer. La série de Netflix se distingue très clairement d'ailleurs des 8 glorieuses saisons du chef-d'oeuvre de HBO et c'est heureux. Personne ne veut voir une pâle copie de Westeros et le monde conçu par Andrzej Sapkowski se suffit amplement.

À lire aussi
Daryl (Norman Reedus) et Carol (Melissa McBride) dans "The Walking Dead" Séries
"The Walking Dead", saison 10, épisode 9 : Norman Reedus se confie sur Daryl-Carol

Quelle est la recette magique de la série The Witcher et pourquoi sera-t-elle probablement la meilleure chose que vous verrez sur vos écrans en cette fin d'année 2019 ?

>
THE WITCHER | FINAL TRAILER | NETFLIX

1- De nouveaux visages

Outre Henry Cavill (découvert dans la série Les Tudors et Superman dans Man of Steel) qui est la star hollywoodienne de la série et fait un travail admirable (il a lu les livres, joué aux jeux et a insisté lourdement pour avoir le rôle), The Witcher fait la part belle à un casting très rafraîchissant.

Anya Chalotra est probablement la perle de la série. Elle joue la sorcière Yennefer de Vengerberg, une jeune femme aux débuts très difficiles qui grimpe les échelons de la société avec une faim dévorante. L'actrice anglaise n'est connue que pour son rôle dans la série britannique Wanderlust qui n'a pas eu un retentissement particulièrement conséquent dans le monde.

Le développement de son personnage à travers la saison, qui passe du statut de victime à celui de maîtresse femme, lui permet de montrer toute l'étendue de ses talents d'actrice. Même en pleine démonstration de puissance elle reste très fragile. Sa transformation physique est aussi une grande réussite à mettre au crédit de son jeu et des maquilleurs et prothésistes de la série. 

La jeune Freya Allan projette une impression d'étrangeté et de candeur dans son rôle de Ciri, princesse exilée et pourchassée. Jodhi May (sacrée à Cannes pour son rôle dans  Un monde à part en 1988) joue la drôle et implacable Calanthe qui sait conquérir le public en quelques secondes.

Adam Levy, Mimi Ndiweni ou encore la star islandaise Björn Hlynur Haraldsson font ici leur entrée dans la cour des grands avec une production internationale. La Suédoise MyAnna Buring (Tissaia de Vries - détail amusant : elle faisait la voix du personnage de Anna Henrietta dans le jeu vidéo The Witcher 3) se distingue grâce à son rôle de Dumbledore psychorigide au féminin et Joey Batey (Jaskier) nous enchante avec sa voix, sa drôlerie et son magnétisme. 

2- De la magie à foison

La magie est extrêmement présente dans le monde du Sorceleur. Vous n'aurez pas droit à quelques dragons, deux ou trois prophéties et une maigre résurrection comme dans Game of Thrones où la magie est en voie d'extinction. The Witcher est un feu d'artifice de fantastique. Les sorcières y jouent un rôle prédominant, à la fois comme guilde influente, spécialistes de l'occulte, conseillères politiques ou atouts militaires. Le personnage de Yennefer (Anya Chalotra) incarne justement toute cette complexité.

La réalisatrice Lauren S. Hissrich ne lésine pas sur les effets spéciaux. Lévitation, rituel de métamorphose, des dizaines de personnes projetés par télékinésie, des éclairs et des boules de feu conjurés par différents personnages. Bref, de la sorcellerie comme s'il en pleuvait.

Potions, créatures folkloriques, elfes... The Witcher est à des années-lumière du style très minimaliste et réaliste de Game of Thrones. La série prend d'ailleurs un risque sur ce volet. Beaucoup de magie peut plaire aux fans de fantasy mais elle pourrait aussi faire "too much" pour celles et ceux qui n'arrivent pas à se plonger dans des mondes imaginaires trop marqués. La fantasy est un genre qui retrouve ses lettres de noblesse mais qui effraye encore une frange conservatrice du public.

Heureusement, The Witcher a mis les moyens dans la réalisation de ces effets qui devraient très bien vieillir avec le temps. 

3- Des combats spectaculaires

S'il y a bien une personne que la production de The Witcher peut remercier c'est le maître d'armes et chorégraphe de la série. Il y bien sûr des grandes batailles épiques où deux armées s'affrontent avec armures et chevaux. Ces batailles sont spectaculaires mais elles ne dépassent pas, en la matière, ce que Game of Thrones avait réussi. En revanche, les duels entre Geralt et ses ennemis (humains ou monstrueux) sont de vrais bijoux. 

Le premier épisode propose d'ailleurs l'un des meilleurs duels à l'arme blanche de la télévision. On ressent le poids des armes et les acteurs effectuent des danses macabres avec une grande virtuosité. Les lames plongent dans les nuques, les épaules et les cuisses et un sentiment de réalisme l'emporte.

Les combats sont souvent rapides et toujours efficaces. Pour tuer les monstres, Geralt doit aussi passer par une longue période d'enquête et une chasse plus ritualisé pour en finir avec certaines créatures.

4- Une construction surprenante et intelligente

The Witcher se distingue de la grande majorité des séries en adoptant une narration décousue. Les scènes et les histoires des personnages sont séparées par le temps et les enjeux et ils sont liés exclusivement par les thèmes abordés dans tel ou tel épisodes. On retrouve vraiment ici une écriture à la façon d'un recueil de nouvelles.

Les scénaristes ont réalisé un vrai travail d’orfèvre. Sans être chronologique, ils arrivent parfaitement à faire grandir les enjeux de chacun au fur et à mesure. La notion de destin est très importante et des éléments qui paraissaient totalement indépendant les uns des autres forment en fin de saison une architecture complexe et logique. Mémorisez bien les noms et les événements et, après quelques épisodes, certains éléments vont faire "clic" dans votre esprit sans grandes et laborieuses explications narratives. Le scénario parie sur l'intelligence du public c'est suffisamment rare pour être souligné. 

Complexe sans être compliquée, l'intrigue de The Witcher vous réserve quelques belles surprises. De quoi compenser le manque de suspense inhérent à la "diffusion Netflix" puisque la saison 1 est proposée en intégralité directement. 

5- Une réalisation soignée et lumineuse

The Witcher fait le choix des scènes claires, de la lumière et de la couleur avec des plans saturés. The Witcher, version Netflix, fait le choix de la fantasy pur sucre avec des yeux violets ou jaunes, des mutations génétiques, des elfes, et cetera. Le soleil est souvent un grand halo lumineux au lointain. 

Les costumes sont très bien réalisés. On en a pour notre argent. Seuls les armures des grands méchants de l'empire niflgaardien ne sont pas d'une grande beauté. Leur allure organique et moderne jurent avec le reste des choix stylistiques de la série. Pour le reste c'est une garde-robe de goût qui a été conçue pour la série : les soieries, broderies et empiècements en métal...

Il en va de même pour les décors. Si vous en aviez assez des décors sombres de Game of Thrones où l'on voyait rien, vous serez ravis de plonger dans les plans de The Witcher qui emprunte plus volontiers aux illustrations des contes.

6- Une intrigue ensorcelante et émouvante

Un chasseur de monstres, une sorcière politicienne et une jeune femme destinée à changer le cours du monde... Pour ce qui est de l'intrigue, Netflix peut avant tout remercier le père du Continent, de Geralt, Yennefer et Ciri :  Andrzej Sapkowski. L'histoire explorée par The Witcher est chargée d'incroyables rebondissements, d'une réflexion innovante sur la notion de famille, de destin et d'amour. L'intrigue politique rejoint bien souvent des considérations supérieures comme l'avenir du monde. Pourtant c'est le parcours de vie de chacun des personnages qui fascine.

La série parvient avec une facilité déconcertante à nous faire aimer des personnages souvent remplis de contradictions. Geralt, fidèle mais fuyant, solitaire et central. Ciri, noble mais misérable. Yennefer, forte et résolue malgré les plaies béantes de son âme... Ces ambivalences font tout le sel de The Witcher. Très rapidement, on se sent profondément concernés par ces personnages qui vous font vibrer, rire et pleurer après seulement quelques minutes à l'écran. 

La série n'oublie pas d'offrir des batailles épiques et des quêtes. Les grands classiques de la fantasy ne sont pas oubliés mais il y a un côté rude - avec son lot de mensonges, de sexe et de violence - qui vient bousculer le merveilleux des contes de notre enfance. Des thématiques comme l'oppression, le racisme, le handicap, les préjugés, le bien, le mal et la vérité sont aussi éléments qui viennent nourrir l'esprit de The Witcher. Une série dont nous avons déjà hâte de découvrir la saison 2...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Séries Netflix Fil Super
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants