1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Julien Doré : "Il n'y a aucune naïveté de l'enfance" dans "Aimée"
3 min de lecture

Julien Doré : "Il n'y a aucune naïveté de l'enfance" dans "Aimée"

Le dandy décalé donnera un concert "très très privé" sur RTL2 le vendredi 5 février. Nous vous proposons de réécouter un entretien de l'artiste lors de la sortie de son cinquième album, "Aimée".

Julien Doré invité de "Laissez-vous tenter" du 3 septembre 2020
Julien Doré invité de "Laissez-vous tenter" du 3 septembre 2020
Crédit : Silver GERARD / Agence 1827
"Aimée", nouvel album de Julien Doré
23:15
"Aimée", nouvel album de Julien Doré
23:15
Steven Bellery
Steven Bellery
Animateur

Le 5 février sur RTL2, dès 19 heures, Julien Doré donnera un "concert très très privé". L'occasion de changer d'air et d'oublier le temps de plusieurs chansons, la pandémie.

Tout au long du mois de février, RTL2 diffusera un "concert très très privé" par semaine. Après Julien Doré, Indochine, Jérémy Frerot et Catherine Ringer s'inviteront chez les auditrices et les auditeurs chaque vendredi.

En septembre dernier, Julien Doré a dévoilé son cinquième album studio Aimée, certifié disque d'or. 11 titres coréalisés avec Tristan Salvati, à qui l'on doit la production de l'album d'Angèle, par exemple. Son fidèle complice Antoine Gaillet est toujours là, mais au mixage.

Dans LøveJulien Doré chantait la rupture. Avec Aimée, Julien Doré regarde le monde changer. "Le fond de l'air m'effraie", dit-il dans une chanson. L'écologie, l'amitié qui se délite, la naïveté de l'enfance cohabitent sur cet album. À 38 ans, il dit moins "je". Il y a même un morceau qui s'appelle Nous. Sa pop - toujours très soignée - est moins nébuleuse, plus directe. Sa plume se joue des registres de langue, et il la trempe autant dans l'ironie que l'humour.

À lire aussi

Cet album a été mis en boîte avant l'épidémie de coronavirus et le confinement mais certaines de ses chansons sonnent étonnamment justes. "J'étais avec ces 11 chansons écrites, composées, produites et mixées..., raconte Julien Doré au micro de RTL. Et quand on se retrouve avec cette période de confinement, je me suis rendu compte que certaines d'entre elles, comme La Fièvre ou La Bise, continuaient de grandir chaque, presque malheureusement d’ailleurs".

Le Sud et l'enfance en refuge

"Je vais quitter Paris", chantait-il en 2008 dans Les limites. Il a tenu parole. Il y a deux ans et demi, il a déménagé dans les Cévennes, non loin d'Alès où il est né. Et, il y a installé un petit studio où ces chansons sont nées. "Je ne sais pas si je prends du recul ou si je m'accroche à mes racines avant qu'elles ne m'échappent pour de mauvaise raison ici à Paris, analyse le chanteur. Dès qu'une tournée s'arrêtait, j'avais le sentiment que je replongeais dans ma vie d'homme et cette vie n'était pas équilibrée. Je misais trop sur l'artistique (...) alors que j'avais besoin de rééquilibrer ma vie d'homme pour nourrir mes chansons."

"Quand j'ai gagné Nouvelle Star il y a 13 ans, j'ai pris beaucoup de plaisir à me lever le matin pour vivre de ma passion. Et, il y avait ce rêve dans un coin, de retourner vivre dans le Sud, là où je suis né pour, je l'espère, continuer à vivre de ma passion. J'ai besoin de ce calme dans le Sud et c'est là que j'écris et que j'ai écrit mes chansons." 

Cet album s'appelle Aimée. C'est le prénom de la grand-mère maternelle de Julien Doré qui a 99 ans. Engagée à la CGT, elle a dédiée sa vie pour défendre les droits des veuves de mineurs. "Aimée c'est aussi le prénom de ma mère, précise Julien Doré. J'ai choisis ce titre parce que c'est ma construction. Ce sont des valeurs - on pourrait aussi parler du combat de ma mère pour accueillir des femmes battues - ces combats m'ont construits. Je les ai compris et ce sont des combats que je respecte profondément". 

Il n'y a aucune naïveté de l'enfance dans ce disque

Julien Doré

La génération à venir et l'enfance sont deux thématiques importantes de ce nouvel album. Sur quatre titres, on entend deux fillettes chanter. Ce sont les filles de son pianiste. On les entend par exemple dans Nous. "Chez les enfants, il n'y a pas de différence entre la possibilité des rêves et la réalité, note l'artiste. Dans l'enfance, il y a encore une zone où chaque rêve et possible et je fais partie de ces gens qui ont réalisé leurs rêves après des années à me dire que ce n'était pas possible. C'est ce que j'aime dans l'enfance". 

Mais Julien Doré ne voit pas l'enfance comme un royaume de la naïveté pure, il a remarqué que les jeunes avaient une parfaite conscience du monde dans lequel nous évoluons tous et qu'ils y étaient sensibles. "On [les adultes] est responsable d'une évaporation de l'insouciance mais on est aussi choqué lorsque l'on discute avec des enfants de 8-10 ans d'une hypersensibilité et d'une hyper-conscience du contexte et du monde actuel, remarque Julien Doré. C'est pour ça qu'il n'y a aucune naïveté de l'enfance dans ce disque".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/