1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. "Beaucoup de gens m'ont tourné le dos au moment le plus critique", confie Hélène Ségara
1 min de lecture

"Beaucoup de gens m'ont tourné le dos au moment le plus critique", confie Hélène Ségara

INVITÉE RTL - À l'occasion de la sortie de son nouvel album "Karma" le 11 juin prochain, Hélène Ségara revient sur sa carrière, ses problèmes de santé, et ses liens avec les gens du métier.

Hélène Ségara était l'invitée de RTL Soir.
Hélène Ségara était l'invitée de RTL Soir.
Crédit : RTL
"Beaucoup de gens m'ont tourné le dos au moment le plus critique", confie Hélène Ségara
10:24
"Beaucoup de gens m'ont tourné le dos au moment le plus critique", confie Hélène Ségara
10:24
Thomas Sotto & Camille Guesdon

Karma, le nouvel album d'Hélène Ségara sortira le 11 juin prochain. Sa chanson Illusion dans le système, extrait de son treizième album, est un "Il y a trop de gens qui t'aiment d'aujourd'hui", selon la chanteuse. Cette chanson parle de notre difficulté, sur les réseaux sociaux "de ces pseudos-rencontres qu'on peut faire, qu'on cherche, de cette âme soeur, de tous ces outils qui sont là pour nous relier et qui en même temps nous laissent un goût de solitude profond, et surtout beaucoup d'illusions", confie-t-elle au micro de RTL Soir.

Pour ce nouvel album, Hélène Ségara a écrit les textes, et son mari Mathieu Lecat a composé les musiques : "J'ai toujours écrit mais cet album était très particulier. Karma est un album que j'ai mis deux ans à écrire. Je savais ce que j'avais envie de dire, surtout après autant d'années d'absence". La chanteuse a auto-produit son nouvel album pour avoir la liberté de parler de spiritualité.

Atteinte d'une dégénérescence maculaire irréversible, une maladie grave des yeux, Hélène Ségara s'est confiée sur ses problèmes de santé. "Il faut que je sois forte et que j'apporte ce message aux gens, rien n'est insurmontable". Selon la chanteuse, il ne fait pas bon d'être malade dans le monde du show-business."Beaucoup de gens m'ont tourné le dos au moment le plus critique, c'est-à-dire, au début, quand les choses ont démarré et qu'on était vraiment désarmés (...). On m'a annoncé des diagnostics très graves et à ce moment-là, la moitié du métier s'est détournée de moi en pensant que j'étais foutue".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/