2 min de lecture Culture

VIDÉO - "On n'est pas couché" : Jean-Louis Aubert explique pourquoi il a chanté au Bataclan

"J'ai eu l'impression d’être utile en faisant ce que j'aime", a confié l'ex-chanteur du groupe Téléphone au sujet de ses concerts au Bataclan. Jean-Louis Aubert est l’une des rares têtes d’affiche françaises à avoir accepté de rejouer dans la salle endeuillée.

Jean-Louis Aubert sur le plateau d'"On n'est pas couché", le 21 décembre 2019.
Jean-Louis Aubert sur le plateau d'"On n'est pas couché", le 21 décembre 2019. Crédit : Capture d'écran Twitter / @ONPCofficiel
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini

Jean-Louis Aubert a décidé de rejouer au Bataclan, un concert en forme d'acte de résistance pour l'artiste. L'ex-membre de Téléphone a en effet sorti le 15 novembre dernier un double album, intitulé Refuge. Pour sa nouvelle tournée, le chanteur avait huit dates de programmées au Bataclan entre la fin du mois de novembre et début décembre. Un moment forcément chargé en symbole et en émotion pour le chanteur, qui a d'abord hésité à se produire dans ce lieu endeuillé par les attentats du 13 novembre 2015. 

"J'ai dit oui sur un élan", confie l'ancien membre de Téléphone. C'est par hasard qu'il a eu le déclic, comme un signe du destin. "Je passe devant le  Bataclan, je vois les petites lettres et il pleuvait. J'ai eu l'impression qu'elles étaient tristes", confie Jean-Louis Aubert sur le plateau d'On n'est pas couché ce samedi 21 décembre. 

Une heure plus tard, on le contacte pour joueur dans la salle de spectaclequi peine à programmer des artistes français. "J'ai hésité puis j'ai dit oui, et après je me suis dis qu'est-ce que je vais dire ? Comment je vais respecter ?", explique l'artiste. C'est finalement un succès et un moment marqué à vie pour Jean-Louis Aubert. 

Il y avait une ferveur de ceux qui arrivaient à passer la porte

Jean-Louis Aubert
Partager la citation

"Chaque chanson prenait un sens différent et il y avait une ferveur de ceux qui arrivaient à passer la porte et je comprenais bien que plein ne puissent pas y revenir", confie l'artiste. Le chanteur a alors la sensation d'avoir un rôle de résilience. "J'ai eu l'impression d’être mini-utile en faisant ce que j'aime. C'était fabuleux de servir à quelque chose, à animer cette salle. J'ai eu pas mal d'associations de victimes qui m'ont soutenu et j'ai trouvé ça formidable aussi", conclut Jean-Louis Aubert.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Culture Musique Jean-Louis Aubert
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants