3 min de lecture Télévision

VIDÉO - "On n'est pas couché" : Pierre Gattaz chahuté par des militants de "Nuit debout"

L'arrivée du représentant du Medef sur le plateau de Laurent Ruquier a été particulièrement mouvementée.

Pierre Gattaz sur le plateau d'On n'est pas couché
Pierre Gattaz sur le plateau d'On n'est pas couché
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Réunir Pierre Gattaz, "le patron des patrons" et François Ruffin, le réalisateur de "Merci Patron !" sur un même plateau, c'était un pari risqué. D'autant que le journaliste engagé était accompagné de militants du mouvement "Nuit debout". Ces derniers ont chahuté le représentant du Medef sur le plateau d'"On n'est pas couché", samedi 16 avril.

Cela a commencé dès son arrivée qui s'est faite sous les cris et les chants moqueurs des membres du mouvement présents dans le publics. Ceux-ci portaient des masques à l'effigie, notamment, d'Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, Patrick Balkany ou encore Bernard Arnaud. Mais le plus dur, pour le représentant du patronat, ça a été de défendre ses positions en matière d'économie ébranlées par les questions de François Ruffin ou Léa Salamé. Pacte de responsabilité, loi Travail, promesse de créer 1 million d'emplois en 5 ans... Rien n'a été épargné à celui qui était venu présenter son livre : La France de tous les possibles.

La France, le pays qui reverse le plus aux actionnaires

Après avoir défendu l'image du petit patron de PME ou TPE qui tente de pérenniser les emplois face à la baisse d'activité, Pierre Gattaz a dressé un constat qui contredit l'optimisme affiché par François Hollande face aux Français : "Il y a un problème avec la France : on a des atouts extraordinaires, on est admiré du monde entier et les résultats sont catastrophiques", analysait-il en abordant la question des 10% de chômeurs.

Mais si les résultats sont catastrophiques, ils ne le sont pas pour tout le monde. Comme l'ont rappelé Léa Salamé et François Ruffin, en France, les actionnaires touchent de plus en plus de dividendes chaque année. "On nous décrit un monde de bisounours", a ironisé le fondateur du journal Fakir. "On a là un représentant du CAC 40 qui vient nous dire regardez les TPE, les PME", pour redorer l'image du patronat. Mais comme l'a souligné Laurent Ruquier : "Si l'image du patronat et des patrons est mauvaise, ce n'est évidement pas à cause des patrons de TPE et PME. Ce sont évidemment les patrons du CAC 40 qui sont montrés du doigts." Dans ces entreprises cotées en bourse, les dividendes reversés aux actionnaires battent des records. 

À lire aussi
Carla et Kevin des "Marseillais" quittent la France pour plusieurs mois. People
"Les Marseillais" : Carla et Kevin ont décidé de quitter la France

Si Pierre Gattaz considère que les sociétés du CAC 40 sont un atout en termes de représentativité pour la France, il a du mal à répondre à une simple question de Léa Salamé : "Quel est le pays dans la zone euro qui reverse le plus de dividendes à ses actionnaires ?". C'est finalement la journaliste qui devra répondre à sa place en expliquant : "C'est la France. L'année dernière, la France à versé 47 milliards de dollars de dividendes, c'est 50% de plus que ce que fait l'Allemagne."

Le public chante "Merci patron !"

Si Pierre Gattaz a été malmené par les questions des journalistes, il a eu aussi du mal à s'exprimer à cause du public. Dans l'intérêt du débat, Laurent Ruquier a dû intervenir pour calmer les membres de "Nuit debout" en précisant que le représentant du Medef, informé de la liste des invités, "ne s'est pas défilé contre François Ruffin". La suite du débat s'est alors déroulée plus calmement même si le public n'a pas pu s'empêcher de lâcher quelques rires moqueurs lorsque Pierre Gattaz a déclaré à François Ruffin à propos de son film : "Il est très touchant. Vous êtes dans le désespoir des gens, c'est mon combat."

Après son passage, Pierre Gattaz a quitté le plateau sous les "Merci patron !" criés par le public, mais l'affaire ne s'est pas arrêtée là. Selon un communiqué diffusé par le mouvement Nuit Debout avant la diffusion de l'émission, certaines personnes qui ont perturbé l'émission auraient reçu des menaces de licenciement, d'autres auraient vu leur carte d'identité photocopiée par l'équipe d'"On n'est pas couché" et un téléphone portable aurait même été saisi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Pierre Gattaz Loi Travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants