4 min de lecture LGBT

"The Voice" : Vianney, Orelsan et Mennel convoqués autour de la polémique Vincent

Le nouveau coach de l'émission s'est expliqué après l'interprétation de "Suicide social" d'un candidat rattrapé par son passé numérique.

Vincent dans les auditions à l'aveugle de "The Voice"
Vincent dans les auditions à l'aveugle de "The Voice" Crédit : TF1
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Vianney, le nouveau coach de The Voice, semble abonné aux polémiques. Après ses larmes sur une chanson sur l'avortement qui a provoqué un débat vif et intense sur les réseaux sociaux, le chanteur est de nouveau critiqué pour son amour d'un texte signé Orelsan. 

Rembobinons. Samedi 20 février 2021, un candidat prénommé Vincent fait son entrée sur la scène de The Voice pour les fameuses auditions à l'aveugle. Le jeune homme reprend alors un texte du rappeur Orelsan, Suicide social, texte dont certains mots heurtent une partie du public depuis des années. 

Que chantent donc Orelsan et Vincent dans cette chanson ? Un passage en particulier a été souligné sur les réseaux sociaux : "Adieu ceux qui vivent à travers leur sexualité / Danser sur des chariots, c'est ça votre fierté ? / Les Bisounours et leur pouvoir de l'arc-en-ciel / Qui voudraient me faire croire qu'être hétéro c'est à l'ancienne / Tellement, tellement susceptibles / Pour prouver que t'es pas homophobe faudra bientôt que tu suces des types". Ce passage qui critique une prétendue victimisation artificielle de la communauté LGBTQ+ coïncide avec le coup de buzzer du coach Vianney immédiatement suspecté par certains d'approuver le fond du passage.

Vianney a répondu à cette polémique naissante le lendemain, toujours sur Twitter. "Certains semblent découvrir Suicide Social, chanson d’un merveilleux artiste qui dénonce les clichés de ce monde. Merci à ceux qui ont compris ce texte et mes intentions, respectueuses de tous. Un peu de hauteur rend plus heureux, et permet d’entendre mieux", a tweeté le chanteur. 

À lire aussi
France 2
"On est en direct" : "Les acteurs doivent reconquérir leur liberté de parole", selon Célarié

Suicide social appartient aux titres chargés de punchlines du début de carrière d'Orelsan. Volontiers provocateur, le rappeur a toujours - y compris devant la justice - expliqué que ses paroles ne représentaient pas un point de vue personnel mais celui des personnages qu'il incarne. Dans Suicide social par exemple, Orelsan s'en prend à toutes les catégories de la société française pour matérialiser la haine d'un homme à bout qui déteste le monde entier. Il enchaîne ainsi les critiques et les clichés entendus sur : les Parisiens, les Provinciaux, les cadres, les politiques, les journalistes, les syndicats, les religions, les ouvriers, les vieux, les fascistes, les réseaux sociaux, la télé, l'administration, les artistes engagés... Un passage à la sulfateuse de 5 minutes qui n'épargne pas grand monde et est volontairement gratuit et injuste. Même TF1 et Joséphine ange gardien en prennent pour leur grade. 

Les tweets de "la honte"

Mais les internautes ne se sont pas arrêtés à la petite dispute classique sur la séparation homme/artiste, la liberté d'expression ou le droit à la caricature. Ils sont allés vérifier le fond de la pensée du candidat Vincent Pois, alias "The Vivi" sur Internet où il est très actif. Joue-t-il un personnage comme Orelsan ou se reconnaît-il dans ces paroles ? Les internautes ont exhumé de nombreux tweets homophobes, racistes ou participant de la culture du viol : "Jsuis pas pd sous-race", "s'il y a 50 RT [retweets] sous ce tweet je vous donne le @ [le pseudo Twitter] de ma meuf. Ok elle a 11 ans, j'en ai 17, mais c'est pas si grave. (...) un trou est un trou", "quelle est la différence entre un arabe et un seau de merde ? Le seau (Eh c'est de l'humour hein). 

Le candidat a immédiatement supprimé son compte Twitter @Vincent_TheVivi. Mais les captures d'écran avaient déjà été faites et largement partagées. Confronté à ces tweets, le jeune homme de 21 ans plaide sur Instagram l'erreur de jeunesse : "Depuis ce matin, je vois de vieux tweets qui ressortent que j’avais écrit quand j’avais 17 ans. En relisant ces messages, j’éprouve un sentiment de honte. Ce sont des propos de cours de récré d’un ado inconséquent qui me font froid dans le dos. Je ne pensais pas un mot de ce que j’ai écrit. Je demande pardon à toutes les personnes que j’ai pu offenser avec ces messages honteux".

Dans un communiqué, la production de l'émission ITV Studios France a expliqué avoir pris connaissance de ces révélations. "Nous avons été extrêmement choqués par ces tweets qui sont à l’opposé des valeurs d’inclusion et de tolérance prônées par The Voice, écrit la société. Ces messages sont également contraires aux engagements pris par les talents quand ils participent à The Voice". Vincent "The Vivi" a donc été écarté de l'émission. 

Une polémique qui n'est pas sans rappeler l'affaire Mennel en 2018. La jeune chanteuse très prometteuse avait été effacée de l'émission de TF1 après la découverte de messages sur Facebook datant de 2016, juste après l'attentat de Nice. "C'est bon, c'est devenu une routine, un attentat par semaine ! Et toujours pour rester fidèle, le 'terroriste' prend avec lui ses PAPIERS d'identité. C'est vrai que quand on prépare un sale coup on oublie SURTOUT PAS de prendre ses papiers #PrenezNousPourDesCons." Autre message, publié le 1er août, une semaine après l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, Mennel écrit : "Les vrais terroristes c'est notre gouvernement". Malgré les excuses et la jeunesse de la candidate, cette dernière a été contrainte de quitter l'émission. The Voice a dû faire d'astucieux montages pour faire vivre ses duels sans l'une de ses meilleures candidates.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
LGBT TF1 The Voice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants