6 min de lecture États-Unis

Présidentielle américaine : soutenir Trump, un exercice très périlleux pour les stars

ÉCLAIRAGE - Il y a les fans absolus, les repentis et ceux qui laissent planer le doute... Dans un star-system très majoritairement démocrate, certaines célébrités prennent des risques.

Entre les soutiens clairs, les repentis et les silencieux, Hollywood se divise
Entre les soutiens clairs, les repentis et les silencieux, Hollywood se divise Crédit : AFP / Montage RTL.fr
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Ils sont rares, mais ils font parler d'eux. Si le monde de la culture, et en particulier celui d'Hollywood, est très majoritairement favorable au camp démocrate, quelques stars se distinguent de la masse et n'hésitent pas à dire leur soutien pour Donald Trump. Si Tom Hanks, Cher, Madonna, George Clooney, Ben Affleck ou Robert De Niro appellent à voter pour Joe Biden cette année, d'autres préfèrent jouer la carte "hors système" et incitent à déposer un bulletin Trump dans l'urne. 

Il y a les personnalités qui sont attachées au parti républicain depuis toujours comme Clint Eastwood par exemple. Ces conservateurs sont parfois bousculés par le style Trump mais, face à des mastodontes de Washington comme Hillary Clinton ou l'ancien vice-président Joe Biden, Trump apparaît comme un vent de fraîcheur bienvenu. Parmi les célébrités qui soutiennent Trump, on compte l'acteur Jon Voight, le père d'Angelina Jolie qui a publié plusieurs vidéos pour soutenir Trump et le camp républicain. Le président l'a remercié de ce soutien en décorant de la "National Medal of Arts" le comédien de Macadam Cowboy et du Retour en 2019. Le 16 octobre, l'acteur a enfoncé le clou en arguant que Joe Biden était "maléfique", une analyse promptement partagée par le président des États-Unis sur son compte Twitter. 

On remarquera que depuis le début de son mandat, Donald Trump n'a remis que 4 médailles en 2019. Aucune médaille n'a été remise depuis la dernière cérémonie de Barack Obama en 2015 durant laquelle les acteurs Morgan Freeman ou Audra McDonald ont été honorés. Une différence de taille avec ses prédécesseurs, républicains ou démocrates, qui ont toujours pris le temps de récompenser une dizaine d'artistes américains chaque année depuis 1984. Une "pause" qui symbolise une vraie défiance entre le locataire de la Maison Blanche et le monde de la culture.

Des acteurs de seconde zone adeptes de la polémique

Parmi les soutiens de Donald Trump, on trouve souvent des acteurs de seconde zone, qui ont connu la célébrité il y a quelques décennies puis, plus rien. L'actrice Stacey Dash (Clueless), la comédienne culte de la télé Roseanne Barr, James Woods (Il était une fois en Amérique), Dean Cain (le Superman de la télé des années 90) ou encore l'acteur Isaiah Washington (Grey's Anatomy) ont ouvertement soutenu Donald Trump. 

À lire aussi
Les Grammy Awards 2021 auront lieu le 31 janvier 2021 musique
Grammy Awards 2021 : BTS, Beyoncé, Taylor Swift... La liste complète des nommés

On ne saurait comprendre les raisons de ces allégeances puisque ces acteurs n'argumentent que rarement leurs choix. On constate malgré tout que de nombreux membres de ce fan-club trumpien ont un goût certain pour la polémique. Isaiah Washington a été expulsé de la série hospitalière pour des propos homophobes. Roseanne Barr est une conspirationniste anti-avortement et sa série a été annulée après une énième polémique sur Twitter où elle disait que Valerie Jarrett, une ancienne conseillère d'Obama afro-américaine, évoquait pour elle "l'enfant caché de la Planète des Singes et des Frères musulmans". Un tweet profondément raciste qui a fini d'enfermer l'actrice dans son rôle d'ultra-conservatrice.

Dernièrement, c'est l'actrice Kirstie Alley qui a fait les frais de son soutien pour Trump. À quelques semaines de l'élection, cette dernière connue pour ses rôles dans Cheers, Allô maman ou plus récemment Scream Queens a tweeté : "Je vais voter Trump parce que ce n'est PAS un politicien. J'ai voté pour lui il y a quatre ans pour cette raison et je le referai pour cette raison. Il agit vite et il rétablira notre économique rapidement. C'est tout ce que j'avais à dire, les gars, tout ce que j'avais à dire...".

Ce tweet est rapidement devenu viral avec plus de 250.000 "J'aime" en moins de 24 heures. Si l'actrice était défendue par des Républicains influents comme l'ancienne colistière de John McCain Sarah Palin, Hollywood lui est rapidement tombé dessus : Marina Sirtis (Star Trek), Patricia Arquette (Médium, Boyhood) ou encore le réalisateur Judd Apatow (40 ans, toujours puceau) se sont rapidement insurgé contre ce tweet pro-Trump. Kirstie Alley a déclaré après ce tweet n'avoir" jamais reçu autant d'insultes de sa vie". 

Les repentis et les silencieux

Et puis il y a les stars qui regrettent. Caitlyn Jenner par exemple avait appelé à voter Trump en 2016 en déclenchant une succession de réaction outrée de la communauté LGBTQ+. Elle a finalement changé son fusil d'épaule dans les colonnes du Washington Post : "Je me suis trompée (...). La réalité est que la communauté transgenre a été continuellement attaquée par ce président (…) Il a nié notre humanité. Il a insulté notre dignité". Dans la catégorie rétropédalage, on trouve aussi le quaterback Tom Brady ou encore Azealia Banks.

Il y a les stars aussi qui ne disent rien et laissent planer le doute. La chanteuse Taylor Swift qui s'est longtemps tenue éloignée du débat politique a longuement été perçue comme une supportrice républicaine. En prenant clairement position pour le camp démocrate, la chanteuse - venue à la célébrité par la country - a pris le risque de secouer ses fans de la première heure de l'Amérique blanche et rurale pro-Trump. 

Ne supportant plus de porter un message de tolérance dans ses chansons et craignant de passer pour une hypocrite, Taylor Swift a clairement appelé à voter contre les républicains en 2018. Une scène immortalisée dans le documentaire Miss Americana. Récemment, elle a sévèrement taclé Donald Trump et son incapacité à condamner clairement certains suprémacistes blancs. Cette prise de position est devenue l'un de ses tweets les plus appréciés (2,2 millions de "J'aime"). Son engagement avait provoqué une vague d'inscriptions sur les listes électorales aux élections de mi-mandat. 

>
Taylor Swift Emotionally Breaks Political Silence

Le cas Chris Pratt

D'autres célébrités de premier plan n'osent pas soutenir l'un ou l'autre des camps qui s'affrontent. La star la plus emblématique de ce non-choix est Chris Pratt, l'acteur des Gardiens de la Galaxie et d'Avengers. Le 20 octobre 2020 se tiendra l'évènement "Voters Assemble!" en écho à la célèbre phrase de Captain America. Toutes les stars de la franchise Marvel, Chris Evans, Don Cheadle, Scarlett Johansson, Paul Rudd, Mark Ruffalo ou encore Zoe Saldana vont publiquement soutenir le camp démocrate. D'autres acteurs comme Benedict Cumberbatch ou Chris Hemsworth ne participeront pas pour une bonne raison : ils ne sont pas citoyens américains. Mais Chris Pratt, alias Star-Lord, lui, aurait pu venir... 

Depuis plusieurs mois, l'acteur doit faire face à une série de mises au point sévères concernant ses allégeances politiques. Pour beaucoup de fans, Chris Pratt serait un conservateur très pieux qui ne voudrait pas annoncer clairement ses couleurs de peur de déplaire. Quand ses petits camarades d'Hollywood incitaient les Américains à voter, Chris Pratt appelait par exemple à voter... pour son film En avant pour une cérémonie. Une légèreté de mauvais goût pour certains.

L'actrice Ellen Page (X-Men, Inception, Umbrella Academy), lesbienne qui milite activement pour les droits des personnes LGBTQ+, avait attaqué Chris Pratt pour son appartenance à un mouvement religieux chrétien, la Hillsong Church, qui continuerait de promouvoir les thérapies de conversion et de lutter activement contre l'égalité des droits en Amérique. Chris Pratt avait contesté ces allégations en expliquant qu'il ne retenait que le message d'amour et de tolérance du Christ et que son église l'avait accepté sans le juger malgré son statut de divorcé. Si les croyants LGBTQ+ peuvent entrer dans son église, l'acteur omet d'indiquer que les responsables de ce groupe évangéliste affirment clairement ne pas accepter tous les "choix de vie", "en particulier la vie homosexuelle" au sein de leur communauté. Une terminologie qui sous-entend que les homosexuels "choisiraient" leur orientation sexuelle et qu'ils pourraient en changer. 

Chris Pratt avait aussi été aperçu avec un t-shirt du drapeau "Gadsden", un symbole diversement interprété selon le contexte historique mais repris actuellement par certains mouvements ultra-conservateurs ou suprémacistes. 

Si l'acteur ne se cache pas d'être très attaché à sa religion, il n'a jamais publiquement soutenu le candidat Donald Trump ou son opposant Joe Biden. En 2017, il expliquait au magazine Men's Health ne "pas se sentir représenté par les Républicains ou les Démocrates". Sa nouvelle épouse, Katherine Schwarzenegger (fille d'Arnold et petite-nièce de John F. Kennedy), que Chris Pratt a rencontrée dans un contexte religieux, appelle clairement à voter Joe Biden. 

Ce soutien discret au camp MAGA ("Make America Great Again") ou du moins l'absence de positionnement clair contre Trump semble profondément nuire à la popularité de Chris Pratt. Pourtant, depuis son rôle dans Parks & Recreation, l'acteur était universellement apprécié. Le 17 octobre, la scénariste et productrice Amy Berg s'est amusée à proposer sur Twitter "4 Chris" très populaires, en appelant à en sacrifier un. Un jeu traditionnellement difficile puisque nul ne souhaitait sacrifier Chris Evans, Chris Hemsworth, Chris Pine ou Chris Pratt. Cette fois, les internautes ont, sans difficulté, choisi de se séparer symboliquement de Chris Pratt dans la plus grande tradition de la "cancel culture".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis People Donald Trump
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants