1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Ophélie Winter se confie sur la chirurgie et son corps : "Je me trouvais anormale"
2 min de lecture

Ophélie Winter se confie sur la chirurgie et son corps : "Je me trouvais anormale"

INVITÉE RTL - Façonnée par sa mère et l'époque, Ophélie Winter a longuement lutté avant de faire de son corps un atout.

Ophélie Winter dans les studios de RTL en mai 2021
Ophélie Winter dans les studios de RTL en mai 2021
Crédit : RTL
Ophélie Winter se confie sur la chirurgie et son corps : "Je me trouvais anormale"
01:35
Aymeric Parthonnaud & Steven Bellery

Dans Résilience, le livre de confessions autobiographiques d'Ophélie Winter (publié aux éditions Harper Collins), la chanteuse évoque à plusieurs moments sa mère. Une figure, sinon centrale, du moins fondamentale et marquante. Elle évoque notamment le cadeau d'anniversaire très particulier qu'elle a reçu de sa part pour ses 16 ans : une chirurgie du nez. "Elle aura fait le tour du monde cette anecdote, je la raconte à chaque dîner. Avant de connaître la chirurgie, on ne la connaît pas. Je ne pensais pas du tout à 15-16 ans que j'allais me refaire faire le nez par exemple", raconte la chanteuse au micro de RTL. 

"J'avais exactement la même tête que mon père. Avant moi, elle a refait faire le nez de mon père. Et comme j'avais la même tête que mon père, j'ai eu droit au même traitement. Mais bon, elle aussi l'a fait, si on veut jouer, complète-t-elle en riant. Mais je n'en avais pas besoin, c'est ça qui est dommage".

Le cadeau était des plus singuliers pour celle qu'il n'était qu'une adolescente à l'époque. "C'était un bon de 1.000 francs d'avance pour ma rhinoplastie, se souvient-elle. Si c'est ma mère qui le dit ? Ma mère je l'admirais tellement que si elle me disait ça, c'est que j'en avais besoin. Une maman qui vous crée qui vous conçoit et qui ne vous trouve pas à son goût aussi, c'est dur."

Je pensais que j'étais vraiment monstrueuse

Ophélie Winter

La carrière d'Ophélie Winter ne commence pas par la chanson mais par le mannequinat. Si sa beauté était admirée, Ophélie Winter révèle entretenir avec son corps un rapport très compliqué. "Je me trouvais anormale. Je pensais que j'avais un handicap et que le mien était physique. J'étais moche, disgracieuse. C'était ça mon handicap. Je pensais que j'étais vraiment monstrueuse et qu'on me disait que j'étais jolie pour me rassurer, dit-elle. Maintenant que j'ai 50 ans et que je vois les photos de moi à 20 ans... C'est dommage. Je suis passée à côté. 

À lire aussi

"Mais après j'ai su en jouer. Quand j'ai vu le regard se baisser de mes yeux à mon décolleté... J'ai compris qu'il n'y avait pas de raison que, eux, regardent et que je ne m'en serve pas un petit peu." Devenir une femme-objet a d'abord été indolore pour Ophélie Winter. "Violent ? Quand on est jeune, 20 ans, on ne s'en rend pas compte, assure-t-elle. On m'a dit 'oui, M6 vous a instrumentalisée en vous mettant en bimbo...' Franchement, je ne me suis pas sentie instrumentalisée. J'ai senti que j'avais de la chance de faire des émissions de télé avec la diction pourrie que j'ai. On ne sait pas qu'on est en train de se construire une image à ce moment-là, on ne fait pas attention. Et quand on a des seins on ne peut pas les mettre dans le dos !"

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/