1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Jackie Kennedy, à jamais Première dame
4 min de lecture

Jackie Kennedy, à jamais Première dame

PODCAST - Jackie Kennedy n'a pas seulement été la première dame de l'Amérique ou l'épouse d'un riche armateur grec. Si elle devint une icône moderne, c'est parce qu'elle était bien plus que cela. Une femme libre qui avait décidé de réaliser un à un ses rêves et ses désirs les plus secrets.

Jackie Kennedy
Jackie Kennedy
Crédit : AFP
Jackie Kennedy, à jamais Première dame
39:12
Jean-Alphonse Richard & Marie Bossard

Jacqueline Lee Bouvier est née avant guerre à Southampton dans l'Etat de New York. Comme Caroline Lee, sa sœur cadette, elle appartient à l'aristocratie américaine. Dans leur arbre généalogique, les Bouvier comptent un ancêtre illustre. Un ébéniste français qui après avoir servi Napoléon avait participé à l'aménagement de la Maison Blanche. Cette demeure qu'elle visitera enfant sans savoir qu'elle serait un jour la sienne.

La future Jackie Kennedy fréquente les meilleures écoles de la côte Est. Très bonne élève et excellente cavalière. Le décor est chic mais en coulisse, la vie de cette petite fille riche est beaucoup moins rose. Son père, John Vernou Bouvier III, agent de change, est un fêtard invétéré. Bel homme qui vit au dessus de ses moyens. Coureur de jupons porté sur l'alcool. Abonné aux casinos et aux tables de poker où il a gagné son surnom "Black Jack".

Les parents de celle qui s'appellera Jackie Kennedy divorcent quand elle a onze ans. Elle continuera à voir ce père consumé par la boisson. Le jour de son mariage, il se présentera ivre à 10h00 du matin. Il faudra aller le chercher pour l'asseoir dans l'église. "Black Jack" mourra, seul, quatre ans plus tard. La mère de Jackie, Janet Norton Lee, s'est remariée, elle, avec Hugh Aucincloss, richissime héritier d'une compagnie pétrolière. L'argent est facile et la vie confortable à Hammersmith Farm. La vaste maison de Newport.

La plus belle année de sa vie

La future Jackie Kennedy vit dans un univers où l'argent est dans toutes les pensées et toutes les discussions. Impossible d'échapper à son milieu. Elle aussi sera presque toute sa vie obsédée par le pouvoir grisant que confère la richesse. Pour le moment, elle s'ennuie dans son lycée de jeunes filles, le Vassar Collège. A 19 ans, elle obtient donc l'autorisation de quitter l'Amérique. Elle embarque sur le paquebot De Grasse pour poursuivre ses études de l'autre côté de l'Atlantique. Un voyage qui va totalement la transformer. "La plus belle année de ma vie", dira-t-elle.

À lire aussi

Paris est une fête pour la future Jackie Kennedy. Elle y découvre une liberté et une audace  qu'elle ignorait. "Quand j'avais un moment, je me faisais belle, j'enfilais un manteau de fourrure et j'allais me poser à l'endroit le plus chic, le bar du Ritz", racontera-t-elle. Ici elle fume des Gauloises et boit des cocktails. Les prétendants ne manquent pas. En premier lieu le jeune Américain John Marquand Junior, fils d'un romancier à succès. Après une étreinte fougueuse dans un ascenseur, Jackie connaîtra avec ce garçon sa première nuit d'amour sous les toits de Paris.

Une fois rentrée à Newport, la mère de Jackie n'apprécie pas beaucoup cette romance avec un étudiant qui n'a pas sans un sou. Elle veut pour sa fille un homme riche, seule condition à ses yeux pour réussir dans la vie. Jackie oublie donc son premier coup de cœur et poursuit ses études à l'Université George Washington. Le soir, elle s'amuse dans les clubs à la recherche du mari idéal...Elle tombe amoureuse d'un courtier en bourse, John Husted Junior. "Le garçon qui m'a rendue la plus heureuse", écrira t-elle. Le mariage est programmé. Mais sa mère a dépouillé la comptabilité du futur gendre et juge que celui-ci ne gagne pas assez d'argent. Jacky glissera alors sans dire un mot sa bague de fiançailles dans la poche de son futur mari, qui dira : "Elle était glaciale".

"Je pense que je suis amoureuse"

En ce début des années 50, Jacqueline Bouvier marche tout droit vers le destin qui va faire d'elle Jackie Kennedy. La jeune femme est hautement séduisante, intelligente et ne manque pas de relations. Le Washington Herald lui offre un premier job de reporter-photographe. Le patron du journal est un ami proche de la famille Kennedy. Elle se retrouve naturellement à un dîner où est invité un jeune loup de la politique, bientôt sénateur, John Fitzgerald Kennedy, JFK, que tout le monde surnomme alors Jack.

Jackie a 24 ans et cette fois sa mère approuve la romance. Les Kennedy n'ont peut-être rien d'aristocratique et de raffiné, mais ils sont très riches et très ambitieux. Sa fille vient de trouver son assurance vie. Jackie écrit alors une première lettre à son confesseur, un prêtre irlandais : "Je pense que je suis amoureuse. Nous allons peut-être être heureux ensemble. Reste à savoir s'il aura le temps de s'occuper de moi. Lui, qui se soucie tellement de sa carrière". 600 invités ce 12 septembre 1953 à Rhode Island pour le mariage le plus chic de la décennie. Jacqueline Bouvier devient Jackie Kennedy. Commence alors une légende que les journaux, les photographes, les télévisions vont  s'empresser écrire. Celle de la première princesse de l'Amérique.

Le 20 janvier 1961, John Fitzgerald Kennedy devient le 35eme président des Etats-Unis. Jackie a été omniprésente dans la campagne et a conquis la foule des électeurs. Jusqu'en en Virginie où l'équipe de JFK croyait que cette épouse trop chic ne serait pas la bienvenue au sein d'un électorat prolétaire et paysan. Mais c'est tout le contraire qui s'est produit.

Bien avant l'élection, Jackie Kennedy a conclu un pacte non écrit et non dit, avec son mari. Celui de ne pas interférer dans sa vie et de savoir fermer les yeux. JFK est un homme à femmes. Un secret de Polichinelle pour ses proches collaborateurs et le FBI. Jackie n'ignore rien de ce donjuanisme effréné. "C'était un jeu entre eux et tous les deux le pratiquaient", dira le meilleur ami de Jackie, l'écrivain Gore Vidal. A propos de son mari volage, Jackie écrit : "Il est un peu comme mon père. Il aime la conquête mais est ennuyé par la possession. Il a besoin de se prouver qu'il est toujours attirant. Alors, il flirte avec d'autres femmes et vous en veut.". Elle ajoute : "J'ai vu comme cela avait presque tué ma mère".

L'invité "Confidentiel"

Nicole Bacharan, politologue, spécialiste des Etats unis. Elle a co-écrit avec Dominique Simmonet "First Ladies : à la conquête de la Maison blanche" paru chez Perrin.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/