3 min de lecture Editos

Isabelle Morini-Bosc : "La faute de Najat Valaud-Belkacem est une broutille"

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient sur la polémique liée à Najat Valaud-Belkacem, huée après une faute d’orthographe lors d'une visite à Tulle.

Najat Vallaud-Belkacem pendant sa conférence de presse de rentrée du lundi 29 août 2016
Najat Vallaud-Belkacem pendant sa conférence de presse de rentrée du lundi 29 août 2016 Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Bien sûr que l'erreur est humaine. Bien sûr aussi que nous en commettons tous. Bien sûr enfin que plaider l'indulgence pour autrui est la meilleure façon de se la voir accorder un jour à soi-même ! Comme la bienveillance est de toute façon à encourager, il faut évidemment perpétuer cette idée de base. Et non pas la perpétrer, comme l'a clamé récemment un député, qui m'a dépitée. Reste que certaines erreurs étant des fautes, il faut évidemment les relever ! Et cela m'amène directement à mon sujet du jour, la récente faute d'orthographe de Najat Valaud-Belkacem.

Qu'a-t-elle fait, l'ex-chouchou du président François Hollande ? Elle a tout simplement manqué de "professionnalisme" en mettant précisément un seul "n" à ce nom très commun devenu du coup un cas particulier. Est-ce grave, docteur ? Cela ne peut-il pas être considéré comme un simple "lapsus calami" désignant un petit "trébuchage" écrit, sans grande importance ni réelle conséquence ? C'est vrai, cela n'a aucun caractère de gravité sur l'échelle de Richter du bon français. Il est donc inutile de disserter dessus à l'infini, d'en faire un thème porteur d'anathème. Évidemment. Cela étant dit, il nous reste malgré tout le droit de tirer la ravissante oreille de Najat Vallaud-Belkacem. 

Une faute qui fait beaucoup de bruit

Que voulez-vous, elle n'est pas seulement diplômée de l'institut d'Etudes Politiques de Paris, ce qui l'autoriserait à être aussi approximative en orthographe que bon nombre de "Bac +18" (ou peu s'en faut) qui nous écrivent. Non, elle est également Ministre de l'Education nationale. Donc ministre des pupitres, des cahiers et des tableaux plus ou moins noirs. C'est de surcroît la dame qui, après avoir nié l'utilité de la dictée, a déclaré qu'il fallait en faire une par jour ! Elle est donc, à ce titre, tenue d'être irréprochable "en public". Ainsi, lorsqu'elle visite une école de gendarmerie à Tulle vendredi dernier et qu'elle écrit gentiment dans le livre d'or de l'établissement "Votre expertise, votre professionalisme impressionnant nous sont plus que précieux", il est logique que cela ne passe pas complètement inaperçu. Ben si, tout de même. Même s'il s'agit évidemment de distraction. Même s'il est rare que l'on voie "sa" faute quand on "louche" dessus. Même si, enfin, cette faute est une broutille.

À lire aussi
Christophe Willem, juré aux côtés d'Isabelle Boulay et Amir dans "Destination Eurovision" sur France 2 Télévision
Isabelle Morini-Bosc : "Les variétés sont de moins en moins variées"

Reste qu'une ministre de l'Education, sur un texte de 3 lignes, se doit de ne pas la faire. Parce que la faute devient une bourde. Une petite bourde politique. Est-ce que cela nous absout pour autant ? Evidemment non. Nous serions tous d'une hypocrisie et d'une inconscience absolues si nous en rajoutions alors que nos écrits, mais aussi les sous-titres, les brèves et les traductions insérées sur les écrans, sont plus farcis d'hérésies grammaticales ou orthographiques qu'une omelette est farcie de clous de girofle (avec un seul "f"). 

Chacun de nous est évidemment diversement à l'aise avec certaines règles, mais il y a comme on dit des limites. "Achète du pain" ne prend ainsi pas de "s" à la fin du verbe acheter, contrairement à ce que j'ai lu hier. On dit par ailleurs "La robe que je me suis fait faire" et non pas "faite faire", comme je l'ai entendu dans un polar doublé. Suis-je irréprochable ? Hélas non, mais je le regrette et j'accepte, voire je réclame (si j'ose dire) les "corrections" de mon entourage. Et si j'étais perfide, j'ajouterais que je ne suis pas, moi, Ministre du secteur. Soit dit sans manquer d'Education. Nationale, évidemment ! 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Editos Najat Vallaud-Belkacem Education
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786788864
Isabelle Morini-Bosc : "La faute de Najat Valaud-Belkacem est une broutille"
Isabelle Morini-Bosc : "La faute de Najat Valaud-Belkacem est une broutille"
ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient sur la polémique liée à Najat Valaud-Belkacem, huée après une faute d’orthographe lors d'une visite à Tulle.
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/isabelle-morini-bosc-la-faute-de-najat-valaud-belkacem-est-une-broutille-7786788864
2017-01-17 18:33:23
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ISTS7n6AqhBOLoZ7Ifzr5g/330v220-2/online/image/2016/0923/7784966454_najat-vallaud-belkacem-pendant-sa-conference-de-presse-de-rentree-du-lundi-29-aout-2016.jpg