1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Savoie : les gendarmes croient à un enlèvement... c'était un enterrement de vie de garçon
2 min de lecture

Savoie : les gendarmes croient à un enlèvement... c'était un enterrement de vie de garçon

VU DANS LA PRESSE - En Savoie, d'importants moyens ont été mis en place par la gendarmerie, pour empêcher un enlèvement, relate France info. Mais il s'agissait en réalité d'un enterrement de vie de garçon.

Un gendarme et son véhicule.
Un gendarme et son véhicule.
Crédit : Pascal GUYOT / AFP
Charline Vergne

La gendarmerie de la Savoie a été contactée, le 28 mai dernier, par une personne qui disait avoir vu un homme en train de se faire enlever... Mais les "kidnappeurs" avaient une arme factice, car ils n'étaient autres que les amis de la victime... Qui fêtait son enterrement de vie de garçon.

Les gendarmes ont partagé un message qui raconte cette histoire en détails, ce mardi 15 juin, sur Twitter. Ledit message, repéré par France info, indique que "le canular était bien ficelé !". Et pour cause, lors que leur intervention, sur une aire d'autoroute, ils ont d'abord cru à un véritable enlèvement.

Tout commence avec l'appel du témoin d'un enlèvement, sur une aire de repos de l'autoroute A43, située près d'Aiguebelette en Savoie, relatent les gendarmes sur leur compte Twitter. Après avoir assisté à ces faits, qu'il pensait "réels", au beau milieu de l'après-midi, le témoin a téléphoné au centre d'opérations et de renseignement de la gendarmerie. Cette dernière a aussitôt mobilisé d'importants moyens.

Une fois arrivés sur place, les gendarmes - une quinzaine - ont aussitôt identifié deux véhicules ; et la scène à laquelle ils ont assisté corroborait la version d'une tentative d'enlèvement, puisque la victime était ligotée et bâillonnée dans l'une des voitures, accompagnée de trois autres personnes. Dans le deuxième véhicule, peut-on lire, se trouvaient trois autres individus, dont l'un qui semblait armé. Après quelques minutes, les deux véhicules ont quitté l'autoroute pour se diriger vers le centre-ville de Chambéry.

"Ça peut être grave, ils ont pris des risques"

À lire aussi

Fin de la filature : les voitures à bord desquelles se trouvent les "kidnappeurs" et leur victime sont arrêtées par plusieurs effectifs du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG), épaulé par la brigade anti-criminalité (BAC) de la police nationale. 

Immédiatement, les forces de sécurité interpellent et menottent les supposés agresseurs, avant de très vite réaliser que le pistolet en leur possession est factice et qu'il agissent dans le cadre d'un enterrement de vie de garçon. "Après une belle frayeur", le futur marié et ses amis ont pu repartir libres... Nul doute qu'ils n'oublieront pas cette histoire de si tôt ! Quant aux membres de la brigade de gendarmerie, s'ils ont pris les faits avec humour, une source interne a estimé, au micro de France info, que "ce sont des blagues qui peuvent mal finir. [...] Ça peut être grave, ils ont pris des risques à jouer à ce genre de choses."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/