1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Marseille : quand "Pascali" a ouvert le premier café de France au XVIIe siècle
2 min de lecture

Marseille : quand "Pascali" a ouvert le premier café de France au XVIIe siècle

C’est dans le port de Marseille que le café est arrivé pour la première fois en France, en 1644, à bord d’un bateau en provenance d’Alexandrie.

Un café du matin (illustration)
Un café du matin (illustration)
Crédit : Harry Brewer irDJy / Unsplash
Florian Gazan

Tous les week-ends, Florian Gazan rend hommage aux pionniers, ceux qui furent à jamais les premiers.

Ce matin, on part à Marseille, la Cité phocéenne où la phrase "À jamais les premiers !" est l’étendard que brandissent les supporters de l’OM depuis 1993 et cette Ligue des Champions remportée pour narguer les ennemis du PSG ! Mais là rien à voir avec le football. Surtout qu’on va se retrouver en 1644, une époque où ni l’OM, ni le foot n’existent encore. Non c’est lié à quelque chose dont les Français consomment 6 kilos par an et qui a pour particularité de désigner ce que c’est, ce qu’on en fait et où on le fait…

C’est le café qui désigne effectivement la matière première, le café, ce qu’on en fait, un café, et où on le fait puis le sert : le café ! Et justement c’est dans le port de Marseille qu’il est arrivé pour la première fois en France, en 1644, à bord d’un bateau en provenance d’Alexandrie, mais sans Alexandra ! Vanne de Claude François ! 

L'importance du rôle de Pascal Haroukian

C’est en Turquie que des explorateurs l’ont découvert, d’où le nom qu’ils lui donnent alors : le vin d’Arabie. Des savants d’Aix-en-Provence à qui on a parlé de ces petites graines étranges dont on fait une boisson chaude décident de l’étudier de près. Très vite, constatant les effets excitants du café dont le succès grandit vite dans la cité phocéenne, ils essayent de le discréditer. Il ne faudrait pas que ça réveille trop les gens du peuple et leur donne envie de se rebeller. Trop tard. 

À lire aussi

Le café s’est répandu comme une trainée de poudre. Tant et si bien qu’en 1671, sa popularité lui fait franchir un palier important grâce à Pascal Haroukian, un commerçant arménien qui se fait appeler Pascali. Il décide de créer un établissement dans le quartier de la Loge entre le Vieux Port et Belsunce pour y vendre du café et le matériel nécessaire à sa consommation. Mais aussi pour le déguster, ce qui est un bon moyen de donner envie aux clients de lui en acheter. Il décide d’appeler ça tout naturellement un café. C’est un succès immédiat ! 

Le Procope, un café qui va devenir une institution

Pascali décide alors de céder son cabaret. Oui, à l’époque, un endroit où on sert à boire, on appelle ça un cabaret, pour monter à la capitale et ouvrir un autre café à Saint-Germain-des -Près. Là aussi il fait face à la méfiance des médecins qui déconseillent la consommation du café, estimant qu’il provoque des maladies épouvantables. "Noir comme le diable" disait le Pape Clément VIII à propos du café. Faute de clients, il doit fermer. 

Mais, un de ses serveurs lui rachète, c’est un Sicilien nommé Francesco Procopio dei Coltelli. Il crée alors le Procope, un café qui va devenir une institution fréquentée par Rousseau, la Fayette et Diderot et sera un des hauts lieux de la Révolution Française. Mais ça c’est un autre histoire qui a oublié que c’est à Marseille que Pascali fut à jamais le premier à ouvrir un café en France.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/