1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Attila : Lorant Deutsch raconte comment une épée "magique" lui a permis d'étendre son empire
3 min de lecture

Attila : Lorant Deutsch raconte comment une épée "magique" lui a permis d'étendre son empire

Au Ve siècle, l'empire d'Attila dépasse en superficie celui des Romains. Comment croire alors qu’il ne songe pas à franchir le Danube ? C’est qu’Attila a de quoi se sentir invincible.

Entrez dans l'Histoire - Lorant Deutsch
Entrez dans l'Histoire - Lorant Deutsch
Crédit : crédit Emilie DE LA HOSSERAYE - M6
Attila, le dark vador des steppes
36:33
Lorànt Deutsch - Entrez dans l'histoire
Lorànt Deutsch - édité par Capucine Trollion

Dans ce nouveau numéro d'Entrez dans l'Histoire, partons à la découverte d'Attila, "le Dark Vador des steppes". Attila est un guerrier à la tête de hordes sanguinaires, qui déboulent au triple galop pour piétiner l’Empire romain et semer le chaos

Et l’empire a beau avoir contre-attaqué, croyez-moi il s’est heurté au côté obscur de la Force. Son incroyable épopée l’a conduit de la Chine au bassin parisien, en passant par Constantinople. En moins de quinze ans, il s’est taillé un empire qui s’étendait de la mer d’Aral au Danube et a changé la face du monde.  

En 436, lorsqu’éclatent des rébellions contre Rome en Gaule, Attila envoie ses hommes épauler Aetius. Les Burgondes et les Wisigoths sont massacrés par les mercenaires Huns.  Plus au Nord, après avoir maté Slaves et Teutons, son armée atteint les rives de la Baltique : son empire dépasse maintenant en superficie celui des Romains. Comment croire alors qu’il ne songe pas à franchir le Danube ? C’est qu’Attila a de quoi se sentir invincible.

Une épée comme Excalibur

En 439, il brandit l’Épée de Mars, une épée magique légendaire, sorte d’Excalibur des steppes. Offerte par les dieux, elle rendrait invulnérable celui qui la possède. Elle s’était perdue lors d’une bataille mais sa légende était restée. Et alors, comme de par hasard, voilà qu’un beau matin, un paysan Hun, l’aurait trouvée au milieu d’une prairie et l'offre à son chef Attila. C’est ainsi qu'il se retrouve auréolé de l’invincibilité divine. Ça tombe bien, non ? Légende ? Propagande ? À vous de voir… 

À lire aussi

Toujours est-il que, suite à cette découverte, des messages de déférence pleuvent du monde entier, même les Romains se sentent obligés de se fendre d’un petit mot de félicitations. Honoria, la propre sœur de l’empereur Valentinien III, connue pour son tempérament ardent, lui envoie une missive accompagnée d’une bague de fiançailles, faisant miroiter une dot mirifique : la moitié de l’Empire d’Occident. 

Et un anneau pour les gouverner tous

Attila est désormais en ordre de bataille pour conquérir l’empire romain d’Orient. L’Empereur romain Théodose II a bafoué les clauses du traité de paix. Le châtiment d’Attila sera terrible. Il franchit pour de bon le Danube, il écrase tour à tour la Pannonie, la Dalmatie, la Mésie, la Thrace, la Thessalie et, en poussant un peu plus loin, Constantinople. C’est la panique à la cour de Théodose II, qui est contraint de négocier. Il cherche alors à faire assassiner Attila lors des pourparlers, Mais, le complot est éventé et Théodose II meurt un an plus tard. 

Son successeur, Marcien, est un empereur autrement plus coriace. "Je n'ai de l'or que pour mes amis, et je garde le fer pour mes ennemis", assène-t-il aux ambassadeurs Huns. Prendre Constantinople n’est pas une mince affaire. Devant ses épaisses murailles, Attila préfère renoncer. Il ne veut pas risquer de tout perdre sur un assaut incertain. 

Il tourne alors ses ambitions vers l’Empire d’Occident. Et là, il ressort l’anneau de fiançailles d’Honoria reçu quinze ans auparavant et réclame son épouse et surtout sa dot, à savoir la moitié de l’Empire. La cour de Valentinien III croit à une bonne blague et lui oppose sans surprise une fin de non-recevoir. Attila cherchait surtout un prétexte à la guerre. Alors, au lieu d’attaquer frontalement l’Empire, Attila envahit d’abord la Gaule. Au début de l’année 451, il franchit le Rhin avec sa gigantesque armée et son cortège de chariots avec les femmes et les enfants. Attila ravage Trèves avant d’assiéger la ville de Metz qui, malgré une vaillante résistance, est mise à sac. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/