1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "Trainspotting 2" aussi déjanté que le premier avec 20 ans de maturité
2 min de lecture

"Trainspotting 2" aussi déjanté que le premier avec 20 ans de maturité

NOUS L'AVONS VU - 20 ans après le film culte "Trainspotting", les quatre jeunes Écossais de Danny Boyle remettent le couvert pour repartir de plus belle entre nostalgie et éclats de rires.

Le casting de choc revient pour "Trainspotting 2" de Dany Boyle le 1er mars
Le casting de choc revient pour "Trainspotting 2" de Dany Boyle le 1er mars
Crédit : Sony Pictures Releasing France
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze

20 ans après, il revient, toujours en courant, cette fois dans une salle de sport. Mark Renton (Ewan McGregor) est de retour à Édimbourg après avoir trahi ses potes pour quelques dizaines de milliers de livres, le pactole d'une grosse vente de drogue. Il a passé deux décennies loin de l'Écosse et de l'héroïne, laissant derrière lui Spud, Sick-Boy et Frank.

Tous les personnages sont de retour dans T2, la suite de Trainspotting (sorti en 1997). Un grand plongeon en nostalgie. Presque tous sont papas, divorcés, ou mariés mais séparés. Aucun ne semble avoir vraiment trop grandi. Ils sont toujours aussi perdus dans leur vie. À l'exception de Mark qui arbore une forme presque olympique, tous sont restés coincés dans leurs vieilles habitudes, n'ayant, apparemment, pas fait le choix, eux, de la vie. 

À regarder

VIDÉO - "Trainspotting 2" : où en est-on dans l'histoire, expliqué en 45 secondes ?
00:45

Quatre personnages qui n'ont pas tellement changé

C'était la devise du premier volet sorti en 1997 : "Choose life". Mais Spud est toujours un junkie débraillé, au regard égaré, trop gentil, trop soumis. Sick-Boy, ou Simon désormais, continue d'inventer différentes formes farfelues de se faire de l'argent facilement, mais jamais légalement. Quant au plus déjanté de tous, celui qui jetait nonchalamment sa pinte en verre vide par dessus la mezzanine d'un bar pour provoquer une bagarre générale, est en prison. À la fin du premier film, Franck Begbie était effectivement recherché par la police, il a pris plus de 20 ans, avant de s'évader.

Pendant près de deux heures, Danny Boyle nous prend par la main pour nous faire à nouveau déballer les petites rues crasseuses de la capitale, entrer dans les bars miteux de la ville, découvrir des minorités intégristes avec l'aide de ses personnages qui sont toujours aussi forts, timbrés, poussés au paroxysme de leur personnalité. Dans le casting, une nouvelle arrivante vient semer un peu plus la zizanie dans les retrouvailles : Veronika (interprétée par Anjela Nedyalkova).

À écouter aussi

Venue des pays de l'Est, elle va, à son tour, choisir la vie. La drogue n'a pas complètement disparu, la violence non plus. Certaines scènes sont entre-coupées d'images du premier volet, jouant sur la nostalgie et sur les parallèles entre le passé et le présent, mettant en lumière que la vie de ces désormais quarantenaires n'a pas tellement changé en 20 ans.

Le tout porté par une bande originale à faire pâlir la première, avec des titres des Clash, Blondie, Queen, et un remix de l'immanquable Lust for Life d'Iggy Pop, sans oublier ce doux échos à la première B.O : Slow Slippy, en référence au Born Slippy de Trainspotting 1. La suite des aventures psychédéliques des quatre garçons de Danny Boyle est à découvrir dès le 1er mars. Ils sont presque devenus adultes.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/