2 min de lecture Cinéma

"Toute ressemblance" : pour le film, Franck Dubosc n'a pas été "obligé de faire le guignol"

INVITÉS RTL - Michel Denisot et Franck Dubosc étaient sur RTL pour présenter la comédie "Toute ressemblance", premier long-métrage du journaliste et producteur.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Laissez-vous tenter du 21 novembre 2019 Crédit Image : Les films du 24 – Tribus P. Films - Shanna Besson | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
stephane-boudsocq
Stéphane Boudsocq édité par Maria Aït Ouariane

Michel Denisot signe son tout premier film à l'âge de 74 ans.Toute ressemblance sort dans les salles le 27 novembre et se présente comme une comédie grinçante.

Le film raconte l'irrésistible ascension de Cédric Saint Guérande (dit CSG), star du journal de 20h dont les débuts fracassants à l'antenne doivent beaucoup à la chute du World Trade Center et à celle du titulaire du poste, occupé ce jour-là à faire la sieste alors que le monde bascule. 

CSG semble intouchable et ses audiences battent des records. Mais le nouveau patron de sa chaîne n'est pas vraiment fan de la vedette arrogante, insolente, dont le style de vie assez rocambolesque va finir par lui causer du tort. 

Cédric Saint Guérande va ainsi tomber de haut, avec notamment l'ascension d'une jeune et jolie journaliste aussi ambitieuse que lui... Et c'est là que le film échappe à ce qui n'aurait pu être qu'une caricature, un pastiche du monde médiatique. Plus que ça, Toute ressemblance devient alors une réflexion assez amère et cruelle sur le star-system, les mirages du PAF, et ses tentations en tout genre.

>
TOUTE RESSEMBLANCE Bande Annonce (2019) Franck Dubosc, Comédie
À lire aussi
Billie Eilish à Los Angeles le 26 janvier 2020 musique
Avec "No Time to Die", Billie Eilish bat le record de ventes d'une chanson de James Bond

Ce demi-dieu cathodique, finalement si fragile, est incarné par Franck Dubosc qui s'est entouré notamment de Jérôme Commandeur, Denis Podalydès, Caterina Murino ou Sylvie Testud. "Je ne suis pas obligé de faire le guignol, l'humour y est grinçant" explique Franck Dubosc. "Dans le film, je fais l'amour, je bois, je me drogue... Je n'avais jamais fait ça dans mes films avant." 

Même si le réalisateur affirme qu'il "n'a pas fait un documentaire, mais un film", on reconnaît tout de même des allusions assez claires à des personnages que nous connaissons tous : Yves Mourousi, PPDA, ou encore Laurence Ferrari. Pour parfaire son rôle, Franck Dubosc a dû entrer en immersion sur le plateau de réels journaux télévisés. "On est allé à TF1 suivre Gilles Bouleau, comme des écoliers", nous explique l'acteur. 

Le petit monde des stars de l'info a plutôt bien réagi au projet, comme Anne-Sophie Lapix : "Elle l'a vu et m'a dit que c'était drôle", a confié Michel Denisot.

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Cinéma Télévision Interview
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants