1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "Le Blues de Ma Rainey" : pourquoi faut-il regarder le film avec Chadwick Boseman ?
3 min de lecture

"Le Blues de Ma Rainey" : pourquoi faut-il regarder le film avec Chadwick Boseman ?

NOUS L'AVONS VU - Chadwick Boseman a été sacré aux Golden Globes 2021 en tant que Meilleur acteur pour son rôle dans le film diffusé sur Netflix.

Chadwick Boseman dans "Le Blue De Ma Rainey"
Chadwick Boseman dans "Le Blue De Ma Rainey"
Crédit : David Lee / Netflix
Capucine Trollion
Capucine Trollion
Journaliste

Chadwick Boseman, interprète emblématique du héros Black Panther chez Marvel, a été récompensé à titre posthume, par le Golden Globes du Meilleur Acteur. Décédé en août dernier des suites d'un cancer du côlon, l'acteur de 43 ans, avait pu tourner son dernier rôle dans Le Blues de Ma Rainey, diffusé sur Netflix.

Réalisé par George C. Wolfe, Le Blues de Ma Rainey est une adaptation de la pièce de théâtre Ma Rainey's Black Bottom d'August Wilson de 1982. L'intrigue se déroule sur une journée dans la chaleur étouffante de Chicago un jour d'été de 1927. Ma Rainey (Viola Davis, brillante actrice de Murder), alias "La Mère du Blues", l'une des artistes noires les plus influentes du XXe siècle, doit enregistrer un album. Mais, rien ne se passe comme prévu. La star est très très en retard, le producteur, un homme blanc, est à bout de nerfs de cet énième retard, l'agent de Ma Rainey en hyper ventilation et les musiciens suent dans une salle en sous-sol en attendant l'artiste.

Parmi les musiciens, qui n'ont pas le droit d'attendre la chanteuse dans une pièce ventilée, le fougueux Levee (Chadwick Boseman), trompettiste à qui le producteur a offert d'interpréter ses propres versions des tubes de Ma Rainey pendant l'enregistrement. Une décision qui ne plaît pas aux "vieux" musiciens Toledo (Glynn Turman), Cutler (Colman Domingo) et Slow Drag (Michael Potts). 

Pour l'intrigue surprenante et étouffante

Le Blues de Ma Rainey est un huis clos qui vous prend aux tripes. Ce qui démarre comme une journée d'enregistrement qui s'annonce bien compliquée, se transforme en bien pire. D'une violence rapide. Au fur et à mesure que l'intrigue avance, les tensions augmentent tout comme la chaleur qui envahit la salle où sont installés les musiciens. Les fronts luisent, les chemises collent aux peaux et le racisme suinte de tous les côtés du bâtiment. 

À lire aussi

Car c'est bien cela dont parle le film. Les inégalités raciales dans l'Amérique de 1927 et le racisme dont sont toujours victimes les afro-américains. Oui, Ma Rainey est une artiste noire signée par un label de blancs, mais ils tentent de lui imposer les chansons qu'elle doit interpréter, l'invitent chez eux seulement pour divertir leurs invités (blancs) et enferment ses musiciens au sous-sol du studio, sans aération. Ma Rainey, imposante, tient bon, impose sa voix et son style. Le racisme sous-jacent et plus évident est au casting. 

La prestation de Chadwick Boseman

Certains et certaines connaissent Chadwick Boseman dans le costume dBlack Panther, premier super-héros africain de Marvel, que l'on voit pour la première fois au cinéma dans Captain America : Civil War (2016). L'acteur américain fait ses premiers pas dans le costume en vibranium, métal rare et résistant, de la Panthère Noire, protecteur et héros du Wakanda, nation fictive et ultra-technologique. 

Deux ans plus tard, Chadwick Boseman explose de nombreux records avec Black Panther, le film consacré à l'histoire premier super-héros africain de l'écurie Marvel. Une véritable révolution, un phénomène aux milliards de dollars. L'acteur montre son talent en incarnant un héros à la fois roi, qui doit affronter et réparer les erreurs commises par son père dans le passé, tout en protégeant son royaume, qui cache son savoir-faire au reste du monde. 
Après le super-héros, Chadwick Boseman montre une dernière fois son génie de l'interprétation dans Le Blues de Ma Rainey. Sous ses airs de musicien pédant, qui a envie de casser les codes "des vieux" musiciens et de la société, Levee nous montre ses blessures toujours sanglantes. L'assassinat de son père qui a voulu se venger des colons blancs qui ont violé son épouse, devant leur jeune fils. Les larmes, la rage, le visage de Chadwick Boseman est traversé par toute cette palette d'émotions et son cri résonne longtemps après avoir terminé le film. Ne loupez pas cette pépite.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/