1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. Jean-Paul Rouve va interpréter Gabriel Matzneff : "Je ne juge pas quand j'interprète"
2 min de lecture

Jean-Paul Rouve va interpréter Gabriel Matzneff : "Je ne juge pas quand j'interprète"

INVITÉ RTL - Pour la première fois, le comédien évoque son rôle dans l'adaptation du livre de Vanessa Springora.

Jean-Paul Rouve le 14 octobre 2021
Jean-Paul Rouve le 14 octobre 2021
Crédit : RTL
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Bien loin de l'ambiance légère et colorée des Tuches ou du Petit Nicolas (bientôt au cinéma), Jean-Paul Rouve va incarner un rôle bien plus sombre. Il jouera Gabriel Matzneff dans l'adaptation cinématographique du livre de Vanessa Springora, Le consentement. 

"C'est un livre remarquable, un livre important, indispensable, qui raconte - pour ceux qui ne savent pas -  l'emprise de cet homme sur cette jeune fille de 14 ans, rappelle l'acteur au micro de Laissez-Vous Tenter. Ce qui est ce qui est beau dedans - c'est pour ça que s'appelle le consentement - c'est qu'elle est vraiment amoureuse de lui, mais lui, c'est un prédateur. Donc, on ne sait pas s'il s'agit d'une emprise consentie... C'est extraordinaire ce que ça raconte. Et puis, ça parle aussi d'une époque qui acceptait tout ça dans les années 80. C'est quand même un consentement aussi vis-à-vis des parents du rôle des parents qui n'est pas clair. Tout ça est très important et Vanessa en a fait un scénario remarquable, vraiment remarquable.

C'est Vanessa Filho, la réalisatrice de Gueule d’ange avec Marion Cotillard qui est aux manettes de cette adaptation du livre de Vanessa Springora. "Quand j'ai lu ça, j'ai dit : 'Il faut le faire '. Parce qu'il y a des films qu'on fait par plaisir, par envie. Il y a des films aussi qu'on fait par devoir, par nécessité. Et c'est important." 

Comment alors se glisser dans la peau de l'écrivain Gabriel Matzneff ? "Pour répondre plus précisément à la question de l'interprétation, ça ne rentre pas en ligne de compte, argumente le comédien. Moi, j'interprète. Je ne juge pas quand j'interprète. J'ai un regard, moi, Jean-Paul Rouve, sur une histoire, sur ce que ça raconte et c'est le seul rôle du film. Mais ce n'est pas le rôle de l'interprète, évidemment. Le risque quand on interprète, c'est qu'on humanise et dès qu'on met de l'humanité dans quelque chose, c'est comme si on rachetait les gens. Eh bien non. La pire personne est un être humain à la base", conclut Jean-Paul Rouve.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/